15 mai 2018
15 mai 2018
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
4688

MiamBot, un chatbot pour repérer les restaurants les plus sûrs autour de soi

Suite à vos votes sur Twitter, MiamBot a été élue application de la semaine. Son principe ? Faciliter la recherche d’un restaurant en déplacement, grâce à un chatbot qui localise les enseignes à proximité de l’utilisateur.
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

Des chatbots spécialisés dans la FoodTech, il en existe des dizaines. Mais un chatbot qui localise les restaurants les plus sûrs autour de vous, il n'y en a qu'un seul. MiamBot s'est en effet donné pour mission de permettre aux utilisateurs en mobilité de rechercher un restaurant depuis leur smartphone, en un rien de temps et à proximité de leur position. Mais sa spécificité réside dans la façon dont MiamBot classe les restaurants : pas questions d'étoile ou d'avis, chez MiamBot la sélection est faite selon le niveau d’hygiène (avec pour base les données du site Alim'confiance, mis en place par le gouvernement). 

"On s'est rendus compte que les consommateurs sont en attente de plus en plus de garanties sur l'hygiène et la qualité alimentaire. Or ce sont de vraies problématiques sur lesquelles on n'est pas forcément très informés. Par ailleurs, les restaurateurs sont très dépendants des avis sur internet, et notamment des pure-players. Il suffit qu'un client mette un mauvais avis sur TripAdvisor pour que la clientèle chute" détaille Alexis Vilarino, cofondateur de MiamBot. Ce dernier y voit donc une vraie opportunité, qui doit aussi permettre aux restaurateurs de gagner en visibilité.

Lancé en janvier, MiamBot s'est d'abord concentré sur la technologie sans lancer de campagne de communication. D'où un nombre d'utilisateurs et de restaurateurs, qui peine à décoller. Mais Alexis Vilarino ne s'inquiète pas : "le chatbot est directement intégré aux pages Facebook des restaurants, et cela se fait automatiquement pour chaque nouvelle page qui se crée" explique-t-il. Sa stratégie, c'est donc de prendre de l'avance au niveau technologique, avec par exemple le développement d'une offre qui présenterait les menus des restaurants. Avant, à terme, de plugger leur propre module de réservation pour concurrencer La Fourchette & cie, sur lesquels les restaurateurs vendent à perte.

Pour l'instant nous n'avons pas besoin de monétiser, nous avons les fonds nécessaires, donc on va se concentrer sur le fait de créer de la traction à partir de l'offre gratuite, tout en investissant dans le chatbot, puis dans le module de réservation
Alexis Vilarino

Avant de passer à la seconde étape de son développement pour 2018 : se lancer à l'étranger. Si MiamBot ambitionne de s'attaquer à la totalité du marché européen, il doit composer avec les obstacles législatifs. D'où sa décision de se lancer en priorité au Royaume-Uni, puis aux États-Unis, deux pays où les données sont facilement accessibles. Avec un avantage : l'assistant conversationnel parle déjà anglais, et devrait bientôt pouvoir communqiuer en espagnol et en portugais.