14 mai 2018
14 mai 2018
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
4825

La belle vie lève 5,5 millions d’euros pour livrer ses produits frais à Lyon puis à Londres

La belle vie, la foodtech qui livre 4500 produits frais, bio, artisanaux mais aussi de l’épicerie et des produits du quotidien, annonce une levée de 5,5 millions d'euros auprès de business angels, de l'accélérateur ShakeUp-Factory et du fonds Kima Ventures. Avec un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros en 2017, la startup entend se développer dans l’Hexagone et ouvrir un deuxième entrepôt dans Paris avant d’adresser l’Europe (Londres notamment).
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

Alors que les plus grands distributeurs plient et cèdent aux avances d'Amazon, la startup française La belle vie poursuit son petit bonhomme de chemin. Créée en 2016 par Alban Wienkoop et Paul Lê, La belle vie livre 4500 produits faits-maison, artisanaux mais aussi de grande distribution, et promet, 6j/7 et de 8h à 21h, la livraison en 1h à Paris, en 1h30 en petite couronne et en maximum 3h en Ile-de-France. Pour ce faire, la jeune pousse a repensé toute la chaîne logistique et est arrivée, de l’approvisionnement à la livraison, à crééer un système 0 gâchis et optimisé. La startup achète l’essentiel de ses produits frais (poisson, viande, primeur…) à Rungis et chaque matin, les fruits et légumes arrivent directement dans ses locaux.

Venant de la tech tous les deux, développer notre propre système informatique était une composante essentielle pour augmenter nos chances de réussite. Aujourd’hui le défi est relevé puisque nous avons besoin de beaucoup moins de main d’oeuvre que nos concurrents mais également une agilité qui nous permet d’améliorer continuellement notre qualité de service, et, en même temps, notre marge.

Alban Wienkoop

Une offre qui fonctionne et qui séduit puisqu'avec un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros en 2017, la startup a déjà atteint la rentabilité. Et la success story se poursuit puisque la jeune pousse a désormais les poches plus profondes pour atteindre ses ambitions. Elle vient ainsi de réunir 5,5 millions d'euros auprès de business angels tels que Julien Mangeard (Vente Privée), Thibaut Faurès Fustel de Coulanges (Dalenys), Louis Duclert (LO capital) ainsi qu'auprés de Kima Ventures et de l’accélérateur ShakeUp Factory (Station F).

Et la roadmap est bien remplie puisque La belle vie souhaite se développer dans l'Hexagone, en livrant notamment Lyon très prochainement, mais également en ouvrant un deuxième entrepôt parisien avant de s'ouvrir à l'Europe et d'attaquer le marché anglais avec une implantation à Londes. Et les investisseurs portent haut leurs espoirs pour la jeune pousse. Pour Paul Duclert, La belle vie a de beaux jours devant elle : " À n’en pas douter, Ils sont capables de challenger un Amazon Prime Now dans l’Hexagone " commente-t-il. Accessible depuis desktop et via une application mobile, La belle vie mise tout sur la qualité des produits, et non sur la prodonfeur de sa gamme, et c'est ce qui fait toute la différence avec le géant américain. " Commander en quelques clics un plateau de fromages à tomber, une côte de bœuf d’un excellent boucher, des crudités prédécoupées, un guacamole maison et tout recevoir dans l'heure, tel est notre pari tenu "  explique Paul Lê.