Portfolio#Accompagnement
2 novembre 2020

L’incubateur SQY Cub recrute les startups de sa nouvelle promotion

L’incubateur SQY Cub, porté depuis quatre ans par la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, lance un appel à candidatures pour son nouveau programme d’incubation et d’accélération jusqu’au 3 décembre prochain.

L’incubateur SQY Cub, initié et porté depuis 2017 par la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, est à la recherche de nouveaux porteurs et porteuses de projet. Généraliste, la structure tire parti de ses liens étroits avec les groupes implantés sur le territoire. Renault, Airbus, Thales ou encore Safran : les secteurs de l’aéronautique, de l’automobile et de la défense sont bien représentés. Membres du jury de sélection, qui se réunit tous les six mois, ces grands comptes participent de la dynamique de l’incubateur SQY Cub et s’intègrent pleinement dans le programme d’accompagnement des entrepreneur.se.s en herbe sur une durée totale de 6 à 24 mois. La richesse de l’écosystème de SQY et sa mobilisation en faveur de la création d’entreprises innovantes est l’une des spécificités et l’un des attraits de cet incubateur, qui ouvre en outre, la porte à de nombreuses expérimentations sur son territoire.

S’adapter à un contexte nouveau

Pour cette nouvelle salve de recrutements, SQY Cub indique vouloir capitaliser sur ses expériences passées et prendre en compte le contexte économique actuel”, bousculé par la crise de la Covid-19. L’incubateur SQYcub prendra appui sur une structure d’accompagnement généraliste, Incuballiance, référence sur le plateau de Saclay, et des experts pour proposer des services à la carte dans les domaines juridique, financier, marketing commercial et développement international, Rh et produit.

Son objectif est d’apporter une réponse aux diverses problématiques que rencontrent les startups. “Il s’agit de développer rapidement leur chiffre d’affaires, sur des bases saines et solides”, explique Anne Fahy, directrice générale adjointe au développement économique à la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, qui se dit “très optimiste”.

Des centaines d’ateliers, conférences, afterworks, sont organisés chaque année pour épauler les entreprises en complément de l’accompagnement individuel. “Nous voulons traduire le dynamisme local à l’échelle des startups. Nous avons la chance d’avoir un tissu économique très dense, capitalisons dessus pour montrer aux porteurs de projet que l’innovation n’a pas lieu qu’à Paris”, martèle Jean-Michel Fourgous, président de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, dont la volonté est d’assurer la meilleure incubation afin d’inciter les jeunes sociétés à rester sur le territoire.

Un outil, baptisé Initiative SQY, a d’ailleurs été mis en place pour permettre au territoire d’accorder des prêts d’honneur à taux zéro dans une fourchette comprise entre 5 000 et 100 000 euros. “Ce dispositif va au-delà des prêts à la création d’entreprise et des prêts à l’innovation, détaille Anne Fahy. Cela crée d’ailleurs un certain effet de levier, puisque pour 1 euro de prêt, les entreprises tendent à obtenir 3 à 4 euros en financement bancaire.”

“Modeler les athlètes de l’entrepreneuriat”

L’incubateur dispose d’un bâtiment totem, situé dans le quartier tertiaire de Guyancourt. Jusqu’à 20 jeunes pousses peuvent être hébergées simultanément. C’est le cas de Labcoor, à l’origine d’une unité mobile de contrôle et de gestion des flux pour l’événementiel. “Nous avons lancé la société en 2018, avant d’arriver dans la structure, mais nous aurions coulé sans accompagnement”, assure Vincent Charpentier, président de la startup, qui pointe que SQY Cub l’a mis en relation avec Thales pour monter un POC (Proof of Concept). La startup estime que “l’écoute et la disponibilité” de tous ces interlocuteurs ont permis d’accélérer la commercialisation de leur solution.

Forte du succès de son programme d’incubation qui a déjà fait émerger 41 startups, la structure s’apprête à en ouvrir un autre dédié à l’accélération, d’une durée de six mois. “Nous retiendrons des projets plus pointus, disposant déjà d’une technologie mature, dans les domaines de la cybersécurité, la smart city ou l’éducation du futur”, souligne Anne Fahy, mettant en avant l’usage de la 5G. Alors que les Yvelines accueilleront quatre sites lors des Jeux olympiques de Paris 2024, le Vélodrome national a reçu l’autorisation d’expérimenter sur la bande de fréquences des 26 GHZ. Un consortium composé de plusieurs grands groupes se sont réunis pour créer une plateforme 5G qui permettra aux startups locales de mettre leurs solutions à l’épreuve sur l’infrastructure. “À l’image de cette opération, nous voulons modeler ici les athlètes de haut niveau de l’entrepreneuriat”, illustre Jean-Michel Fourgous, soulignant la proximité avec Paris (30 minutes) et la présence sur le territoire de partenaires privés et publics – telle l’université Paris-Saclay.

La plupart des 10 plus grands groupes français en matière de dépôts de brevets disposent d’une antenne locale. “C’est la raison pour laquelle, si l’offre a bel et bien été renouvelée, nous conservons notre ADN : un lien étroit avec les entreprises”, indique Anne Fahy. Faire émerger des profils différents, issus du territoire, est l’un des arguments politiques ayant mené à la création de SQY Cub. Une vision qui a été récemment reconnue, puisque la structure a été distinguée dans le cadre de l’initiative French Tech Tremplin qui vise à favoriser la diversité dans l’écosystème du numérique. “Cela permet d’accompagner des personnes qui n’ont pas de réseau”, indique Anne Fahy, soulignant au passage que la communauté d’agglomération représente déjà “le troisième bassin de recrutement dans le domaine de la R&D et de l’ingénierie en Île-de-France, le cinquième à l’échelle nationale”.

Les porteurs et porteuses de projets candidats peuvent déposer leur dossier entre le 2 novembre et le 3 décembre 2020 sur la plateforme dédiée. La sélection aura lieu dans le courant du mois de décembre, afin de permettre un accueil au sein de SQY Cub dès le début du mois de janvier 2021.

Déposer son dossier

Maddyness, partenaire média de SQY