Décryptage#MaddyMoney
Temps de lecture : 03'15''
4 juin 2021
paysage
Luca

202 millions d’euros levés par les startups françaises cette semaine

Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine qui vient de s'écouler. 17 opérations ont permis aux startups françaises de lever plus de 202 millions d'euros.

Montant
202,02M€
Nombre d’opérations
17
TOUS LES VENDREDIS, L’ACTU FINANCIÈRE DES STARTUPS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Dans le cadre de ce bilan hebdomadaire des levées de fonds, Maddyness recense toutes les opérations annoncées par les startups dont le siège social se trouve en France. Si tous les secteurs d’activité sont éligibles, seules les entreprises âgées de dix ans ou moins apparaissent.

Autres actualités financières

RelevanC rachète Inlead. La filiale du groupe Casino, experte du marketing numérique, met la main – pour un montant non divulgué – sur l’activité complémentaire de la startup nantaise, à l’origine d’une plateforme qui permet aux enseignes, franchises, groupements ou réseaux d’entreprises de déployer des campagnes géolocalisées (via Google, Youtube, Facebook, Instagram, etc.) en ligne. L’opération doit permettre à l’acquéreur de renforcer sa solution, ainsi que se lancer sur le marché des petites et moyennes entreprises (PME).

LumApps acquiert Novastream. La jeune pousse lyonnaise, spécialiste de l’expérience collaborateur, met la main – pour un montant non communiqué – sur son homologue, à l’origine d’une solution de gestion de vidéos en entreprise. L’intégration permettra à ses clients (Airbus, Air Liquide, Motorola, Veepee, etc.) de stocker, gérer et diffuser de manière sécurisée des vidéos corporate auprès de leurs employé·e·s, clients et partenaires, puis de mesurer l’impact de leurs contenus vidéos. De quoi rendre, selon elle, « la vidéo aussi simple d’utilisation que le texte et l’image pour les directions de la communication, qui ont pour mission de favoriser l’information et l’engagement de tous les collaborateurs » .

Wynd acquiert Symag. La startup parisienne, qui édite un logiciel SaaS omnicanal pour l’encaissement ainsi que la préparation de commandes, met la main – pour un montant non divulgué – sur l’activité complémentaire de la filiale de BNP Paribas, spécialiste de l’encaissement, la fidélisation, la promotion et des services aux points de vente. De quoi « développer une offre sur le marché du commerce unifié, combinant l’édition de logiciel pour l’encaissement, la logistique et la fidélité avec une plateforme SaaS de microservices API en architecture cloud » , selon l’acquéreur. Pour mémoire, Wynd compte 80 clients – parmi lesquels Carrefour, LVMH, Orange ou Sodexo. La startup fait partie du Next40.

NamR lance son IPO. La startup NamR, spécialiste de la collecte et de l’analyse de données sur les bâtiments, va entrer en Bourse avec l’ambition de lever 8 millions d’euros. Cette entreprise de 45 salarié·e·s, créée en 2017, est dirigée par une ancienne membre du comité exécutif de Vinci, Chloé Clair, qui a été séduite par le potentiel de la jeune pousse et en a pris les rênes il y a 8 mois. Pour rappel, NamR a constitué, à partir de sources ouvertes et très hétérogènes, une plateforme de données au sujet de tous les bâtiments de France. Cette plateforme aide les propriétaires de bâtiments, assureurs et financeurs à prendre les meilleures décisions possibles en matière environnementale, industrielle ou commerciale.

HighCo Venturi voit son budget doubler. Le startup studio, spécialiste de la RetailTech, bénéficiera ainsi de 10 millions d’euros sur trois ans de la part de son fondateur, le groupe de data marketing HighCo. « L’objectif est de permettre aux distributeurs et aux marques d’optimiser leur performance marketing en s’adaptant à l’évolution des comportements d’achat de leurs clients » , précise la structure, qui a créé trois startups depuis sa fondation début 2020 – Nifty, Coupon[ai] et FlowCart. HighCo Venturi ambitionne de faire émerger « cinq startups réussies » d’ici à 2025. Fort d’une équipe de 6 spécialistes de l’accompagnement de dirigeants, le startup studio entend créer une centaine d’emplois dans ses entreprises.

Anaxago Capital lance deux fonds de capital-développement immobilier. La société de gestion s’adresse, avec « Society 2021 » et « Club-Deal Réemploi » , aux investisseurs particuliers et professionnels. Le premier, accessible dès 10 000 euros, « a été conçu selon un triptyque performance, durée courte et fiscalité avantageuse, en ciblant des opérations à taille humaine » . Le second, accessible à partir de 100 000 euros, « est un fonds diversifié d’opérations de marchand de biens et de réhabilitation d’actifs immobiliers dans les plus grandes villes françaises » . Pour mémoire, le premier fonds d’Anaxago Capital, « Society One » , a été lancé en 2019 et doté de 20 millions d’euros. Une somme qu’il a entièrement investie dès sa première année, à travers 26 opérations menées à travers toute la France.