Portfolio#fintech
18 avril 2019

Bankin’ lève 20 millions d’euros pour se transformer en gestionnaire financier

L'application Bankin boucle un deuxième tour de table afin de s'imposer sur le marché de la gestion financière. En parallèle, la startup renforce son offre B2B et ses effectifs européens.

C’est une nouvelle étape de passée pour Bankin’. L’application qui permet de mieux gérer son argent annonce ce jeudi avoir bouclé un tour de table de 20 millions d’euros auprès d’un grand groupe – non bancaire – qui n’a pas souhaité être identifié. De quoi porter à plus de 28 millions d’euros le total des financements rassemblés par la Fintech depuis le début de son aventure. Et ce nouveau tour de table doit permettre à la startup de prendre un nouveau virage.

« L’écoute de nos utilisateurs nous a poussé à aller plus loin encore pour devenir un véritable tiers de confiance, indépendant et judicieux, grâce auquel ils peuvent être guidés et sur lequel s’appuyer pour toutes leurs interrogations » , souligne ainsi Joan Burkovic, cofondateur et CEO de Bankin’. La jeune pousse fait donc le pari de monter en puissance à la fois en matière de technologie et de suivi humain. Ainsi, l’application est désormais capable d’identifier les sources d’économies et les utilisateurs ont la possibilité de chatter avec des coachs qui leur présenteront des solutions pour faire fructifier cet argent mis de côté.

Le filon du B2B

« Depuis notre dernière levée de fonds, nous avons plus que doublé le nombre d’utilisateurs, noué plusieurs partenariats structurants et ajouté de nombreuses fonctionnalités demandées par nos utilisateurs. Je suis très heureux de poursuivre cette épopée et de nous donner les moyens d’atteindre notre objectif de devenir le géant européen de la gestion d’argent » , ajoute Joan Burkovic.

La Fintech mise également sur le big data, par le biais de sa marque Bridge powered by Bankin’, qui agrège les données financières et les structure pour les banques et les professionnels de la finance. Avec 95% du réseau bancaire français couvert, le marché tricolore présente peu de perspectives de croissance, au contraire des marchés espagnol (85%) et allemand (65%), sur lesquels la jeune pousse va se renforcer. Du B2C au B2B, Bankin’ élargit ses horizons pour voir toujours plus loin.