Actus
Temps de lecture : 04'20''
20 septembre 2021

Pourquoi une entreprise engagée est-elle une entreprise performante ?

Et si le meilleur avantage concurrentiel d'une jeune entreprise résidait dans son engagement humain et sociétal ? Pauline Duval, directrice générale du Groupe Duval, a partagé lors de la Maddy Keynote, qui a eu lieu le 14 septembre dernier, ses conseils issus de ses expériences de cross-mentoring et de ses collaborations avec des startups.

En 2020, malgré le contexte de crise, la French Tech est devenue le premier écosystème de l’Union européenne en termes de levées de fonds. Les startups françaises ont réalisé 620 levées pour un total de 5,4 milliards d’euros, soit une augmentation de 7% entre 2019 et 2020. Autre tendance à la hausse : le nombre de licornes tricolores, qui a plus que triplé en moins de 3 ans, passant ainsi de 5 en 2018 à 18 en juillet 2021.

Toutefois, malgré cette dynamique avérée, on n’en compte pas moins beaucoup d’appelées mais peu d’élues. En effet, si l’Hexagone comptait plus de 10 000 entreprises innovantes en 2020, le taux de faillite est lui aussi conséquent : 40% des startups échouent quand elles ne sont pas accompagnées ! Une proportion qui diminue de moitié pour les structures bénéficiant d’un accompagnement. D’où l’intérêt d’appliquer les meilleurs conseils de la part de celles et ceux qui accompagnent les entreprises au quotidien.

Le cross-mentoring, un modèle vertueux

Pauline Duval, directrice du Groupe Duval, accompagne en tant que business angel une trentaine de dirigeants de startups et estime que « c’est très stimulant » . « J’apprends beaucoup d’eux et cela nous permet de nous challenger mutuellement. Je suis régulièrement impressionnée par la créativité et la détermination qu’ils peuvent avoir. » Au sein du Groupe familial Duval, le cross-mentoring est plus qu’une simple démarche de développement. C’est un cercle vertueux qui s’inscrit au cœur de la stratégie de l’entreprise. L’objectif : créer de la valeur durable et partagée.

C’est tout l’intérêt du cross-mentoring : celui de partager des enjeux communs, des bonnes pratiques mais aussi de proposer une vraie complémentarité de regards entre les problématiques des startups et celles de groupes à la fibre entrepreneuriale. Une philosophie qui mène au succès, à l’image du premier investissement réalisé par le Groupe Duval il y plus de 7 ans : Lydia. Aujourd’hui, la startup fait partie du Next 40.

L’humain, pilier de réussite

Quels sont alors les prérequis pour permettre à une startup de casser les codes et de remporter le pari de l’innovation ? « Tout d’abord, soyez vous-mêmes. La réussite d’une startup repose avant tout sur ses sujets humains » , insiste Pauline Duval. « Ensuite, sincérité, humilité et détermination sont plus que jamais les ingrédients de la réussite. La capacité à se remettre en question, à écouter mais aussi la ténacité sont clés. Les entreprises qui réussissent le mieux sont le plus souvent celles qui, à un moment, ont su pivoter et repenser leur business model. » 

La réussite entrepreneuriale dépend avant tout de la capacité d’un entrepreneur ou d’une entrepreneuse à s’entourer de meilleurs que lui ou elle, en interne comme en externe, et à s’ancrer dans une logique collaborative et d’intelligence collective.

Pour obtenir le collectif le plus performant, Pauline Duval insiste sur l’intérêt de la diversité et de la mixité des profils. Ce n’est qu’en mobilisant des compétences et des expériences différentes qu’une entreprise parvient à devenir plus créative, plus innovante et donc plus performante. « Je suis moi-même particulièrement sensible au sujet de la mixité. C’est un facteur de compétitivité, d’attractivité et de pérennité des entreprises. » 

Les investisseurs et investisseuses ont aussi le pouvoir de faire avancer les choses en la matière, comme le souligne Pauline Duval : « En tant que business angel, 40% des sociétés dans lesquelles j’ai investi sont dirigées par des femmes très talentueuses : Jolimoi, FirmFunding, NeoFarm ou D+ for care. »

Anticiper la transmission

Ancrer la startup dans la pérennité implique d’anticiper d’emblée la transmission du savoir, du capital et des compétences. Pourquoi ? Parce que penser transmission oblige à penser le temps long et à aborder différemment le co-leadership. Une étape essentielle pour embarquer les collaborateurs dans cette aventure entrepreneuriale. Dès le départ, il est impératif de concevoir des savoirs agiles et transversaux qui puissent être partagés avec l’ensemble des équipes. Si la transmission des compétences et des savoirs s’avère une clé de pérennité, le partage du capital s’avère tout autant important dans la fidélisation des talents. À l’heure de la guerre des talents, c’est même un facteur de premier ordre. 

« Par exemple, la pratique de l’intéressement au capital des personnes-clés se développe de plus en plus. C’est une façon d’assurer la pérennité des sociétés au-delà de leurs fondateurs. Chez Duval, c’est une de nos valeurs cardinales mais c’est surtout une des clés de succès pour toute jeune entreprise inclusive. »

Si l’humain reste le premier facteur de succès, le projet est lui aussi primordial, à commencer par son time-to-market. Mais pas que ! « Avant tout, il importe aujourd’hui d’être time-to-planet et même time-to-society. La contribution sociétale d’un projet est plus que jamais déterminante. L’engagement des entreprises et leur capacité à donner du sens n’est plus une option mais une question de performances économiques durables » , détaille Pauline Duval.

En ce sens, la crise du Covid a eu un impact positif en accélérant l’engagement des entreprises. Une contribution sociétale elle aussi vertueuse puisque non seulement il permet de fidéliser les clients, mais aussi d’attirer les meilleurs talents. À offres équivalentes, 78% des salariés choisiraient ainsi de rejoindre une entreprise engagée pour la transition écologique.

Dans cette optique, avant de penser à l’international, la valorisation des territoires doit être une priorité. Là aussi, l’impact de la crise sanitaire se fait sentir à travers un besoin de plus en plus prononcé de proximité. À l’image de l’engagement sociétal, l’impact pour les communautés locales se veut décisif. Les territoires constituent désormais le premier échelon de la transformation globale.

Maddyness, partenaire média du Groupe Duval