Décryptage#ESS
22 octobre 2020

Les Impacteurs veulent éveiller les consciences des futurs entrepreneurs

La startup bordelaise Les Impacteurs accompagne de grandes écoles pour aider les futurs entrepreneurs à intégrer la notion d'impact dans leur projet.

Si certain·e·s veulent traiter le mal par la racine, d’autres préfèrent semer des graines pour en récolter les fruits quelques années plus tard. Chacun·e aura son avis sur l’initiative de la startup sociale Les Impacteurs de travailler avec de grandes écoles pour attirer l’attention de leurs étudiant·e·s sur l’entrepreneuriat social. Créée en 2019, l’entreprise met au point des programmes d’innovation sociale afin d’éveiller les consciences à l’importance de la notion d’impact dans l’entrepreneuriat.

Depuis la rentrée, la startup a été mise à contribution par deux écoles, Kedge Business School et Sciences Po Bordeaux, afin de travailler avec plus de 1500 étudiant·e·s sur cette notion. « C’est important de toucher de jeunes étudiants pour leur inséminer cette notion d’impact, souligne Pablo Salut, cofondateur des Impacteurs. Il s’agit de sensibiliser les travailleurs, les entrepreneurs et les dirigeants de demain à cette dimension pour qu’ils puissent ensuite faire les bons choix dans leur vie professionnelle futur et créer, gérer ou transformer des entreprises responsables. »

Un cadre pour créer des entreprises plus responsables

Au programme : un challenge entrepreneurial qui doit permettre aux participant·e·s de concevoir un projet d’entreprise de A à Z… qui doit avoir un impact positif sur la société. Alors que le projet était initialement prévu en présentiel, il a finalement été basculé dans un format en ligne, via une plateforme développée par les Impacteurs cet été. Après une conférence de présentation du projet, les étudiant·e·s ont été invité·e·s à suivre consécutivement plusieurs modules pour les guider dans leur démarche entrepreneuriale : définition de leur idée, mise sur pied du modèle économique, écriture de leur pitch…

Durant une semaine à Kedge et sur un an à Sciences Po Bordeaux, les étudiant·e·s se mettent dans la peau de véritables entrepreneur·se·s, en gardant en tête que leur projet doit répondre à l’un des 17 objectifs de développement durable définis par l’ONU. Lutte contre la pauvreté, le gaspillage alimentaire ou encore le réchauffement climatique, les combats à mener ne manquent pas. Une dizaine de professeurs et une quinzaine d’experts, mobilisés par Les Impacteurs, ont encadré les projets pour vérifier qu’ils respectent à la fois les conditions d’impact social et environnemental et soient potentiellement viables.

Stimuler la créativité

Un test concluant, selon Pablo Salut. « Voir des jeunes de 18 à 20 ans qui ont adoré l’expérience, c’est encourageant. C’est une génération qui a plus d’appétence pour l’entrepreneuriat social que la génération précédente. Ces jeunes, qui se destinent pour certains à l’entrepreneuriat, ont déjà en tête de créer une entreprise avec un impact environnemental ou social. » Preuve que certain·e·s sont prêt·e·s à transformer l’essai, l’incubateur de Kedge a été « assailli d’étudiants » après le challenge.

Les Impacteurs réfléchissent quant à eux à enrichir leur plateforme avec du contenu plus poussé pour celles et ceux qui souhaiteraient concrétiser leur projet d’entreprise, avec notamment des guides juridiques. La startup a pour l’instant d’autres programmes à l’étude avec des incubateurs et des PME de la région bordelaise. « Notre plateforme peut aussi être utilisée pour stimuler l’intrapreneuriat ou aider à structurer la démarche entrepreneuriale de porteurs de projets plus matures. C’est aussi ce que nous allons chercher à développer. » De quoi accompagner les entrepreneurs sociaux de demain du berceau jusqu’à l’âge de raison ?