écrit le 6 novembre 2023, MÀJ le 29 novembre 2023
6 novembre 2023
Temps de lecture : 5 minutes
5 min
30218

Sobriété numérique : Shein, Lidl, Amazon… voici les sites e-commerce qui polluent le plus

EXCLU - L'empreinte numérique est un enjeu environnemental majeur. Quanta publie un baromètre qui évalue le score de sobriété numérique des sites e-commerce les plus consultés par les Français.
Temps de lecture : 5 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
sobriété numérique

L’électroménager est scoré, l’alimentation également. Il serait heureux que ça s'applique au numérique. » C’est la mission que se sont donnée Romain Lamaison et Guillaume Thibaux, cofondateurs de Quanta, au travers de leur baromètre de la Sobriété Numérique, dévoilé en exclusivité par Maddyness. Ce baromètre évalue à fréquence régulière l’empreinte écologique liée aux activités numériques de l’ensemble du trafic web Français. Ce qui a permis à l’entreprise de s’intéresser au score des 20 principaux sites de e-commerce consultés par les Français.

Sans grande surprise pour les auteurs du baromètre, les sites de vente privée, Veepee et Showroomprivé, se sont distingués en obtenant des scores élevés de 89 et 81 sur 100 respectivement. Au bas du tableau, on retrouve Shein avec un score de seulement 28 sur 100, puis Lidl (42/100) et Amazon (43/100). Le baromètre s’appuie sur deux critères principaux que sont les émissions CO2 par clic et l’éco-conception du site internet.

Pour Shein, « l’empreinte carbone est le cadet de ses soucis »

« Le facteur de réussite, c’est clairement la stratégie à l’origine de leur développement. Veepee et Showroom sont des pure players. Ils sont nés dans le digital. E. Leclerc ou Carrefour se sont digitalisés plus tard. Ils sont forcément moins agiles, moins sensibles face à la sobriété numérique. Évidemment, lorsqu’on regarde les résultats obtenus par Shein, autre pure player, on ne peut qu’en déduire que - fidèle à son ADN - l’empreinte carbone de son activité numérique est le cadet de ses soucis », analyse Guillaume Thibaux, cofondateur de Quanta et auteur de l’étude.

tableau_sobriété_numérique_quanta

Au cœur de la publication de cette étude, deux objectifs fondamentaux : permettre aux entreprises de prendre conscience de leur responsabilité environnementale et encourager les internautes à adapter leur comportement de consommation en ligne pour réduire leur empreinte numérique en privilégiant la navigation sur des sites éco-conçus. « La génération Z est particulièrement en attente de ce type de données », affirme Guillaume Thibaux.

Une méthode de calcul affinée par Quanta

Si les cofondateurs de Quanta concèdent que d'autres scoring existaient déjà avant le leur, ils ont l’ambition de proposer une méthodologie plus complète. « L’EcoIndex, score de référence aujourd’hui dans le secteur du numérique, comporte plusieurs défauts. Il est basé sur seulement trois critères et n’analyse que la home page. Quanta a eu le souci du détail et sa méthode analyse une dizaine de pages du site - les plus consultées - en ajoutant quatre nouveaux indicateurs. Le score final correspond à la moyenne des résultats obtenus pour chacune des pages », détaille Guillaume Thibaux.

En effet, l’EcoIndex prend en compte le poids de la page, le nombre de requêtes entre le navigateur web et le serveur, mais aussi la taille du “DOM” (Document Object Model) ; autrement dit, la complexité architecturale de la page. À ces critères historiques, Quanta a ajouté le temps passé par les serveurs à calculer la page avant de la renvoyer à l’internaute, mais aussi le temps de chargement sur les différents appareils utilisés par les internautes et les émissions carbone liées au calcul de ces pages. « Les émissions dépendent bien évidemment du mix énergétique du pays dans lequel est hébergé le site », ajoute Guillaume Thibaux.

Un calculateur en libre accès

Avec l’entrée en vigueur d’une nouvelle déclaration extra-financière au 1er janvier 2024, les entreprises auront prochainement à communiquer aux autorités ces indicateurs de performances, assurant ainsi une véritable traction pour la solution Quanta.

« Évidemment, nous avons vocation à devenir rapidement une entreprise à mission et, à termes, nous open sourcerons l’algorithme du calcul du score. Cela permettra, au plus grand nombre, de s’engager dans la voie de la sobriété numérique et d’apporter des améliorations à ce scoring », explique Romain Lamaison.

Quanta compte sur l’intelligence collective pour optimiser le scoring. En attendant, et partant du principe qu’on améliore uniquement ce que l’on mesure, les confondateurs ont lancé Quanta.green : un calculateur gratuit qui permet, à qui le souhaite, d’obtenir le score de sobriété numérique d’un site. « Il suffit d'entrer l’URL sur le calculateur pour connaître son score et sa marge de manœuvre. Libre à l'institution, à la société ou au e-commerçant, de solliciter notre aide pour améliorer ses résultats », conclut le CEO. Ce dernier promet d’ailleurs la sortie prochaine d’un module dédié aux navigateurs pour faire apparaître un badge scoré à l’instar du Nutri Score dans la barre d’adresse du site.

Droit de réponse de Frédéric Bordage, fondateur du collectif GreenIT : 

« Le "baromètre de la Sobriété Numérique" évoqué dans cet article est une copie du Baromètre de l'écoconception digitale dont la seconde édition a été publiée par le collectif Green IT et Razorfish en septembre 2023. Ce baromètre s'appuie sur la méthode de déclaration environnementale proposée par l'AACC (que Quanta Green présente à tort comme sienne) et sur l'EcoIndex calomnié dans cet article.

Nous vous invitons à utiliser le service EcoIndex.fr ou ses diverses implémentations (API, CLI, extension, plug-in Lighthouse, etc.) pour vérifier par vous-même que les "défauts" cités dans cet article n'existent pas. Le "module dédié aux navigateurs pour faire apparaître un badge scoré à l'instar du Nutriscore" existe depuis 3 ans. Nous vous invitons à tester la troisième version du badge EcoIndex.

Enfin, contrairement à l’hypothétique ouverture des outils présentés dans cet article, dont certains n’existent pas encore, tous les outils du collectif Green IT cités dans ce droit de réponse sont intégralement disponibles, ouverts, documentés, et en accès libre depuis sa création, il y a 20 ans.

Créé en 2004, ​le collectif Green IT est l'association loi 1901 à but non lucratif qui ​réunit les experts à l'origine des démarches de sobriété numérique, numérique responsable, écoconception de service numérique​ et slow.tech​. Chaque année nous publions le Benchmark Green IT et le Baromètre de l'écoconception digitale.»

Maddynews
La newsletter qu'il vous faut pour ne rien rater de l'actualité des startups françaises !