Actus#Finance
13 juin 2014

Meludia lève 500 000 euros entre Paris, New York et Londres

Meludia, c’est la plateforme qui permet d’apprendre la musique par les sensations à travers l’émotion, la mémoire et l’analyse synthétique, sans théorie et sans aucun instrument. Accélérée par Tektos, la startup s’est fait en à peine un an une très belle réputation. Une progression qui vient d’aboutir aujourd’hui à une levée de fonds de 500 000 euros entre les villes de Paris, New-York et Londres. [hr]

Meludia est un jeu sur Internet qui permet d’apprendre la musique de manière simple et efficace : il n’y a pas d’âge requis et surtout il n’y a pas besoin d’instrument. Le concept s’appuie sur une méthode innovante qui est basée sur sur la pratique « de l’oreille ». Les sensations et les émotions prennent ainsi le dessus sur la pratique.

C’est auprès de quatre business angels répartis entre Paris, New-York et Londres que Méludia vient de lever 500 000 euros qui lui permettront de se développer à l’international et d’ajouter des fonctionnalités supplémentaires à l’application mobile qui sera désormais disponible sous iOS.

Renforcer le développement à l’international

Ces apports permettront à Meludia de poursuivre son développement à l’international dans les pays francophones mais aussi en Angleterre et en Allemagne. A plus long terme, l’entreprise vise l’Asie et les marchés sud-coréens, japonais, chinois et taiwanais dont plusieurs acteurs ont déjà montré leur intérêt pour Meludia.

[quote]«L’accent sera mis également sur les Etats-Unis, et principalement New York, le Texas, la Californie et le Massachussetts, lieux de forte concentration culturelle où nous avons par ailleurs des contacts avancés.» Paul-Arthur Patarin, le Directeur général de l’entreprise. [/quote]

Une appli iOS, plus de niveaux et d’instruments, la R&D

L’équipe produit sera renforcée de plusieurs membres avec comme principal objectif, une application mobile sous iOS qui sera disponible dès juillet, mais aussi de nouveaux niveaux, des instruments, des modes multi-joueurs, de nouvelles interactions… La startup souhaite poursuivre sa R&D en engageant des spécialistes de l’intelligence artificielle et de l’informatique musicale.

20 % des inscrits sont abonnés premiums

A ce jour, la plateforme freemium compte 20 % d’inscrits abonnés premiums (qui coûte 99€/an), c’est donc un très fort engagement sur ce type de modèle économique. Des accords sont en négociations avec de nombreux centres de formation tels que l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée en musicologie, l’école d’ingénieurs du son SAE, le Queen’s College à Londres, New York University ou encore le Berklee College of Music. Des applications « time-killer » pour pouvoir jouer n’importe où verront bientôt le jour ainsi que des bornes en accès libre.