Maddyness

Accenta lève 4,7 millions d’euros pour décarboner les bâtiments

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Finance

Accenta lève 4,7 millions d’euros pour décarboner les bâtiments

Pepper Pepper Pepper
3006 - piping hot  |  
Comments
Par Anne Taffin - 16 octobre 2019 / 08H04

Accenta vient de réaliser un tour de table de 4,7 millions d’euros pour réduire les émissions de carbone et la consommation énergétique des bâtiments. Particulièrement énergivore, le secteur génère 27% des émissions de CO2 et de 45% de la consommation énergétique française.

Après 10 ans d’entrepreneuriat dans les nouvelles technologies et l’e-commerce, Pierre Tremolières revend son entreprise pour se lancer dans un projet plus impactant. Il rencontre une cinquantaine de chercheurs et « scanne une dizaine de domaines intéressants » avant de s’arrêter sur la décarbonation des bâtiments. « À la croisée entre deux disruptions, la première liée au digital, la seconde aux enjeux environnementaux », les marchés du bâtiment et de l’énergie constituent un véritable challenge.

Efficacité énergétique et rentabilité

Pour developper sa solution, Pierre Tremolières s’est associé au Centre d’Efficacité Énergétique des Systèmes d’ARMINES (MINES PARISTECH), au Bureau de Recherche Géologique et Minière et à l’Ecole Polytechnique. Après 3 ans de R&D, ils ont mis au point une chaufferie bas carbone intelligente qui permet un déstockage inter saisonnier de l’énergie. 

Concrètement, la technologie permet de capter la chaleur émise par les climatiseurs des bâtiments l’été, de la stocker sous forme d’électricité sous terre et de la faire ressortir l’hiver pour chauffer les immeubles. Ce système fonctionne également avec des pompes à chaleur alimentées en énergie photovoltaïque. L’énergie utilisée par Accenta est gratuite et bas carbone car elle est revalorisée et non créée. Ce procédé change ainsi le « système thermique du bâtiment, neuf ou en rénovation, pour obtenir des gains en émission d’énergie et de CO2 » explique Pierre Tremolières qui promet une baisse d’environ «  50% des consommations énergétiques et jusqu’à 90% des émissions de CO2 ». Ces réductions engendrent un gain financier direct aux entreprises qui leur permet d’auto-financer les travaux.

L’utilisation d’un IA vient compléter ce stockage en régulant les pics de consommation et en évaluant la température et les comportements des usagers.

Une hypercroissance à consolider 

Dès sa première année, Accenta a signé avec Airbus pour optimiser le système de son siège social ou encore Icade pour la réalisation de deux écoquartiers en banlieue parisienne.  En quelques mois, l’entreprise a équipé 450 000m2 de bâtiments. Et les adaptations sont encore bien plus larges. Accenta travaille actuellement avec une entreprise qui s’occupe des routes solaires pour imaginer et déployer d’autres solutions. Il vise également le secteur des smart grid grâce à un boîtier qui permet de mettre en réseau et réguler les différents flux énergétiques en fonction des besoins. 

Une croissance que les nouvelles dispositions légales françaises ne devraient pas freiner, bien au contraire ! La loi ELAN impose aux entreprises du tertiaire une réduction de leur consommation énergétique de 40% d’ici 2030 et 60% d’ici 2050! La nouvelle réglementation 2020, en cours d’adoption, obligera les entreprises à justifier leurs résultats par des chiffres sous peine de sanction.
Un autre levier soulevé par le fondateur d’Accenta est celui des investisseurs. « Maintenant, ils préfèrent investir dans des projets à haute valeur ajoutée comprenant une part de green tech et un engagement environnemental ». Globalement, les entreprises « commencent à donner une vraie valeur au E de RSE. Ces sujets commencent à arriver dans les Comex et à la tête des entreprises » ajoute t-il.

Renforcer son positionnement français avant un lancement à l’international 

Pour se renforcer sur le marché français, Accenta vient donc de boucler une levée de fonds de 4,7 millions d’euros. Pour l’aider dans le développement de son entreprise, Pierre Tremolières s’est tourné vers les fonds de capital-risque Serena et d’EREN Group via sa filiale EREN TES. Un choix mûrement réfléchit. « Je voulais une double culture autour de la table avec  le point de vue d’un industriel de l’énergie et la culture VC pour ne pas oublier les fondamentaux de l’hypercroissance » indique t-il. Avec cette somme, Pierre Treolières ne vise pas encore l’international mais veut consolider sa place sur le marché où il ne dispose d’aucun concurrent direct proposant la même technologie.

D’ici la fin de l’année, il cherche donc à faire étoffer son équipe en recrutant une vingtaine de personnes, surtout dans les parties commerciales et R&D. L’entreprise compte actuellement une dizaine de salariés. « Vous avez la moitié de la force de vente devant vous » s’amuse t-il, « il faut renforcer les équipes pour conquérir de nouveaux marchés ». Malgré son ambition nationale, il est déjà en discussion en Chine et aux Etats-Unis pour développer de futurs partenariats. Cette levée de fonds n’est donc qu’un « seed » et d’autres levées devraient être annoncées au cours des prochaines années. 

Par

Anne Taffin

16 octobre 2019 / 08H04
mis à jour le 15 octobre 2019
Articles les plus lus du moment

Zeste, la gourde française éco-responsable garantie à vie

Entrepreneurs
Par Maud Petitgars - 09H00samedi 23 novembre 2019
Next

Operating partner, une seconde vie pour les entrepreneur·e·s

Business
Par Anne Taffin - 21H00lundi 02 décembre 2019
Next

Définir ses valeurs, sa culture. Le tuto comet

Business
Par Yoann Lopez - 18H00jeudi 28 novembre 2019
Next

Squiddy, l’antivol intelligent pour les deux-roues

Technologies
Par Anne Taffin - 10H00jeudi 28 novembre 2019
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge