Portfolio#medtech
10 avril 2020

Valwin, des solutions numériques pour aider les pharmacies à faire face à la crise

Depuis son lancement en 2013, Valwin aide les pharmaciens à prendre le virage du numérique. En pleine crise sanitaire, la startup a décidé d'offir son outil de scan d'ordonnance et la fonctionnalité de livraison à domicile aux pharmacies.

Au début de la crise, les pharmacies ont été prises d’assaut car les gens avaient peur de ne pas avoir leur traitement et cherchaient des masques. Aujourd’hui, les officines connaissent une baisse de 20 à 60% de leur activité. Il est important de leur apporter un outil qui les aide financièrement à tenir le choc” et leur permette de réduire les risques de contamination, estime Camille Freisz, cofondatrice de la startup Valwin. Les pharmaciens sont, en effet, particulièrement exposés car ils sont en contact permanent avec des personnes qui ne “respectent pas toujours les distances requises” C’est pour cette raison que Valwin a décidé d’offrir gratuitement à toutes les pharmacies françaises son outil de scan d’ordonnance ainsi que des supports de communication et la fonctionnalité de livraison à domicile.

Lancée en 2013, Valwin a effectué une levée de fonds de 320 000 euros en 2014 pour pouvoir financer sa R&D et créer différentes “briques de services adaptées aux besoins des pharmaciens”. Parmi ces outils, le plus utile en cette période est sans aucun doute le scan d’ordonnance. 

Numériser la préparation des commandes

Grâce à son application sécurisée, Valwin permet aux patients et aux patientes de scanner leur ordonnance et de l’envoyer à leur pharmacien·ne pour que sa commande soit préparée. “C’est particulièrement utile pour les personnes qui sortent de l’hôpital ou lorsque les médicaments prescrits ne sont pas forcément en stock” , indique Camille Freisz. Le patient reçoit une notification dès que la commande est prête et disponible en “click and collect”. Un service de livraison à domicile est également proposé par certaines pharmacies. Ce système fait gagner du temps aux patients, comme aux pharmaciens, qui peuvent choisir les heures de livraison des médicaments ou encore préparer les commandes hors des périodes de rush  et ainsi optimiser leur emploi du temps. Pharmaciens et pharmaciennes sont alors “plus disponibles pour traiter les questions des patients lorsqu’ils viennent chercher leurs médicaments” , précise Camille Freisz. 

En cette période de Covid-19, les “patients ne respectent pas toujours les distances de sécurité” et le personnel en pharmacie se retrouve particulièrement exposé à une éventuelle contamination. Cette solution est aussi une manière de les protéger et de protéger les patients qui limitent le risque de contagion en réduisant leur durée de passage à la pharmacie.  Le module de livraison à domicile des médicaments sera également proposé gratuitement aux pharmacies qui le souhaitent. 

Informer et protéger les patients

Valwin offre également des supports de communication sur les mesures à prendre pour se protéger du Covid-19, mais bien au-delà, sur les mesures à prendre pour protéger certaines populations encore plus fragilisées dans le contexte actuel. “Un article mentionne par exemple le « masque 19 » qui est un code à prononcer pour alerter son pharmacien ou sa pharmacienne en cas de violences conjugales” , explique Camille Freisz. 

Toutes les informations disponibles sont vérifiées par des professionnels de santé et postées gratuitement sur tous les sites des pharmacies  partenaires. L’objectif étant d’informer largement les patients et patientes, un point d’autant plus important que les “pharmaciens font partie des professionnels de santé auxquels les Français·es accordent le plus leur confiance après les pompiers” , poursuit Camille Freisz. 

La mise en place de la plateforme sécurisée comprenant ces outils “prend seulement quelques jours”. Plus de 130 pharmacies ont déjà contacté la startup pour en bénéficier. Avant la crise, elle comptabilisait déjà 600 officines partenaires. Cette initiative répond également à un véritable appel de la part des patients puisque l’utilisation de l’application a bondi de 300%.