Prix start-up EDF Pulse 2020 : votez pour votre projet préféré

Depuis 2014, les Prix start-up EDF Pulse mettent en avant des startups françaises et européennes qui inventent le monde de demain. Cette année encore, ce sont 12 startups finalistes qui ont été retenues dans trois catégories : modes de vie durables, territoires neutres en CO2 et infrastructures résilientes.

Les Prix start-up EDF Pulse, qui reçoivent des centaines de candidatures chaque année, ont déjà primé 29 startups. Des solutions prometteuses dans le cadre de la transition vers un monde électrique toujours plus responsable et connecté.

Au sein des douze startups finalistes de l’édition 2020 se cachent les quatre futures lauréates. Trois seront désignées par le grand jury du concours et une dernière par le public. A la clé pour les gagnant·e·s : une campagne de communication et jusqu’à 80 000 euros de dotation pour fournir une impulsion à leur créativité. Alors, à quelle innovation accorderez-vous votre soutien ? Avant de voter, découvrez les coureurs en lice dans chaque catégorie.

Modes de vie durables

Il s’agit, dans cette catégorie, de distinguer les produits ou services qui rendent le quotidien plus sain et confortable. À toutes les étapes de la vie et dans tous les environnements, ces solutions contribuent au bien-être et répondent aux besoins d’utilisatrices et utilisateurs éco-responsables.

Earthwake, la machine qui recycle le plastique en carburant

Fondée en 2014, l’association Earthwake a imaginé Chrysalis, une machine capable de revaloriser les déchets plastiques en les transformant en essence, diesel et gaz par pyrolyse. Cette dernière serait en mesure de convertir jusqu’à 160 kg de déchets plastiques en 120 litres de diesel par jour. Développée dans une logique low tech, favorable à l’économie circulaire, la solution est abordable, mobile et, surtout, autosuffisante en énergie. La société cherche actuellement des capitaux, sans pour autant perdre la main sur son projet.

eBikePort, la station de recharge autonome et durable

La jeune pousse eBikePort, basée en Nouvelle-Aquitaine et créée en 2012, a conçu une station de charge multifonction pour vélos électriques, trottinettes et smartphones. Pensée pour les milieux urbains, la station est autonome en énergie et propose une connexion WiFi gratuite ainsi que des casiers individuels et sécurisés à ses utilisateurs – qui, d’ailleurs, ne paient pas le service.

Le Chemin des Mûres, le coup de pouce aux circuits courts

Créée en 2019 après une incubation à l’Inria, la startup Le Chemin des Mûres s’est donné pour mission de favoriser les circuits courts et l’économie locale. Elle a développé une application destinée aux producteurs locaux, dont le but est de réduire les coûts de transport en mutualisant les livraisons. De quoi simplifier leur organisation logistique. La jeune pousse a été distinguée à l’occasion de la cinquième édition du concours Agrinove.

Octopus Lab, le pilotage de la qualité de l’air intérieur

Octopus Lab, une startup fondée en 2017 dans les Hauts-de-France, a pensé une solution SaaS à même de prédire l’évolution de la pollution de l’air intérieur et piloter les systèmes de ventilation des bâtiments. De quoi garantir la qualité de l’air intérieur sans compromettre l’efficacité énergétique. L’entreprise intervient à la fois lors de la conception, de la rénovation ou de l’exploitation des locaux. Une mission qui a été confortée à la suite d’une première levée de fonds de 350 000 euros menée l’an dernier.

Territoires neutres en CO2

Cette catégorie récompense des solutions de production, de stockage et de consommation énergétique qui permettent de réduire au maximum l’impact environnemental de l’ensemble de la population, dans la vie personnelle comme professionnelle et dans tous les territoires.

BeFC, la pile écologique à base de papier et d’enzymes

Fondée en 2020, la jeune pousse grenobloise BeFC (pour Bioenzymatic Fuel Cells) a mis au point un système de piles à biocarburants, écologiques, flexibles et fines comme du papier. Des catalyseurs biologiques – et non chimiques, comme il est d’usage – sont utilisés pour convertir des substrats naturels tels que le glucose ou l’oxygène en électricité. Basée sur la microfluidique, des électrodes de carbone et diverses enzymes, cette méthode de production d’énergie se veut durable. L’entreprise vient de lever 3 millions d’euros, quelques mois après avoir été élue meilleure startup du village francophone lors de la dernière édition du CES.

Reciclalia, le recyclage viable des pales d’éoliennes

Cette startup espagnole, fondée en 2011, a breveté deux technologies visant à démanteler des pales d’éoliennes et à revaloriser ses matériaux composites. Reciclalia parvient ainsi à réinjecter fibres de verre et de carbone dans diverses filières industrielles afin de favoriser l’économie circulaire. A noter que l’entreprise aurait déjà investi 1 million d’euros en R&D et recyclé 841 266 kg de composites depuis sa création.

3. Transition-One, la conversion des voitures en électrique

Créée en 2018, la startup Transition-One a développé une solution à même de convertir des véhicules thermiques en véhicules électriques et connectés, en seulement 4 heures. Le rétrofit, aussi connu sous le nom de conversion électrique, consiste à extraire l’ensemble des éléments spécifiques au moteur essence ou diesel pour le remplacer par un bloc moteur 100 % électrique et des batteries. Transition-One s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels, tant qu’il s’agit de reconfigurer des modèles de citadines ou d’utilitaires légers. La société cherche à boucler un tour de table de 8 millions d’euros pour lancer la production.

Water Horizon, la batterie mobile qui valorise la chaleur perdue

La jeune pousse Water Horizon, basée à Toulouse depuis 2017, a conçu une batterie mobile qui récupère la chaleur perdue des sites industriels pour la revaloriser dans un autre site – sous forme de chaud ou de froid. Une manière d’augmenter la part du renouvelable dans le mix énergétique et de réduire les émissions de CO2. L’entreprise a signé il y a quelques mois un contrat de partenariat avec Dalkia, filiale d’EDF spécialiste de la gestion des réseaux de chaleur, pour tester un prototype.

Infrastructures résilientes

Il s’agit, dans cette catégorie, de distinguer différents outils, processus ou bien encore objets connectés qui améliorent la performance opérationnelle et la compétitivité des organisations, tout en permettant à ces dernières de réduire leur empreinte environnementale en parallèle.

ACWA Robotics, la solution de maintenance des réseaux d’eau

Créée en 2018, la startup ACWA Robotics fabrique un robot capable de se promener le long des canalisations d’eau. Nourri à l’intelligence artificielle, ce dernier est en mesure de repérer les différents types de failles afin d’accélérer la réparation des sections endommagées. De quoi éviter des fuites inutiles, qui causent de grosses pertes d’eau à l’heure où la préservation des ressources devient un enjeu majeur – le déficit mondial en eau potable devrait atteindre 40 % d’ici à 2030, selon les dernières estimations de l’Organisation des nations unies (ONU).

Energiot, les capteurs pour optimiser les réseaux électriques

La jeune pousse espagnole Energiot, créée en 2017, conçoit des capteurs qui permettent d’analyser l’état des réseaux électriques. Auto-alimentés grâce au champ magnétique produit par les lignes de courant, ils détectent les anomalies pour réduire les coûts de maintenance.

InBolt, la digitalisation des processus manuels industriels

Fondée en 2019, la startup francilienne InBolt a imaginé des modules à même d’enregistrer les mouvements réalisés par les techniciens sur les lignes de production dans les usines. De quoi améliorer le rythme de production et rendre possible un contrôle qualité en temps réel. Ses technologies de microlocalisation optimisent, par ailleurs, le fonctionnement des robots. L’an dernier, la société a remporté le Prix ArianeGroup du Challenge Industrie du Futur.

WeeM, la cabine connectée qui facilite les démarches administratives

La cabine acoustique de la startup normande WeeM, fondée en 2017, participe de la lutte contre la précarité numérique en rendant les démarches administratives en ligne accessibles à tous. A l’aide d’une tablette dotée d’une interface ergonomique, les personnes les plus éloignées de l’informatique retrouvent un peu d’indépendance. Pensés pour permettre aux salariés de réaliser des tâches requérant de la concentration, ces espaces conviennent aussi au “micro-travail”. L’entreprise, qui vient d’annoncer une levée de fonds de plus de 2 millions d’euros, ambitionne de déployer un millier de cabines dans l’hexagone d’ici à la fin 2022.

C’est donc la dernière ligne droite pour ces startups finalistes, dont l’une d’entre elles n’attend plus que votre vote. Vous pourrez lui donner votre voix entre le 8 octobre et le 8 novembre et, peut-être, lui permettre d’être lauréate aux Prix start-up EDF Pulse 2020 aux côtés de trois autres jeunes pousses.

Le Prix spécial EDF Pulse Sport & Innovation

Nouveauté de cette année, le Prix spécial EDF Pulse Sport & Innovation, organisé en collaboration avec Paris 2024, récompensera des solutions et services innovants dans le domaine du sport. Cinq finalistes ont été retenus pour la finale de ce Prix spécial.

La remise des Prix start-up EDF Pulse 2020 se déroulera le 1er décembre 2020, au cours de l’événement innovation du groupe EDF, les Electric Days digital experience.

Votez pour votre startup préférée

Maddyness, partenaire média d’EDF