Maddyness

Que font les fonds ? Le portrait de Benhamou Global Ventures

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Finance

Que font les fonds ? Le portrait de Benhamou Global Ventures

Crédits: Hardik Pandya
Pepper Pepper Pepper
2199 - trending  |  
Comments
Par Arthur Le Denn - 30 septembre 2020 / 10H00

Dans le paysage foisonnant de l'investissement, les fonds se multiplient… et ne se ressemblent pas. Parce qu'une levée, ce n’est pas simplement encaisser de l'argent et une bonne occasion de communiquer, nous brossons le portrait des fonds pour aider les entrepreneurs à s'y retrouver et à choisir le bon investisseur. Au tour de BGV !

Percer sur le marché américain relève souvent du défi pour les startups étrangères. C’est pour faciliter l’arrivée de ces dernières qu’Eric Benhamou, ancien dirigeant du spécialiste des équipements réseaux 3Com, a créé Benhamou Global Ventures (BGV) en 2003. « Nous faisons le pont entre des sociétés conçues en dehors des Etats-Unis, comme en France, et l’écosystème américain », souligne Sarah Benhamou, associate en charge de la région Europe-Israël au sein de la société d’investissement. Depuis 2014, BGV s’ouvre de plus en plus aux jeunes pousses tricolores – la France est, d’ailleurs, le pays d’origine d’une bonne partie de ses collaborateurs –, parmi lesquelles elle a d’ores et déjà déniché des projets « prometteurs ».

Investir davantage dans les startups tricolores

DepOps, e-commerce, IT… BGV a jusqu’ici concentré la majorité de ses investissements dans des startups qui développent des logiciels en SaaS pour les entreprises. Elle a ainsi soutenu le développement des Français Platform.sh, dont l’outil permet d’automatiser les opérations de mise en ligne d’applications sur les sites web de groupes, et MadKudu, dont la solution nourrie à l’intelligence artificielle permet de faire du marketing prédictif. « Un critère primordial de sélection pour nous, au-delà de l’exigence d’avoir un produit B2B, est d’avoir pour projet de se lancer sur le marché américain », rappelle Sarah Benhamou, qui pointe le fait que le fonds a investi jusqu’à 5 millions d’euros en un seul tour de table dans certaines sociétés.

La société d’investissement vient de réaliser un closing dans le but d’abonder son fonds BGV4, dont le montant n’a pour l’heure pas été communiqué et qui commence tout juste à investir. Ce dernier sera davantage axé sur les jeunes pousses qui développent des solutions destinées à l’entreprise 4.0 — notamment autour de l’intelligence artificielle — pour mettre au point des technologies de computer vision ou de reconnaissance vocale. « Là encore, nous retiendrons des entreprises qui se concentrent sur une verticale puisque les données sont bien souvent, elles aussi, verticalisées par nature », pointe l’associate en charge de la région Europe-Israël, précisant que le fonds est financé par de grands groupes, entrepreneurs et family offices.

L’objectif de BGV est d’augmenter significativement la part qu’occupent les jeunes pousses tricolores dans son flux de transactions. Si la société a réalisé plusieurs investissements dans le cadre de son fonds BGV3, elle entend passer au rythme soutenu d’« un ou deux investissements par an » dès cette année. « Nous choisissons des projets qui sont en mesure de se différencier aux Etats-Unis et qui disposent des compétences en interne pour se développer là-bas », expose Sarah Benhamou. Le fonds ne se limite pas à soutenir financièrement les sociétés qu’il a retenues. Ses associés exploitants aident ces dernières à redéfinir quelque peu leur produit pour l’adapter aux attentes des clients outre-Atlantique et, au besoin, à recruter.

Une équipe d’experts de l’écosystème américain

Pour assurer aux startups la meilleure réussite commerciale, Eric Benhamou, diplômé de l’université de Stanford et installé dans la Silicon Valley depuis des années, s’est entouré d’experts. Les partners de BGV ont, pour la plupart, occupé des postes exécutifs dans de grandes entreprises américaines – comme Palm, Cisco, HP, IBM ou bien NetApp. « Notre équipe, composée de neuf personnes aux Etats-Unis, cherche à réduire les éventuelles frictions culturelles qui peuvent exister entre une entreprise française et des investisseurs américains. Dans le cadre de notre accompagnement, particulièrement poussé par rapport à ce qui existe autrement, nous l’aidons à mener son premier tour de table 100 % américain », assure Sarah Benhamou.

Avec un ticket moyen compris entre 3 et 4 millions d’euros, BGV a tendance à mener les séries A des startups retenues. À condition que la somme n’atteigne pas des sommets, il lui arrive aussi de rempiler lors de séries B. « Nous souhaitons avoir une place au board pour accompagner activement les sociétés dans leur expansion aux Etats-Unis, explicite Sarah Benhamou, mettant l’accent sur les 18 sorties réalisés par la société d’investissement. Nous mettons à profit nos années d’expériences opérationnelles sur place et utilisons notre réseau pour les aider à passer à l’échelle jusqu’au processus de vente. » Un fonctionnement somme toute assez classique pour un fonds qui estime pourtant que seules « deux ou trois » autres structures offrent un service se rapprochant du sien dans l’Hexagone.

Par

Arthur Le Denn

30 septembre 2020 / 10H00
mis à jour le 29 septembre 2020
Articles les plus lus du moment

12 startups qui s'engagent contre le gaspillage alimentaire

Technologies
Par Maëlle Lafond - 09H00vendredi 16 octobre 2020
Next

La faillite de Quibi annonce-t-elle l'éclatement de la bulle tech ?

Finance
Par Geraldine Russell - 10H00lundi 26 octobre 2020
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge