14 mars 2019
14 mars 2019
Temps de lecture : 4 minutes
4 min
6256

Empow’Her, des programmes pour montrer aux femmes qu'elles ont la force d’entreprendre

Depuis 2013, l'organisation sociale Empow’Her accompagne les femmes qui souhaitent entreprendre, en France mais surtout ailleurs. Active sur des territoires où l'incubation n'existe pas, l'organisation donne aux femmes tous les outils pour s'émanciper et se lancer avec fierté.
Temps de lecture : 4 minutes

Vous les avez peut-être vu passer sur vos réseaux sociaux… Les t-shirts " Women Are Power " sont partout depuis la journée du 8 mars 2019. Avec des ambassadrices comme Lauren Bastide, Juliette Armanet, Vandana Shiva ou encore Emma Mackey, l'organisation Empow' Her s’offre une jolie campagne pour se faire connaître et accroître la visibilité de ses programmes.

 

Depuis 2013, cette organisation créée par Soazig Barthélémy à l’issue d’un voyage d’études à la rencontre d’entrepreneures du monde entier a pour vocation de venir en aide à toutes celles qui entreprennent, de manière choisie, mais aussi de manière subie, comme cela peut être le cas dans les pays les moins favorisés.  " Dans de nombreux pays en développement, l’entrepreneuriat est un choix par défaut pour les femmes qui ne peuvent pas accéder au salariat ", développe Joséphine Py, en charge du programme Women’Act.

Est ainsi née l’idée de favoriser " l’autonomisation des femmes en leur donnant la capacité d’entreprendre " et de les faire basculer d’une situation subie à la création de véritables opportunités. Aujourd’hui, présente dans une dizaine de pays, l’organisation, qui compte une vingtaine de salariés, développe depuis 2015 des dispositifs de soutien et d’accompagnement là où il n’existait aucune structure du type. L’action d’Empow’Her est ainsi coordonnée depuis la France et trouve écho dans les pays où l’incubation n’est pas monnaie courante grâce à des bureaux en Côte d’Ivoire, au Niger et au Burkina Faso. Cinq programmes ont été créés pour répondre aux besoins très spécifiques des entrepreneures selon le niveau de maturité de l’écosystème local :

  • Seeds : pour soutenir les entrepreneures les plus vulnérables, notamment à travers un parcours d’" alphabétisation à l’entrepreneuriat " et d’aide pour les faire passer d’un " entrepreneuriat de survie " à un " entrepreneuriat d’opportunité ".
  • Spark : pour encourager les femmes à se lancer dans l’entrepreneuriat en les aidant à valider leurs projets et à donner vie à leurs ambitions entrepreneuriales.
  • Grow : pour accompagner les femmes du secteur agricole à développer des projets entrepreneuriaux dans le respect de l’environnement.
  • Women’Act : pour empouvoirer les femmes et leur permettre d’être à l’aise dans leur posture entrepreneuriale.
  • Ecosystem : pour mettre en avant les jolies histoires et les femmes qui réussissent dans les pays dans lesquels intervient l’organisation.

Être entrepreneure, cela s’apprend

En France, Empow’Her s’attache surtout à développer la posture entrepreneuriale des femmes à travers des formations, des sessions de coaching et du mentorat. Le programme Women’Act qui vient tout juste d’accueillir sa nouvelle promotion de 30 entrepreneures sociales, s’étend sur dix mois et offre à chaque entrepreneure un suivi par une mentore, des séminaires qui se déroulent tous les deux mois et quatre journées de formation avec les partenaires de l’organisation telles que la Ruche, Ticket For Change, le Comptoir, etc.

Nous avons commencé notre action en France plus tard que dans les autres pays. Les besoins ne sont pas du tout les mêmes, mais les questionnements et les freins que rencontrent les femmes sont similaires ".

Joséphine Py

Attention, spoiler, le plafond de verre existe partout et la difficulté de trouver sa légitimité aussi. En France, les femmes comptent ainsi pour les deux tiers de la masse salariale de l’économie sociale et solidaire. Pourtant, seul un tiers des entreprises du secteur sont dirigées ou ont été créées par des femmes. Un chiffre que voudrait bien rééquilibrer l’organisation et qui pourrait bien bénéficier du momentum actuel sur la question de la place des femmes dans l’économie.

Depuis ses débuts, Empow’Her a ainsi accompagné plus de 1 400 femmes sur le chemin de l’entrepreneuriat et les candidatures sont toujours plus nombreuses. La prochaine étape ? Développer le programme à l’échelle européenne, mais également renforcer son ancrage régional, alors que 38 % des femmes accompagnées sont originaires d’Île-de-France. À l’international, Empow’Her n’en est qu’au tout début de son histoire et espère soutenir plus de 5 000 femmes cette année.

Envie de soutenir l’organisation Empow’Her ? Participez à la campagne « Women Are Power » jusqu’au 17 mars 2019 !
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.