Décryptage#fintech
Temps de lecture : 02'01''
25 janvier 2022
panorama fintech assurtech 2022
Photo par Benjamin Voros via Unsplash

Les jeunes Fintechs et Assurtechs parient sur l’international et séduisent les investisseurs

Les nouvelles Fintechs et Assurtechs en amorçage misent sur des produits futés et des solutions hautement technologiques pour proposer une expérience utilisateur optimale. Mais aussi sur des modèles économiques solides, des stratégies commerciales éprouvées et des valeurs d’engagement citoyen.

2021 a été l’année des licornes. 2022 est (déjà) celle des licornes Fintechs : pas moins de trois ont émergé depuis début janvier (Qonto, Payfit et Spendesk). Derrière ces scaleups, devenues des emblèmes d’un secteur bouillonnant, se cache une nouvelle génération d’entreprises tricolores. Maddyness en a dénombré 97 dans la nouvelle édition du panorama des Fintechs et Assurtechs early-stage, réalisé en partenariat avec platform58, l’incubateur de la Banque Postale. Ces entreprises de moins de trois ans et qui ont levé moins de 3,5 millions d’euros sont 11% plus nombreuses que l’an dernier et 15% de plus qu’en 2020.

Consultez le livre blanc 2022

Que retenir de cette nouvelle édition ? D’abord, peu de changements dans la répartition entre B2B et B2C. Comme l’année dernière, les solutions B2C restent légèrement majoritaires (53%). De plus en plus de startups présentant une solution à destination des particuliers développent également une offre pour les entreprises : plus d’une startup sur deux (51%) s’adresse désormais aux entreprises.

Une stratégie payante, si l’on en croit les indicateurs financiers déclarés par les startups du panorama. Près des deux tiers (62%) des entreprises indiquent ainsi un taux de croissance annuel de leur chiffre d’affaires supérieur à 300%. Mais surtout : près d’une startup sur cinq (19%) déclare dégager un bénéfice.

Séduire les investisseurs et les clients

Preuve de la solidité de ces modèles, elles sont de plus en plus nombreuses à passer par la case levée de fonds, y compris auprès de fonds d’investissement, dès la phase d’amorçage. 57% des startups ont eu recours à une levée de fonds dilutive, presque autant que celles qui ont réalisé des opérations non dilutives (64%). Les investisseurs ont bien compris que Fintech et Assurtech sont des terreaux fertiles pour de futurs succès entrepreneuriaux et n’hésitent plus à jouer les bonnes fées en se penchant de plus en plus tôt sur les berceaux des startups en amorçage.

Pour gagner en légitimité, les startups utilisent un autre levier, regardé de près par les investisseurs : leur engagement social et écologique. Et de ce côté-là, elles doivent encore faire leurs preuves pour aligner leurs actions avec leurs discours, notamment en ce qui concerne l’inclusion et la diversité. En 2022, seules 3% des startups Fintechs et Assurtechs en amorçage sont fondées par des femmes – une proportion en nette baisse par rapport à 2021. Pour faire aussi bien que leurs aînées, les nouvelles Fintechs et Assurtechs devront s’efforcer d’être aussi rigoureuses en matière d’engagement qu’en matière de conformité à la réglementation…

Consultez le livre blanc 2022