21 janvier 2022
21 janvier 2022
Temps de lecture : 5 minutes
5 min
10053

Kompozite traque les émissions de carbone dans la construction

La plateforme d’aide à la conception de bâtiment bas carbone, Kompozite, vient d'annoncer une levée de 1,4 million d’euros. Damien Cuny, cofondateur de la startup avec Boris Gusarov, détaille ce qui se cache derrière sa solution.
Temps de lecture : 5 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
Crédit : Andrew Coop

La chasse aux émissions de carbone se poursuit… Dans le milieu de la construction cette fois-ci ! Entré en vigueur le 1er janvier 2022, la réglementation RE 2020 fixe des objectifs ambitieux de réduction des émissions de CO2. Ce qui devrait conduire à un intérêt grandissant pour des matériaux biosourcés comme le bois au détriment du béton et de l’acier. C’est là que la situation se complexifie. Changer pour du bois ne suffit pas; la construction nécessite de prendre en considération pléthore d’autres facteurs comme les normes, la sécurité, le coût, etc.

"La première chose à prendre en compte est la sécurité et le confort des usagers - par exemple respect des contraintes structurelles ou incendie. Une fois qu’on est certain d’être en conformité sur ces points, on peut s’intéresser à la brique carbone" , détaille Damien Cuny, cofondateur de la startup Kompozite avec Boris Gusarov. Le sujet carbone ne peut être pensé séparément. Il est indissociable des autres critères. Réussir à prendre toutes ces dimensions en considération par rapport aux caractéristiques propres à chaque matériau est un travail faramineux que Kompozite se propose de réaliser pour ses utilisateurs.

Cette solution Saas permet d’entrer les contraintes de son chantier et de recevoir, en retour, une liste des matériaux adéquats avec, en plus, l’empreinte carbone de chacun d’entre eux. Laissant ensuite le choix aux responsables de la construction de choisir celui qui leur paraît le plus adapté.

"Un être humain ne pourra pas absorber toutes les informations des matériaux du marché et il ne sera jamais au courant de toutes les innovations réalisées. Notre plus value repose sur le caractère multicritères de notre solution" , pointe l'entrepreneur. Sans oublier le choix fait sur l'UX design qui rend très accessible son utilisation et le décryptage des données aux architectes, promoteurs, constructeurs, bureaux d'étude…

Les données présentées sur la plateforme sont issues de diverses sources publiques telles que la base Iniès pour la donnée environnementale, les documents de tierce certification et en dernier lieu les catalogues produits si nécessaire. Les liens vers les sites de référence utilisés sont accessibles en haut de la fiche produit afin de rassurer sur la méthode. 

2022, année de la commercialisation 

Le concept, qui semble réservé aux initiés, n’est pas passé inaperçu auprès des investisseurs. Avant même le développement de leur solution, Damien Cuny et Boris Gusarov avaient réussi à lever 200 000 euros auprès de Christophe Chausson, Marc Batty (cofondateur de Dataiku), Christophe Courtin, spécialiste de l’immobilier responsable, Patrick Jacquemin et Pierre Trémolières. Convaincu du concept "et de la profondeur du marché" à l’époque, ils ont également réinvesti dans le dernier tour de table de la startup. Réalisé il y a quelques mois, celui-ci a fait entrer trois fonds à son capital dont deux à impact - Citizen Capital et Alliance for Impact - et Foundamental, un fonds allemand. Un choix qui répond aux ambitions de la startup de se développer rapidement sans pour autant négliger le coeur de son modèle : l’impact. 

Grâce à ces fonds, 6 nouveaux collaborateurs ont rejoint l’aventure, gonflant les rangs à une petite dizaine de personnes composées d’experts business du secteur et techniques. Et il faudra des forces vives pour continuer à développer l’aventure. "Nous sommes à 5% du projet que j’aimerais réaliser" , confie le cofondateur. Pour y arriver et continuer à développer des fonctionnalités et des services simples et faciles d’accès à tous les utilisateurs, "nous écouterons leurs feedback et travailleront sur la technologie" . L’autre volet prioritaire repose sur la partie commerciale. La solution est disponible, sous forme d’abonnement, depuis mi-janvier. 

Dans un premier temps, l’équipe de Kompozite se concentrera sur la France pour continuer à faire évoluer son produit et bien l’intégrer dans le paysage. "Le sujet est à minima européen même s’il touche le monde entier" , souffle Damien Cuny qui envisage de proposer sa solution en Europe à plus long terme. "Mais ce ne sont pas les mêmes réglementations et les mêmes règles de calcul" , tempère t-il, pour rappeler qu’il ne s’agira pas simplement de faire passer la frontière à sa solution.  

Un contexte porteur 

L’entrée en vigueur en France de la norme RE 2020 —  visant à rendre les prochaines constructions neuves plus respectueuses de l’environnement — est "un premier jalon" pour Damien Cuny. "Nous intervenons sur un secteur où il devra et où il va y avoir une vraie révolution. Mais le réveil n’a pas encore tout à fait eu lieu. Il n’y a pas encore une prise de conscience globale" , regrette l’entrepreneur. La réglementation, l’intégration du calcul carbone et sa réduction dans les comptes des entreprises devraient sans doute donner un coup de fouet à des sociétés comme Kompozite. Quelques acteurs, précurseurs et sensibilisés à ces enjeux, existent néanmoins. Kompozite a pu échanger avec eux et leur faire tester sa solution pendant six mois afin de faire aboutir sa première solution. Il s’agira, pour 2022, de continuer à convaincre les acteurs moins sensibilisés.