Décryptage
Temps de lecture : 04'47''
20 juillet 2021

Réseaux d’accompagnement : l’atout local de Bpifrance

Bpifrance est un soutien permanent dans le développement de l’écosystème entrepreneurial français. Si ses différents outils et financements mis à disposition des créateurs d’entreprises sont connus, son activité locale, en territoire, l’est moins. C’est pourtant là, au plus près des acteurs, que sa véritable mission prend tout son sens.

Par le maillage dense des réseaux d’accompagnement soutenus par Bpifrance sur le territoire français, le collectif Création mené par Bpifrance ouvre la porte à l’entrepreneuriat comme moteur de croissance. Camille Madelon, fondatrice de Hoopigo, startup spécialisée dans le coaching numérique de patients hospitalisés du préopératoire au postopératoire, fait partie des lauréat·e·s accompagné·e·s par l’association Réseau Entreprendre. Avec Philippe Cormier, Directeur de Réseau Entreprendre Yvelines, elle explique les mécanismes de ce partenariat.

Des implantations locales au service des entrepreneurs

Loin de correspondre au cliché de l’entrepreneur solitaire qui ne sert que ses propres intérêts individuels, la création d’entreprise, et notamment des TPE et PME, est un levier de croissance et d’emploi à l’échelle nationale : le nombre de créations d’entreprises ne cesse de croître. D’un peu plus de 560 000 début 2017, elles ont dépassé le million au deuxième trimestre 2021. Or, pour optimiser la réussite de ces nouvelles aventures entrepreneuriales, il est souvent nécessaire de doter les créateurs et créatrices d’un accompagnement à la hauteur de leurs besoins.

C’est dans cet objectif que le collectif Bpifrance Création soutient et anime 28 réseaux qui eux-mêmes accompagnent près de 150 000 créateurs et créatrices d’entreprises sur l’ensemble du territoire français. L’association Réseau Entreprendre est l’une de ces structures. Pour Philippe Cormier, le soutien de Bpifrance est précieux : « Bpifrance est un véritable partenaire qui ne se résume pas, même si c’est essentiel, au soutien financier. Nous partageons un objectif commun : celui de la création d’entreprise comme moteur de la création d’emplois ». C’est d’ailleurs une des conditions d’accès à l’accompagnement par Réseau Entreprendre. « Lors de la phase de sélection des entrepreneurs, nous sommes très attentifs à la création d’emplois. Nous leur demandons un plan de développement qui intègre l’ouverture de 3 à 5 postes à 5 ans, et 8 à 10 postes sur 10 ans ».

Par extension, au-delà même du recrutement, c’est plus généralement l’humain qui est au cœur de cette stratégie d’accompagnement tripartite. Une dimension essentielle, selon Camille Madelon : « L’humain est la clé de voûte de cet accompagnement. Les membres de Réseau Entreprendre ont fait preuve d’une grande bienveillance tout au long de mon parcours, et j’ai senti une véritable envie commune de réussir ». Une opinion partagée par Philippe Cormier, qui rappelle que « la première valeur en laquelle nous croyons, c’est la prépondérance de la personne, tant pour nos membres – des entrepreneurs ou retraités bénévoles – que pour les entrepreneurs qui suivent nos parcours d’accompagnement ».

Un accompagnement varié, toujours sur-mesure

À qui sont destinés ces parcours d’accompagnement ? Les profils des entrepreneurs et entrepreneuses sont variés. Du salon de coiffure à la PME à fort potentiel dans le domaine de l’énergie, les tailles d’entreprises, budgets, ambitions de croissance et étapes de maturité sont très divers. Pour répondre à tous les besoins, Bpifrance s’appuie sur des réseaux également très variés, capables d’accompagner tou·te·s les porteur·se·s de projets.

Les réseaux d’accompagnement n’interviennent pas tous au même moment ni auprès des mêmes entreprises. On peut distinguer trois grands piliers de leur action. Le premier pilier est celui de la sensibilisation. Des structures telles que CitésLab ou les Groupements de Créateurs agissent ainsi sur l’ensemble du territoire, y compris dans les Quartiers prioritaires de la Politique de la Ville, pour promouvoir l’entrepreneuriat auprès des différents publics, notamment les plus jeunes et les femmes. Une offre de sensibilisation est ainsi dédiée aux jeunes avec des acteurs comme Entreprendre pour Apprendre ou 100 000 entrepreneurs qui interviennent dès le collège pour faire naître un engouement entrepreneurial chez les travailleur·se·s de demain.

Deuxième pilier : l’accompagnement lors de la phase de création de l’entreprise. Souvent spécifiques à un type de public, de contexte ou d’activité, les réseaux tels que la BGE, Force Femmes, Positive Planet ou les Couveuses guident les porteurs et porteuses de projets au plus près de leurs besoins. Du pitch à la levée de fonds, ces réseaux soutiennent la création d’entreprise avec l’appui de Bpifrance, et orientent au mieux les créateurs et créatrices dans leurs démarches tant administratives (rédaction des statuts, immatriculation…) que stratégiques (business plans, évaluation des différents modes de financements possibles, prévision des ressources nécessaires…).

Le troisième et dernier pilier de la stratégie développée par Bpifrance avec ses partenaires en région est le financement. En accompagnant les porteurs et porteuses de projet dans la constitution de leurs dossiers de financement, des réseaux tels que l’Adie, Réseau Entreprendre ou encore France Active et Initiative France se positionnent comme des garants auprès des banques, développent une offre de prêt ou de garantie et agissent comme intermédiaires décisionnaires de l’octroi de prêts conventionnés par Bpifrance. Or ces prêts, et l’accompagnement dans le montage des dossiers, sont une précieuse ressource pour les entrepreneur·se·s. « Grâce à l’accompagnement de Réseau Entreprendre, j’ai pu obtenir un prêt d’honneur de Bpifrance. C’est un vrai coup de pouce, notamment sur les débuts et la constitution de nos équipes », confirme Camille Madelon.

L’accompagnement dans la phase de financement ne se résume néanmoins pas à une simple étude de dossier et à un accord ou refus de prêt, comme l’indique la fondatrice de HoopiGo : « Le parcours dans son ensemble a de nombreuses répercussions positives. Le fait que je sois accompagnée par Réseau Entreprendre, que je sois lauréate et que j’obtienne un Prêt d’Honneur Solidaire auprès de Bpifrance m’a par exemple permis d’obtenir un prêt auprès de la Banque Populaire. Ce type de parcours est à la fois un soutien financier et un facteur de réassurance des partenaires potentiels. »

Avec 320 structures financées pour 37 millions d’euros de subventions et dotations en 2020, les réseaux partenaires de Bpifrance ont notamment pu pallier certaines des difficultés rencontrées par les créateurs et créatrices dans un contexte particulièrement difficile. De quoi repartir du bon pied en faisant fructifier les énergies entrepreneuriales et créatrices des territoires.

Maddyness, partenaire média de Bpifrance