Maddyness

L’interopérabilité, clé de voûte de la e-santé ?

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Technologies

L’interopérabilité, clé de voûte de la e-santé ?

Pepper Pepper Pepper
2634 - trending  |  
Comments
Par Olivier Lenoir - 09 avril 2018 / 11H00 - mis à jour le 10 avril 2018

D’ici 2030, le nombre d’objets connectés en circulation devrait atteindre 36 milliards. Dans ce contexte où l’IoT explose et permet à la santé connectée d’émerger, l’interopérabilité est cruciale. En déterminant la capacité de ces nouveaux objets à communiquer avec d’autres produits ou systèmes, existants ou futurs, elle conditionne en effet l’avenir du secteur.

La carte vitale a été le premier pilier de la dématérialisation de la santé. Celle-ci constitue désormais un standard massivement adopté par les professionnels, au même titre que les dossiers métiers : chaque professionnel a digitalisé les dossiers patients, qui leur sont accessibles depuis leur ordinateur sans être partagés. Le DMP, troisième pilier de cette santé 2.0, peine en revanche à s’imposer : la question de la sécurité de ces données sensibles freine son déploiement depuis de nombreuses années.

Néanmoins, si la dématérialisation des documents de santé est déjà amorcée, elle ne pourra se démocratiser qu’avec la mise en place de l’interopérabilité : pour être efficaces, les systèmes d’information de santé doivent pouvoir communiquer ensemble, donc utiliser un langage commun. L’interopérabilité apparaît alors comme le fondement de la santé connectée.

L’interopérabilité au service des patients

Dans un contexte où l’ensemble de la société se digitalise, la technologie doit se mettre au service d’un meilleur traitement des patients.

A lire aussi

Aujourd’hui, jusqu’à 60 % des diagnostics délivrés sont incorrects. En cause, l’absence de vision globale de l’état de santé des patients qui aboutit à des traitements pas toujours adaptés aux pathologies. Toutefois, cela pourrait être réduit par le partage de données récoltées par chaque professionnel de santé. En effet, la capacité des machines à corréler rapidement des informations permettrait alors d’aboutir à un carnet de santé 2.0, digital et augmenté et ainsi d’interconnecter tous les dossiers métiers. Dans cette logique, l’interopérabilité est la condition sine qua non du partage de données entre professionnels pour une meilleure coordination des soins et du suivi des patients.

Une nécessité pour le secteur

Pour être mise en place, l’interopérabilité représente deux défis : sémantique, et technique.

En effet, il faut, dans un premier temps, définir les standards d’un vocabulaire commun qui caractérise les pathologies. La data récoltée doit être lisible pour le plus grand nombre. Elle doit donc être traitée, et présenter une grille de lecture commune. Ce virage est déjà amorcé, puisqu’un protocole de communication full IP se développe et devrait se substituer, d’ici 2020, aux technologies analogiques.

A lire aussi

En parallèle, la communication doit être facilitée par des formats informatiques communs, sans quoi l’interopérabilité n’est pas envisageable. Pour communiquer, les machines doivent parler le même langage. Un protocole de communication 100 % digital doit ainsi être mis en place pour proposer des interfaces compatibles avec un ensemble d’objets et de services de l’écosystème e-santé.

Certains acteurs de la téléassistance ont déjà esquissé ce changement en développant de solutions full IP, ou en fournissant un certain nombre de services autour de la téléassistance via une interface unique. Ce principe d’interopérabilité permet ainsi de pallier la versatilité des outils connectés.

Quid de la sécurité ?

Où les données sont-elles stockées ? Qui en dispose et pour combien de temps ? Comment sont-elles détruites ? Comment s’assurer que son consentement est respecté ? Quid de la responsabilité en cas de hacking ? Si la question de la sécurité a constitué un très grand frein au DMP, elle représente également un gros chantier de l’interopérabilité.

Celui-ci passe par la mise en place de protocoles qui doivent être le fruit d’un consensus et qui doivent ensuite être respectés. La technologie a un rôle crucial à jouer dans cette problématique. En effet, la sécurisation doit être concertée : tout le monde doit avoir le même niveau de sécurité, du serveur au cloud, et des logiciels aux process.

En parallèle, il y a un véritable travail de pédagogie à effectuer pour enrayer la méfiance populaire envers la digitalisation du secteur.

Aujourd’hui, l’interopérabilité est une question fondamentale dans le milieu médical, encore davantage d’un point de vue professionnel que personnel. Dans un contexte d’avènement des objets connectés, la nécessité de standards digitaux communs est indiscutable, mais le monde de l’interopérabilité reste encore à inventer.

_____________

Olivier Lenoir, Directeur de Zembro France

Par

Olivier Lenoir

09 avril 2018 / 11H00
mis à jour le 10 avril 2018
Nos Articles les plus lus

Pourquoi PoP quitte Station F

Business
Par Maddyness - 18H20mercredi 14 mars 2018
Next

10 (très) mauvaises habitudes qui pompent votre énergie

Entrepreneurs
Par Iris Maignan - 00H00samedi 24 février 2018
Next

Mathilde Lacombe : "Pourquoi je quitte Birchbox"

Entrepreneurs
Par Anais Richardin - 16H24mardi 17 avril 2018
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Revenir à la une
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge