Tribunes#Services
Temps de lecture : 07'24''
19 juillet 2022
Crédit Maddyness

STATION F: 5 ans, 5015 startups et après ?

Alors que STATION F fête ses 5 ans, Roxanne Varza confie à Maddyness son constat sur l’écosystème, son retour sur ces dernières années autant que sa vision des prochaines étapes pour un incubateur devenu incontournable en Europe et une vitrine incontestable pour l’écosystème français.

Avec près de 5015 startups accompagnées en 5 ans, “le plus grand incubateur du monde” se voit continuer à grandir et veut porter encore plus loin un “écosystème encore sous-estimé” mais qui a pourtant su inspirer et tirer son épingle du jeu sur la scène internationale. Retour vers le futur avec la directrice de Station F.

English version here

La France, un écosystème sous-estimé

Au cours des 5 dernières années, l’écosystème a beaucoup évolué – et j’ose constater que nous avons joué un rôle dans cette évolution. Lors de notre lancement, l’écosystème Français était presque vu comme une blague à l’international. Bien sûr, il y avait une licorne ou deux, mais nous étions toujours hyper loin derrière Berlin et Londres. L’entrepreneuriat était encore naissant, le financement était rare et les meilleurs talents partaient ailleurs presque intuitivement. Donc, quand nous avons annoncé que nous voulions remplir notre bâtiment au centre de Paris avec 1 000 startups, beaucoup ont pensé que cela n’arriverait tout simplement jamais. « Y a-t-il vraiment 1 000 startups en France ? ». 

Mais la France s’est sous-estimée – comme elle a l’habitude de le faire. Notre lancement a coïncidé avec le Brexit, la présidence de Donald Trump ; des facteurs géopolitiques qui menaient à ce que nous pourrions décrire, comme des changements cruciaux dans les écosystèmes mondiaux.

La France – qui a toujours été un pays attractif pour des raisons historiques et culturelles – a finalement démontré qu’elle pouvait aussi être attractive pour les entreprises. Aujourd’hui, la création de nouvelles entreprises est à un niveau record, la tendance des talents s’est inversée avec des talents entrants plutôt que sortants, le financement a atteint 11,6 milliards d’euros l’an dernier (plus de 2 fois le montant levé en 2020, dont 60 % provenant de fonds internationaux) et nous avons atteint l’objectif du président Macron d’avoir 25 licornes en 2025… en janvier 2022 – 3 ans plus tôt. Pas mal.

Vous vous rappelez quand on s’appelait « 1000startups » et « Halle Freyssinet ? »

A STATION F, nous avons aussi vécu de nombreuses transformations. Au départ, nous avons cherché à prouver que oui, il est possible de remplir un immense espace au centre de Paris avec 1 000 startups. D’ailleurs, lorsque j’ai rejoint le projet, le nom temporaire utilisé était « 1 000 startups ». Et, croyez-le ou non, cet objectif a été atteint plus facilement que prévu.

Au cours de notre première année, notre campus a recueilli plus de 11 000 candidatures du monde entier. Mais au fil du temps, nous avons réalisé que le nombre de candidats était plus une vanity metrics, le vrai critère, c’est la qualité et le type d’entrepreneurs qui nous rejoignent et les faire bénéficier de notre communauté.

Quelques exemples ? STATION F serait-elle ouverte et attractive aux serial entrepreneurs ? Oui – nous avons en fait vu le pourcentage passer de 30 % à plus de 50 %. Ou encore, les entreprises apprécieraient-elles le campus et voudraient-elles y rester après leur programme ? Oui, nous constatons qu’une majorité d’entreprises créent 2 ou 3 programmes différents. Nous avons dû commencer à limiter les entreprises à 2 ans sur le campus pour faire de la place pour les autres. Mais la demande diminuerait-elle après la première année ?

Et non, nous avons vu une augmentation de la demande dans tous les domaines – des startups, des partenaires et des événements. Et au-delà du fait que c’est un joli campus, est-ce que ca pourrait être aussi un endroit où les entreprises pourraient franchir des étapes clés et prospérer ? Et là encore, la réponse était positive, même si le financement n’est pas la seule mesure de réussite à prendre en compte, nos entreprises ont levé 1,8 milliard d’euros à ce jour, dont près de 500 millions d’euros au cours du seul premier semestre 2022.

5015 startups et plein d’enseignements

Sur une note plus personnelle, j’aimerais penser que j’ai appris une ou deux choses au cours des 5 dernières années (enfin, en 6 ans et demi puisque j’ai commencé en 2015, avant le lancement).

Nous parlons souvent de STATION F comme un succès (ce qu’il est devenu), nous mentionnons nos grands chiffres, parlons de nos licornes et nos soonicornes – mais nous n’évoquons pas toutes les choses que nous avons mal faites ou que nous avons dû changer. Il y en a eu plusieurs. Par exemple, nous avons dû arrêter certaines offres parce qu’elles ne fonctionnaient pas comme nous l’avions imaginé, nous avons dû ajouter ou modifier certains processus carrément négligés ou inefficaces, et nous avons dû changer d’équipements et d’installations car ils n’étaient pas adaptés à l’usage réel sur le campus. Et il y a encore une tonne de choses que nous voulons améliorer. Voici quand même quelques éléments clés que j’ai appris.

Je crois énormément à l’importance de l’espace physique – encore plus depuis la période Covid. Et même si j’aime la technologie, je crois qu’il y a une magie dans les interactions réelles qui ne peut pas être reproduite en ligne. L’espace et la disposition physique ont également un impact sur les types d’interactions que les gens ont sur leur créativité – hauts plafonds, espaces ouverts, salles de réunion transparentes, etc. Tout cela communique beaucoup de choses et facilite (ou inhibe) différents types de comportement. Au fil du temps, mon équipe est devenue de plus en plus consciente des différents usages de nos espaces.

Nous avons fait de nombreux ajustements et continuerons à en faire d’autres. Pour les startups en phase de démarrage qui manquent de ressources, il est également important de maintenir un bon équilibre en matière de confort sur le lieu de travail – un entrepreneur bien connu m’a dit un jour « STATION F est peut-être trop confortable ». Bien qu’il soit facile de penser que tous les espaces de travail se ressemblent, nous constatons que cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité.

Maintenant, même si nous aimons l’espace physique, notre expérience initiale a été conçue en mettant trop l’accent sur la présence physique. Bien avant le Covid, nous avons remarqué que nos startups travaillaient toutes à leur rythme et ne venaient parfois au bureau que quelques fois par semaine ou par mois. Par conséquent, ils manqueraient des moments clés de rencontre et ils ne pourraient pas capter toute la valeur que STATION F voulait offrir. En conséquence, nous avons commencé à repenser une grande partie de notre expérience pour un modèle hybride.

Toutes les ressources ne sont pas égales

Si on compare les espaces d’incubation et d’accélération utilisés par des startups, les ressources commencent à se ressembler ; espace de bureau, wifi, offres de remise sur les outils, mentors, événements. Alors, en quoi sommes-nous différents ? On me pose tout le temps cette question. La vérité est que ces éléments sont les « bases » – ils comptent certainement, mais ils ne sont généralement pas la raison pour laquelle les startups choisissent un endroit plutôt qu’un autre. Pour nous, ce que les startups apprécient le plus, c’est la marque et la communauté STATION F – et ces deux choses ouvrent des portes.

Quand les startups rejoignent STATION F, elles ont littéralement accès à tout le monde dans notre réseau, c’est pourquoi nous mettons tant d’efforts à construire et à sélectionner les différents membres de notre communauté. Chaque partenaire est un leader mondial dans son domaine capable d’offrir son aide au niveau international. Chaque startup qui nous rejoint est validée (si elles ne sont pas pré-sélectionnées) par notre équipe et souvent évaluée par d’autres entrepreneurs. Nous invitons aussi les leaders mondiaux de divers secteurs à venir sur le campus pour rencontrer des entreprises pertinentes.. Tout cela pour dire que la création d’entreprise – malgré la technologie – est très relationnelle, et nous pensons que le fait d’avoir une bonne communauté facilite les relations clés.

Ce qui compte le plus ? La culture

Finalement, c’est sur ce sujet que je pense que nous avons le plus appris. Nous avons eu de la chance avec notre culture sur le campus sachant qu’elle a un caractère organique. Mais pour construire une communauté forte où les entrepreneurs ressentent vraiment un sentiment d’appartenance, nous sommes obligés d’être beaucoup plus « intentionnels » dans tout ce qu’on fait. La plupart du temps, nous laissons chacun évoluer dans la communauté – cela permet beaucoup de liberté, mais cela ne crée pas toujours un environnement qui pousse tout le monde vers l’avant.

C’est surtout vrai pour notre communauté internationale qui est habituée à des modes de travail et de socialisation très différents. Nous pouvons construire le plus grand espace du monde, inviter les meilleurs entrepreneurs et partenaires à participer, mais sans établir les lignes directrices et les bonnes valeurs pour la culture, nous perdrons la moitié de la valeur que nous essayons de créer. C’est donc là que nous avons décidé d’investir beaucoup plus d’énergie. 

5 ans plus tard, de quoi sommes-nous le plus fiers ?

Il y a tellement de choses que nous avons accomplies au fil des années – il est difficile de choisir une seule chose. Mais si je devais choisir, je dirais que c’est que nous avons réussi à créer quelque chose, qu’aujourd’hui d’autres écosystèmes veulent copier. Cela semblait impensable pour la France il y a 5 ans. La France était introvertie et cherchait l’inspiration ailleurs – jamais nous n’avions imaginé que nous pouvions à notre tour inspirer les autres. Et maintenant, en regardant tout ce qui s’est passé, je suis très heureuse que nous ayons joué ce rôle.

Alors après 5 ans, beaucoup de gens nous demandent : quelle est la prochaine étape ? Eh bien, nous avons déjà beaucoup de nouveaux projets en cours (pas de spoilers, sauf peut-être quelques indices que j’ai donnés ci-dessus). Nous sommes ravis de compter sur notre excellente fondation et de transformer notre petit campus pre-seed / seed en un véritable empire.