Retour en haut
Finance

#LegalTech Doctrine lève 2 millions d’euros pour mettre l’intelligence artificielle au service des avocats

#LegalTech : Doctrine lève 2 millions d’euros pour mettre l’intelligence artificielle au service des avocats L'équipe de doctrine veut révolutionner le secteur de la LegalTech
par

Seulement six mois après sa création, Doctrine vient de lever 2 millions d’euros pour assurer son développement. La startup utilise l’intelligence artificielle pour faciliter les recherches juridiques des avocats. 

Lauréat du challenge EY à Viva Technologie, lauréat Jeudigital… Créée il y a seulement six mois, Doctrine peut dire que son année 2016 a été fructueuse. Et la startup ne s’arrête pas là, puisqu’elle annonce aujourd’hui avoir bouclé un impressionnant tour de seed de 2 millions d’euros, l’une des plus importantes levées de fonds du secteur des startups legaltech françaises.

À relire : Les startups juridiques, l’aiguillon qui pousse les avocats à se mettre à l’automatisation juridique

Présentée par ses fondateurs Nicolas Bustamante, Raphaël Champeimont et Antoine Dusséaux comme un moteur de recherche juridique intégrant une intelligence artificielle, Doctrine ambitionne de faire gagner du temps aux avocats en simplifiant la recherche, la veille et l’analyse des décisions de justice. En exploitant le big data de la justice, elle permet ainsi, entre autres, de déterminer la moyenne des indemnités prud’homales accordées au tribunal.

search_doctrine_screenshot

Accompagnée dans ce premier tour de table par Otium Venture,  Kima Ventures, TheFamily, Oleg Tscheltzoff, Florian Douetteau et Thibault Viort, Doctrine ambitionne d’accélérer son développement sur le marché de la LegalTech, notamment en recrutant de nouveaux collaborateurs. Son équipe, dont la moitié vient aujourd’hui de San Francisco, devrait donc embaucher 15 nouvelles personnes d’ici la fin de l’année en marketing, business development et data science.

La jeune pousse, qui revendique une croissance de 15 % par semaine, compte également séduire d’autres professions juridiques “à commencer par les juristes d’entreprises”, précise-t-elle.

À relire : L’automatisation juridique, outil de démocratisation du droit ?

Depuis février dernier, Doctrine a réussi à rassembler plus de 5 000 avocats utilisateurs sur sa plateforme, soit près d’un tiers du Legal500 France, avec la promesse de leur faire gagner plusieurs heures de travail par semaine.

Doctrine en quelques chiffres

  • Créé en 2016
  • Fondateurs : Nicolas Bustamante, Raphaël Champeimont et Antoine Dusséaux
  • Siège : Paris
  • 2 millions d’euros levés