16 février 2023
16 février 2023
Temps de lecture : 4 minutes
4 min
18203

VRrOOm, le métaverse à la portée de tous

La startup VRrOOm, située dans les Pyrénées-Orientales, s'apprête à sortir une plateforme "no code" pour créer son propre événement dans le métaverse.
Temps de lecture : 4 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

"Permettre à chacun d'organiser son concert dans le metaverse.". Tel est l'objectif de la startup VRrOOm, basée au Soler dans les Pyrénées-Orientales. Spécialisée depuis sa création en 2017 dans les mondes virtuels, la structure d'une vingtaine de salariés s'est toujours spécialisée dans l'adaptation de ceux-ci au spectacle vivant et au sport. Une volonté de son fondateur, Louis Cacciuttolo, créateur d'un théâtre dans le sud de la France, avant de goûter au milieu hollywoodien avec une expérience chez THX, la société d'effets spéciaux de George Lucas.

VRrOOm inscrit son premier succès fin 2020 avec le concert immersif de Jean-Michel Jarre pour le jour de l'an, visionné 75 millions de fois. La société entérine ce succès en créant une plateforme dédiée au spectacle vivant, lancée en janvier avec un concert live disponible sur les masques VR des marques Meta et Pico, puis retransmis sur YouTube (où il a réalisé 1,2 million de vues, voir vidéo en fin d'article).

Un événement qui a permis notamment à la société de se faire un nom au dernier CES, auquel elle participait pour la première fois. "Nous avions une bonne visibilité dans l'Eureka Park, et nous avons ainsi rencontré beaucoup d'investisseurs, médias… Néanmoins, c'est un événement très B2B, et je ne pense pas que le succès de notre concert, qui se déroulait quelques jours après, soit directement lié au salon.".

Permettre à tous les artistes d'organiser un concert immersif

VRrOOm prépare actuellement le lancement au printemps de la version 2 de sa plateforme, qui permettra à chacun d'organiser son propre concert, et la billetterie qui va avec. "Nous voulons permettre à tous les artistes de se produire dans le metaverse, pas seulement les méga-stars. Aucune compétence informatique ou 3D ne sera nécessaire pour notre plateforme, nous mettrons à disposition dans notre interface des décors, des ambiances et des objets déjà créés, qui pourront créer une scène virtuelle.".

Ce “YouTube du Metaverse” sera présenté au prochain festival South by Southwest (SxSW), du 10 au 19 mars. La startup fait partie de la délégation “French Touch” de Bpifrance et Business France, qui accompagne une soixantaine de structures au festival. Son lancement public est prévu en juin prochain, en Europe et aux Etats-Unis, soutenu fin août par une "grosse campagne" de communication.

De plus, VRrOOm a également de nombreux projets avec ce support. Elle discute actuellement avec des médias TV et radios pour enregistrer dans ce metaverse des émissions, organiser des concerts avec des partenaires…

"La France doit investir dans le métaverse si elle ne veut pas se faire dépasser"

La startup envisage également de présenter son concept lors de l'appel à projet imminent pour le "métaverse souverain", voulu par Emmanuel Macron en mars 2022. "C'est un concept inédit qui pourra aider tous nos artistes. A un moment, la France et en particulier l'Europe devra investir dans le secteur du métaverse si elle ne veut pas se faire dépasser par les États-Unis et l'Asie", se persuade Louis Cacciuttolo.

Un discours qu'il tient régulièrement aux fonds d'investissement français et européens, qu'il privilégie pour sa prochaine levée de fonds de 20 millions d’euros, prévue pour le printemps. "C'est sûr qu'il nous serait plus simple de lever des fonds aux États-Unis, mais je tiens à garder un financement français et européen.".

En plus du spectacle vivant, VRrOOm travaille également dans le domaine du sport. Après avoir réalisé un métaverse spécial du tournoi Roland Garros pour l'émission Stade 2 de France 2, elle défend actuellement un projet pour les JO 2024. "Un métaverse spécial serait une opportunité formidable de créer les premiers JO virtuels au monde. Ce serait également l'occasion de créer un village olympique immersif, où l'on pourrait imaginer des sessions du public avec les athlètes…" Et ainsi inscrire durablement la France dans les pays phares du métaverse !