Maddyness

La collecte de fonds entre particuliers : 4 startups françaises à la loupe

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

La collecte de fonds entre particuliers : 4 startups françaises à la loupe

Pepper Pepper Pepper
228 - trending  |  
Comments
Par Louis Carle - 20 avril 2012 / 00H00 - mis à jour le 22 mars 2018

Toutes sont parties du même constat : collecter des fonds entre amis ou collègues est un véritable casse-tête. Et toutes ont lancé sa solution en ligne pour simplifier la chose. On compare pour vous les quatre principales startups françaises spécialisées dans la collecte de fonds en ligne entre particuliers.

Le service proposé par Leetchi, Le Pot Commun, Bankeez ou Commonbox, est fondamentalement le même et part d’un principe simple : un utilisateur veut collecter des fonds et crée une collecte en ligne pour que d’autres utilisateurs participent à cette collecte. Les participations peuvent-être libres ou plafonnées.

Dans quel but ? Un voyage entre amis, un cadeau d’anniversaire, l’organisation d’une soirée etc. Les raisons pour collecter des fonds sont nombreuses et la gestion des fonds est souvent une source de conflit. Le Pot Commun avance même que « l’argent serait en France le deuxième sujet de dispute derrière la politique ». Une seule solution apparait alors : externaliser (rendu facilement réalisable par la dématérialisation).

On regroupe les tarifs des 4 startups évoquées au-dessus et on les confronte :

  1. On commence par Leetchi, le leader français, qui avait innové en lançant son service dès 2009. La startup travaille en collaboration avec le Crédit Mutuel Arkéa et la banque belge Tunz. Chaque virement dans la collecte est taxée à 4% sauf si la collecte est destinée à la création d’un chèque cadeau chez un des partenaires de Leetchi. Le montant maximum d’une collecte est de 20 000 euros et les versements doivent être compris entre 8 et 750 euros.
  2. Bankeez est également partenaire avec la banque Tunz. Ses tarifs sont différents : elle prend 3% de commission qui sont soit déduit de la somme virée soit ajouté à celle-ci : sur 25 euros récoltés, 24,25 euros vont dans la collecte ou le donateur paie un supplément (le tout égal à 25,75 euros donc). 10 000 euros est le montant maximum d’une collecte et les participations entre vont de 1 à 2 500 euros.
  3. Chez Le Pot Commun qui travaille lui avec la Société Générale, la commission est de 2,9 % jusqu’à 200 euros puis de 1,5% au-delà. Le montant maximum récoltable est fixé à 15 000 euros avec des contributions pouvant aller jusqu’à 1 000 euros, sans aucune durée maximum pour les collectes.
  4. Pour Commonbox, ça se complique un peu, les sommes prélevées par la startup vont de 0,9 euros à 3,75 euros avec deux paliers intermédiaires. Ces sommes s’ajoutant au montant versées par le contributeur. Sur Commonbox, tout passe par Paypal, pour utiliser les fonds, on peut donc soit payer directement avec l’argent déposés sur Paypal ou le verser sur un compte personnel. Les participations sont plafonnées à 10 000 euros, aucune autre contrainte n’est inscrite dans les CGU.

Au final, sur un plan purement tarifaire, Leetchi est le plus intéressant si la collecte est destinée à un achat chez un de ses partenaires, sinon c’est Le Pot Commun et Bankeez qui sont à privilégier. Le Pot commun devient vraiment intéressant si les participations sont plus élevées que 200 euros.

Après, chaque startup propose d’autres fonctionnalités que d’autres n’ont pas. Par exemple, Leetchi permet de re-verser l’argent restant sur la cagnotte à une association caritative. Le paramétrage de la collecte semble être plus précis chez Bankeez. Le Pot commun propose, entre autres, l’anonymat des dons et la personnalisation des mails de remerciement, d’invitation et de relance. Enfin, Commonbox possède une boutique avec beaucoup d’idées cadeaux sur leur site.

C’est à chacun de se faire sa propre opinion mais on espère vous avoir (un peu) éclairé sur les offres françaises en matière de collecte de fonds en particuliers qui sont de plus en plus nombreuses sur notre territoire.

Par

Louis Carle

20 avril 2012 / 00H00
mis à jour le 22 mars 2018
Articles les plus lus du moment

“Tu dois choisir, c’est ton boulot ou moi”

Entrepreneurs
Par Thibo Mc Fly - 09H00dimanche 17 février 2019
Next

Micro-manager tue ! Comment s’en sortir ?

Entrepreneurs
Par Erwann Rozier - 18H25lundi 11 février 2019
Next

Wearables : la déferlante qui n’a jamais eu lieu

Innovation
Par Celine Deluzarche - 10H00mardi 19 février 2019
Next

Former les développeurs de demain, le casse-tête d’aujourd’hui ?

Innovation
Par Maddyness, avec Ionis Group - 10H00mardi 12 février 2019
Next

9 clés pour mieux gérer son temps (et en gagner)

Entrepreneurs
Par John Rampton - 07H30lundi 11 février 2019
Next
Nos derniers articles
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge