Retour en haut
Technologies

#AI Bientôt plus de collaboration entre humains et robots ?

#AI : Bientôt plus de collaboration entre humains et robots ?
par

Depuis sa création en 2011, Catherine Simon développe avec passion le salon Innorobo, l’évènement européen entièrement dédié aux technologies robotiques et aux innovations de rupture. Interlocutrice privilégiée de présidents d’entreprises, entrepreneurs et visionnaires, elle nous parle de sa vision de la robotique. 

Selon vous, le robot compagnon que l’on nous prédit depuis plusieurs années, c’est pour quand ?

La convergence des progrès technologiques rend tangible l’arrivée des premiers robots compagnons dans les 5 prochaines années et des robots majordomes dans les 10 à 20 prochaines années. Dans le domaine de la robotique de service personnelle, les “robots 1000 sociaux” commencent à apparaître. En parallèle, la robotique industrielle transforme les robots industriels en véritables compagnons de l’ouvrier. 

” La convergence de ces deux tendances laisse présager l’arrivée de robots personnels dans nos foyers, qui peuvent rendre de multiples services à l’humain 

En créant une intelligence artificielle supérieure à la nôtre, qui devrait en sortir gagnant ? L’homme ? Le robot ?

La question présuppose une compétition entre l’Homme et la machine alors que le sujet de l’intelligence artificielle relève plutôt de questions de responsabilité et d’éthique. Nous nous focalisons sur l’intelligence artificielle en robotique parce que les robots dotés de ces algorithmes performants ont, au contraire d’objets comme les ordinateurs, une capacité d’actions dans le monde physique. Prenons l’exemple du véhicule autonome : statistiquement, la voiture autonome est plus sûre que le véhicule avec un chauffeur humain. Alors qui est responsable en cas d’accident ? Quand un véhicule autonome n’a pas le choix que de produire un accident, comment “décide-t-il” d’agir selon l’évaluation des dommages humains et matériels potentiels ? Nous avons entre 20 et 40 ans pour poser les principes juridiques, normatifs et éthiques des usages que nous souhaitons et ceux que nous ne voulons pas.

Comment voyez-vous évoluer le marché de la robotique d’ici cinq ans ?

La robotique est encore en émergence, suivant néanmoins une courbe exponentielle des progrès technologiques et avec des taux de croissance à 2 voire 3 chiffres sur certains secteurs d’application. La robotique industrielle a encore de multiples secteurs à conquérir et la robotique de service personnelle est un champ potentiel d’innovations. La majorité des grands groupes français et européens de service n’en sont encore qu’au stade de “veille technologique”, alors que leurs équivalents asiatiques développent activement, voire commercialisent, des produits robotiques innovants.

” L’innovation d’usages grâce aux technologies robotiques est une condition sine qua non au développement du marché