Maddyness

[Startup] “Ma table est servie chez les autres”, concept présenté par Cookening 19

team-cookening

Lors du web2day, Maddyness a eu la chance de pouvoir réaliser des interviews de qualité. C’est le cas de Cédric Giorgi qui a lancé officiellement ouvert sa startup Cookening au grand public, après un an de développement et 6 mois d’alpha privée. L’ambition est de révolutionner et démocratiser le repas chez l’habitant.

Ce lancement pour le grand public vise à accélérer le recrutement d’hôtes. La France serait donc le pays idéal pour pour lancer ce type d’activités, en tant que pays le plus touristique du monde, réputé pour sa gastronomie et où vivent de nombreux expatriés. Cookening est une startup française très prometteuse, dont les fondateurs sont très impliqués dans l’écosystème startup et entrepreneuriat. Notre rencontre avec Cédric a pu nous ouvrir les yeux à ce propos.

Bonjour Cédric, peux-tu te présenter et expliquer ce qu’est Cookening?

Je suis le co-fondateur d’une startup qui s’appelle Cookening, que j’ai co-fondé avec 2 associés Julien et Sébastien il y a plus d’un an. Cookening est un site qui permet d’aller manger chez l’habitant ou accueillir chez soi le temps d’un repas. C’est en fait, une place de marché qui permet de faciliter l’expérience de table d’hôte, et donne la possibilité à chacun de s’improviser hôte le temps d’un repas. On a la particularité de faire un focus sur l’expérience interculturelle, avec pour but que les hôtes locaux puissent recevoir des étrangers, ou que des expatriés reçoivent des locaux. L’idée est vraiment de privilégier ce moment interculturelle autour d’un bon repas.

Concept_cookening

Tu es passé par LeWeb, Seesmic, Scoopit, Techcrunch France et maintenant Cookening…Quelle aventure as-tu préféré?

C’est une question à laquelle il m’est impossible de répondre, c’est comme si tu me demandais de choisir entre mes plats préférés, si je fais l’analogie avec Cookening. J’ai mes plats du moment, et puis ça n’empêche pas de bien aimer ce que j’ai pu faire avant. C’est vrai que j’ai eu la chance de participer à Scoopit dès le début, de rejoindre Techcrunch France et d’y être actif…Ce qui m’a intéressé à chaque fois, c’est essayer de faire avancer les choses, de faire en sorte qu’il y ait une amélioration de certains services, une amélioration de l’écosystème, dans le cas de Techcrunch France ou lors de l’organisation de LeWeb. Avoir une startup, c’est bien, mais si on peut essayer tous ensemble de faire évoluer notre écosystème, c’est mieux pour tout le monde.

C’est vraiment ça qui m’a passionné au travers de LeWeb, de Techcrunch France, de Scoopit et maintenant au travers de Cookening. Même si je suis très focus sur ma startup, je prends plaisir à partager en permanence sur les débuts de mes aventures et la vision qu’on peut avoir d’un projet. Ce matin (ndlr: lors de sa conférence au web2day), j’expliquais que “Offline is the new Online”. Cette tendance de fonds qui fait que nous sommes tous connectés derrière un écran de mobile, d’ordinateur ou de tablette, fait que nous avons trouvé de nouveaux usages pour se connecter dans la vie réelle. Pour répondre à la question, je n’ai pas une expérience que je préfère, mais je vois ça plutôt comme un cheminement qui m’a permis de nouer des relations avec l’écosystème.

Je me suis autoformé sur le webmarketing pendant mon école d’ingénieur, pour ensuite me spécialiser en marketing et communication. sur les 7 dernières années. Ma spécialité est d’avoir apporté de l’humain dans ces projets: organisation de communautés, gestion des interactions avec d’autres communautés, les relations blogueurs et startups, les relations avec des partenaires pour développer le business (ce que je faisais chez Seesmic), ou encore les discussions avec les investisseurs. Quand les projets ont des relations humaines, j’apprécie d’apporter mes compétences. Le web, c’est bien, mais il me faut cet échange avec les gens.

Avec ton oeil avisé, quel est ton avis sur les affaires Dailymotion et Appgratis?

Tout d’abord, je précise que ce sont deux affaires assez différentes. Dans le cas d’Appgratis, il y le fait qu’Apple ait fermé de manière abrupte une startup qui fonctionnait bien, et qu’il n’y ait pas eu d’échange et de communication. Le sujet n’est pas de savoir si Appgratis a le droit ou pas. Le sujet porte plutôt dans la gestion qu’Apple a pu gérer cette société qui s’est développé depuis un moment tout en étant au courant. Lorsqu’Apple dit que ce n’est plus possible et qu’il coupe l’accès à Appgratis pour des raisons de concurrences, ils sont dans leur droit. Mais le problème vient du manque de communication. Sur l’implication du gouvernement sur ce sujet, je dirai qu’Appgratis n’était peut-être pas le bon exemple. Je me souviens de la période où Microsoft étant dominant et qu’il ne pouvait plus préinstaller Internet Explorer sur ses propres machines. Apple est dans ce même cas, il faut qu’ils instaurent des règles sur leur propre écosystème.

Dans le cas de l’affaire Dailymotion, je constate une ingérence du gouvernement dans cette société qu’il refuse de revendre, en pensant que la revente d’une startup est une mauvaise chose. Après, il y a la question de dire que Yahoo! a un passé et que les acquisitions n’ont jamais été trop exploitées. C’est peut-être vrai, mais Marissa Mayer vient d’arriver et elle apporte une autre culture. Il ne faut pas voir les anciennes acquisitions de Yahoo! comme un modèle pour les acquisitions qu’ils font maintenant.

Si Google avait racheté Dailymotion à la place de Youtube, l’écosystème mondial de la vidéo aurait eu son épicentre à Paris. Les rachats, c’est extrêmement important pour les écosystèmes et il ne faut pas les empêcher. Se faire racheter signifie le passage à une autre étape où il y a plus de synergie, de nouvelles opportunités. Les 2 messages donnés aux investisseurs dans cette affaire sont: 1- N’essayez pas de racheter de belles startups françaises, sinon le gouvernement va vous en empêcher et 2- N’investissez pas dans des startups françaises, car au moment où vous allez vouloir vous désengager pour une revente, vous n’allez peut-être pas recevoir votre plus-value d’investisseur et récupérer votre argent pour investir dans d’autres projets.

Globalement, les messages étaient très mauvais.

Tagged , , , , ,

Posts liés

Le magazine d'actualité, d'enquête et d'analyse des startups.
Un explorateur de l'économie et de l'innovation, un laboratoire d'idées et de nouvelles tendances, à consommer sans modération.

RSS LES PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
  • Atelier gratuit: Start-Up / TPE et projet CRM
    Le Développement Economique de Courbevoie et la Maison de l’Emploi, de la Formation et des Entreprises Rives de Seine vous invitent à l’Atelier Numérique Devenir une entreprise “Orientée clients” Témoignage, Présentation de la solution Cloud Salesforce CRM Outil de développement commercial de l’entreprise. le Jeudi 17 avril 2014 de 8h30 à 10h30 à l’Hôtel de […]
  • Get the SWAG on #7 : Michael DelGaudio et Dan Rubin
    Un special guest venu de New York et l'autre de Londres pour cette nouvelle édition de Get the SWAG on. Michael DelGaudio est Creative Director dans la prestigieuse agence de design Frog et Dan Rubin, co-founder de WebGraph & former Creative Director de Moo.com […]

Maddyness vous offre toute l’actualité des startups françaises directement dans votre boîte mail : Innovation, Accompagnement, Finance, Prospective, Emploi