Maddyness

Ce que LuckyLoc-Expedicar a appris de sa levée de 2 millions d’euros

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Finance

Ce que LuckyLoc-Expedicar a appris de sa levée de 2 millions d’euros

Pepper Pepper Pepper
393 - trending  |  
Comments
Par Geraldine Russell - 09 janvier 2018 / 00H00 - mis à jour le 09 mars 2018

Lever des fonds, c’est bien. Avoir des clients, c’est mieux. Un an après, où en sont les startups qui ont bouclé un tour de table ? Développement, recrutement, financement, Maddyness fait le bilan. Claire Cano et Idris Hassim, cofondateurs de LuckyLoc-Expedicar, partagent leur expérience, un an après avoir levé 2 millions d’euros.

LuckyLoc permet de louer une voiture ou un utilitaire à partir de 1 euro en profitant du rapatriement d’un véhicule, tandis qu’Expedicar est une solution collaborative de transport de véhicules. En octobre 2016, la structure qui regroupe les deux startups a levé 2 millions d’euros.

À quoi ont servi les fonds levés ?

Nous avons fait le choix de lever des fonds pour garantir la stabilité de notre entreprise. Pour une startup qui grandit, chaque palier de croissance est important et doit être anticipé. Nous nous sommes donc focalisés sur 3 axes : la structuration des équipes, l’efficience du produit et l’automatisation des tâches sans valeur ajoutée.

Concernant les équipes, nous sommes maintenant 25 personnes, donc structurées pour une croissance saine. Les investissements importants autour de notre produit nous permettent de gérer beaucoup plus de volume d’affaires et d’améliorer l’expérience de nos clients BtoB et BtoC. Quant à l’amélioration et l’automatisation de nos process, nous avons mis en place de nombreux outils internes qui nous permettent de mesurer notre performance en temps réel. Grâce à tout ce travail en amont, nous abordons notre prochain palier de croissance avec beaucoup plus de sérénité. 

Qu’est-ce que la levée de l’année dernière a changé pour LuckyLoc ?

Notre chiffre d’affaires a considérablement augmenté, notre base de clients particuliers est passée de 200 000 à 300 000 et nous avons aussi gagné de nombreux appels d’offres lancés par des professionnels de l’automobile, dont nous gérons depuis tout ou partie de la logistique.

Nous avons amélioré nos sites internet LuckyLoc.com et Expedicar.com pour nos clients, nous commençons à déployer une application mobile pour nos chauffeurs qui permet notamment de digitaliser intégralement l’état des lieux des véhicules et de suivre les différentes étapes d’une mission.

La consolidation de nos équipes nous a permis d’être tous alignés autour d’objectifs clairs, précis et réalisables. En résumé, nous avons passé une étape et nous sommes prêts pour la prochaine.

Comment avez-vous appréhendé les relations avec les nouveaux investisseurs ?

Nous n’avons pas choisi nos investisseurs par hasard, et après un an côte à côte, nous savons que nous ne nous sommes pas trompés. Hi inov et SNCF Digital nous apportent leurs expertises dans le domaine de la logistique et du transport, Idinvest et InnovAllianz nous accompagnent sur les aspects de croissance et de gestion des risques. De plus nos investisseurs historiques, l’Argus et Vivacto qui nous suivent depuis le début, nous aident à ne pas reproduire les mêmes erreurs que dans le passé.

Si c’était à refaire, y a-t-il quelque chose que vous changeriez ?

Pas grand-chose, car nous sommes très contents de nos levées et de notre comité. Nous aurions peut-être pu accélérer les négociations pour nous permettre de nous reconcentrer plus rapidement sur notre business.

Quel conseil ou leçon gardez-vous en tête pour la prochaine levée ?

Une association, c’est comme un mariage : il vaut mieux ne pas se tromper et si on se marie que pour l’argent, on ne va pas bien loin. Nous pensons qu’une levée a plus de sens quand on cherche des partenaires et non des financeurs. 

Quels sont les axes de développement de LuckyLoc pour les prochains mois ?

Continuer à grandir en France, mettre un pied à l’international et permettre à nos clients d’innover de plus en plus chaque jour grâce à nos plateformes.

À titre d’exemple, Zanzicar, plateforme du groupe Parot pionnière dans la vente de véhicules d’occasion à distance, s’appuie sur nos solutions pour livrer les véhicules sous 72 heures au domicile de ses clients, avec remise en main par un professionnel. D’une certaine manière, nous contribuons avec nos solutions logistiques innovantes à l’adaptation du secteur automobile aux pratiques des consommateurs. Nos échanges et collaborations avec les plus grands acteurs du secteur démontrent que les besoins sont encore immenses… et nos perspectives de développement également !

Par

Geraldine Russell

09 janvier 2018 / 00H00
mis à jour le 09 mars 2018
Nos Articles les plus lus

Pourquoi PoP quitte Station F

Business
Par Maddyness - 18H20mercredi 14 mars 2018
Next

10 (très) mauvaises habitudes qui pompent votre énergie

Entrepreneurs
Par Iris Maignan - 00H00samedi 24 février 2018
Next

Mathilde Lacombe : "Pourquoi je quitte Birchbox"

Entrepreneurs
Par Anais Richardin - 16H24mardi 17 avril 2018
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Revenir à la une
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge