Au mois d’avril, les startups ne se sont pas découvertes d’un fil

Chaque semaine, Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine qui vient de s’écouler. Cette semaine, 8 opérations ont permis aux startups françaises de lever plus de 35 millions d’euros. Et le mois d'avril est le deuxième meilleur mois de l'année.

Montant
35,96
Nombre d’opérations
8
Tous les vendredis, l'actu financière des startups dans votre boîte mail

C’est une petite semaine qui vient clore ce mois d’avril, lui, très dynamique ! Avec huit opérations et moins de 36 millions d’euros levés, dont 25 ont été rassemblés par Fretlink, les ponts du mois de mai se profilent et la fête du Travail semble avoir calmé les ardeurs des entrepreneurs comme des investisseurs. L’industrie confirme qu’elle donne lieu non seulement à des innovations en pagaille mais aussi à des projets dans lesquels les investisseurs décèlent un fort potentiel, comme en témoigne ce tour de table conséquent de la startup spécialisée dans le fret routier. Pour compléter le podium, Keen Eye (6 millions d’euros) et Otonomy Aviation (2,4 millions d’euros) confirment également que le B2B se porte au mieux !

412,8 millions d’euros levés en avril

Grâce à plusieurs semaines totalisant plus de 100 millions d’euros rassemblés, le mois d’avril a connu une belle dynamique, avec plus de 412 millions d’euros levés par les startups de l’écosystème. C’est le deuxième meilleur mois de l’année, derrière février et ses 462 millions d’euros, mais loin devant janvier (316 millions) et mars (382 millions). En revanche, avec 54 opérations, le mois est celui qui a rassemblé le moins d’opérations. De quoi laisser penser que le ticket moyen a fortement augmenté : c’est en partie vrai, pas moins de sept entreprises ayant levé des montants égaux ou supérieurs à 20 millions d’euros, dont la méga-levée de ManoMano à 110 millions d’euros. Mais les levées en seed n’ont jamais été aussi nombreuses également – 14 opérations sous le million d’euros, soit plus d’un quart des tours de table ! Les startups lèvent donc tôt des montants qui, eux, n’ont pas connu d’inflation, tandis que les startups en croissance bénéficient de la concurrence accrue des investisseurs.

Côté secteurs, la Fintech et les ressources humaines se sont révélés particulièrement en forme avec respectivement 6 et 5 opérations, talonnées par l’IoT, les Medtech et les Martech qui totalisent chacun 4 opérations. En revanche, en valeur – si l’on exclut les services qui crèvent tous les plafonds grâce à ManoMano – les Edtech profitent des belles performances de 360Learning et Simplon pour virer en tête avec 48 millions d’euros totalisés, devant les RH (37,8 millions) et les FinTech (29,2 millions).

Autres actualités financières

  • Créée en 2017 au sein de la filiale du Groupe Lagardère Newsweb, Moneytag annonce le rachat des parts du Groupe par ses deux cofondateurs.
  • Kyotherm, qui investit et accompagne les porteurs de projets énergétiques, a levé 18 millions d’euros
  • Angelor lance sa douzième société d’investissement, Angels for Building, tournée vers le secteur du BTP

Dans quel projet investir ?

Smiile est un réseau d’entraide entre voisins. La plateforme permet à une résidence, tout un quartier ou encore à une ville de partager ses compétences, de mutualiser le matériel qui prend la poussière, de recycler, d’organiser des covoiturages domicile-travail ou encore d’organiser des événements locaux et des achats groupés avec les commerces de proximité. Objectif ? 2,5 millions d’euros.

Soutenir Smiile

Smiile est un réseau d’entraide entre voisins. La plateforme permet à une résidence, tout un quartier ou encore à une ville de partager ses compétences, de mutualiser le matériel qui prend la poussière, de recycler, d’organiser des covoiturages domicile-travail ou encore d’organiser des événements locaux et des achats groupés avec les commerces de proximité. Objectif ? 2,5 millions d’euros.