Actus#foodtech / winetech
Temps de lecture : 02'05''
26 octobre 2021
Crédit : Cajoo

Carrefour s’appuie sur Cajoo et UberEats pour se lancer dans la livraison rapide

À peine deux mois après son entrée au capital de Cajoo, service de livraison en une dizaine de minutes, Carrefour lance sa propre solution de livraison express, Carrefour Sprint. Au niveau de la préparation et du stockage, elle s'appuiera sur la startup parisienne et pour l'interface de commande, sur UberEats.

En quelques mois, les plateformes de livraison de courses en quelques minutes ont pris d’assaut la Paris. Entre Kol, Cajoo, Gorillas, Flink & co, la bataille fait rage. Pour tenter de se frayer un chemin à côté d’acteurs comme Gorillas, qui a récemment levé un milliard de dollars, Cajoo a choisi de faire entrer Carrefour à son capital lors de sa levée de fonds de 40 millions de dollars en septembre dernier. À cette occasion, Henri Capoul, cofondateur et CEO, se réjouissait de gagner « un accès à la centrale d’achat de ce géant, pour proposer un choix plus large à nos clients, tout en gardant d’autres marques qui nous semblent intéressantes, en direct » . « C’est aussi un avantage logistique, puisque Carrefour va nous aider à alimenter nos entrepôts », ajoutait-il.

Aujourd’hui, la coopération prend concrètement forme et la startup semble se mettre au service de l’enseigne de supermarchés. Contrairement à ses concurrents directs – Auchan ou Leclerc qui ont opté pour le drive piéton – Carrefour a choisi de lancer sa propre solution de livraison rapide : Carrefour Sprint. L’enseigne entend bien se reposer sur son investissement pour opérer sa nouvelle stratégie. « Cajoo opérera en effet la préparation des commandes de Carrefour Sprint, en plus de ses propres commandes, précise le communiqué. Ceci marque une nouvelle étape de la coopération entre les deux acteurs, seulement quelques semaines après l’annonce de la prise de participation de Carrefour dans la startup« , précise nos confrères de BFM Business.

Près de 2000 produits sont concernés, aussi bien dans l’alimentaire – des fruits et légumes, aux surgelés ou produits frais -, que dans l’hygiène et l’entretien, détaille Les Echos.

Si Cajoo opère dans plusieurs grandes villes françaises à travers ses 20 dark store (dont 10 dans la capitale), Carrefour Sprint se limitera, dans un premier temps, à Paris, Boulogne, Neuilly et Levallois avec une extension à Lyon, Lille, Montpellier, Toulouse et Bordeaux d’ici la fin de l’année. De quoi imaginer que la startup ne devienne qu’un simple outil de logistique et de stockage pour le groupe ? Si ce scénario devient réalité, il serait bien loin des ambitions affichées en septembre dernier, celles de « devenir un géant européen de la livraison ultra-rapide » .

Troisième acteur de cet accord tripartite, UberEats. L’enseigne de supermarchés collabore déjà avec l’entreprise américaine pour de la livraison en 30 minutes. Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, UberEats s’occupera de l’interface utilisateur pour le passage des commandes avant que Cajoo ne prenne le relais sur la gestion des commandes.