Décryptage#Étude
3 janvier 2019

L’entrepreneuriat, premier choix de carrière des Français ?

L'entrepreneuriat a le vent en poupe ! Une étude de TMO Régions révèle ainsi que la moitié des Français considèrent la création d’entreprise comme le choix de carrière le plus attractif.

Àl’heure où le chômage ne faiblit pas, les Français semblent trouver une échappatoire en choisissant d’entreprendre. D’après l’enquête réalisée par TMO Régions pour l’AFE avec le soutien de Pôle Emploi et de la Fondation d’entreprise MMA des Entrepreneurs du futur, il s’avère que la moitié des Français considèrent la création d’entreprise comme le choix de carrière le plus attractif. Un choix qui intéresse plus les hommes que les femmes, toutefois et qui apparait toujours inaccessible aux plus défavorisés malgré leur volonté. L’enquête a été réalisée auprès de 2 517 répondants dont 1 011 acteurs spécifiques de l’écosystème entrepreneurial (dirigeant d’entreprise, porteur de projet, demandeur d’emploi,…) et 503 personnes vivant dans des quartiers prioritaires.

67% des Français ont envie d’entreprendre

L’envie d’entreprendre concernerait 67% des Français et 42% estiment qu’il s’agit d’une option intéressante. 30% des Français âgés de plus de 18 ans ont pensé ou ont déjà commencé à entreprendre au moins une fois dans leur vie. Cette part constituant près de 15 millions de personnes concernent plus d’hommes que de femmes (37% contre 23%).  Les deux motivations principales seraient l’envie d’être son propre patron et de s’épanouir pour réaliser un rêve. En outre, les hommes veulent saisir une opportunité, ou lancer un défi, tandis que les femmes veulent s’émanciper de leur travail pour gagner plus d’argent. L’engouement en faveur de l’entrepreneuriat concerne tout autant les demandeurs d’emploi, puisque 27% d’entre-eux seraient ou se seraient déjà engagés dans une démarche entrepreneuriale.

Cependant, entreprendre ne s’avère pas être une évidence pour les plus défavorisés : seulement 14% des habitants des QPV qui ont été interrogés se sont déjà inscrits dans une dynamique entrepreneuriale. L’envie d’entreprendre serait la même mais leur culture entrepreneuriale demeure moins importante. Les raisons étant l’environnement familial et professionnel qui ne les incitent pas à créer ou à reprendre une entreprise (20%), et le manque d’antécédent entrepreneurial (32%).

Des freins liés à la culture mais aussi au contexte

Les freins ressentis par les Français qui ne songent pas à entreprendre ou à reprendre une entreprise, représentant 16%, ne viennent cependant pas de leur milieu de vie mais des contextes des affaires auxquels ils devraient faire face s’ils envisagent d’entreprendre. Ce sont notamment les investissements financiers trop importants pour 27% d’entre-eux, les démarches administratives trop complexes pour les 25% et la peur de l’échec pour 23%.

La création d’entreprise a le vent en poupe est se trouve de plus en plus mise en avant à travers les médias (Maddyness en est la preuve). N’oublions pas également que Pôle emploi soutient les demandeurs d’emploi créateurs d’entreprise qui représentent 27% de ses bénéficiaires et qu’il est souvent présenté comme le premier financeurs des entrepreneurs.