Kador met l’expertise d’entrepreneures et d’entrepreneurs à disposition des grands groupes

Georges Garnier, directeur général et cofondateur de Kador, nous présente sa communauté d’entrepreneures et d’entrepreneurs freelance. En permettant à des grands groupes et à des fondateurs de startups de travailler ensemble, Kador entend bien favoriser l'innovation.

Dans un monde en perpétuel changement, où de jeunes entreprises apparaissent chaque jour en proposant de nouveaux produits ou services, les grosses organisations n’ont d’autre choix pour survivre que d’innover. Un défi qui peut s’avérer compliqué à relever pour des entreprises importantes, avec des processus décisionnels longs et sinueux. C’est pourquoi nombre d’entre elles choisissent d’acquérir des startups, de créer des laboratoires d’innovation ou des incubateurs. Le but étant de favoriser l’innovation dans un cadre moins contraint.  

C’est après avoir fait ce constat que Georges Garnier et Polexandre Joly ont, en 2018, imaginé la startup Kador. Elle réunit une communauté d’entrepreneures et d’entrepreneurs freelances. Agissant comme des conseillers, ils pour mission d’accompagner la numérisation des entreprises en leur proposant leur expertise.

Comment l’idée vous est-elle venue ? Quelle problématique souhaitiez-vous résoudre ?

L’idée de Kador m’est venue lors de la vente de ma société. Cela a pour moi était l’occasion de m’interroger sur mon avenir professionnel. Je me suis rendu compte que les métiers « traditionnels » du conseil ne sont plus vraiment adaptés aux enjeux qu’ont amené les nouvelles technologies.

Dès lors qu’un consultant transmet ses recommandations stratégiques aux clients, elles sont déjà quasiment rendues caduques par une nouvelle technologie ou un nouvel usage. Il est donc désormais vital de laisser place aux doers, ces personnes qui ont le savoir-faire et les compétences pour aider les entreprises à naviguer dans ces eaux troubles et fluctuantes. L’heure est venue de replacer une nouvelle génération, des femmes et des hommes d’action, au sein des grands groupes pour assurer la pérennité de leurs positions.

Kador, c’est quoi ?

Kador est une communauté d’entrepreneures et d’entrepreneurs en résidence freelance conseillant les grands groupes. Les « Kadors » sont des fondateurs de projet entrepreneurial, des entrepreneurs en pleine création de leur startup ou encore d’anciens salariés de grands noms du numérique. Les missions qui leurs sont proposées s’inscrivent dans la continuité de leurs expériences passées ou en cours. Kador a donc une double vocation : proposer aux entrepreneurs en transition de conseiller des entreprises et à ces dernières d’accéder à des profils qui leurs échappent d’habitude, car beaucoup trop attachés à leur liberté pour songer au salariat.

Qui sont les fondateurs ?

Moi-même et Polexandre Joly. Nous nous sommes rencontrés avec l’envie commune de créer une société d’investissement dédiée à la numérisation des PME. Nous avons fait la même école de commerce, Neoma Business School, à Reims, mais à quelques années de différence.

Polexandre est un serial-entrepreneur. Il a monté et revendu plusieurs entreprises depuis sa sortie d’études. De mon côté, après un démarrage en fonds d’investissement, j’ai repris la direction d’une startup, laquelle a été revendue par la suite.

Ensemble, nous avons redressé une startup en tant que managers de transition pendant un peu moins d’un an. Aujourd’hui, je dirige Kador et Polexandre dirige Inner Capital, le projet qui nous a réunis au départ. Les deux structures apportent une solution packagée pour les investisseurs sur le segment des PME.

Quel est votre business model ?

Nous plaçons des entrepreneures et entrepreneurs freelances sur des missions sur lesquelles nous percevons une commission.

Qui sont vos concurrents ?

Nous n’avons pas de concurrents directs étant donné que l’offre est nouvelle sur le marché. Les propositions qui se rapprochent le plus de l’offre Kador sont celles des startups studio externalisés.