Portfolio
24 juin 2016

#Web2day : Retour sur l’histoire et la vision de Tribe, une startup lancée en mode « very lean »

Cette 8ème édition du Web2Day s’est ouverte par une conférence des plus intéressantes. Outre l’annonce de l’extension du FrenchTech Ticket à l’international par Axelle Lemaire, c’était bien la conférence « David is Cooler Than Goliath » qui méritait d’être regardée/ écoutée. Retour sur l’aventure Tribe avec son fondateur Cyril Paglino.

Juillet 2015, la première ligne de code vient d’être écrite. Une centaine de personnes peuvent ensuite tester la première version de l’application de video messaging. Au cours de l’été 2015, les fonctionnalités de la beta sont élargies et le 1er septembre, 1000 utilisateurs accèdent à la plateforme, qui est toujours privée. « On avait besoin de passer à la vitesse supérieure, on avait conscience qu’il fallait lever des fonds », raconte Cyril.

Départ à San Francisco. A l’aide de son ami Bart, partner chez Andreessen Horowitz, Cyril bénéficie de plusieurs introductions de qualité. Rapidement, un tour de table de 500 000 dollars est bouclé et il est temps pour l’équipe entière de s’installer à San Francisco. Tiago Duarte, Nicolas Bradier, Laurent Desserey et Cyril Paglino s’y installent donc début novembre 2015. Quelques mois à travailler sur le produit, et courant mars 2016, les premières retombées presse arrivent : Mashable, Techcrunch, Forbes ou encore VentureBeat couvrent le sujet Tribe, en mettant en avant l’approche « video first » et l’expérience nouvelle qu’apporte Tribe. Plus de 200 000 utilisateurs en mars 2016, pouvant se servir de la fonction « Talk to the CEO », reliée directement au profil de Cyril Paglino (qui passe entre 4 à 6 heures par jour à répondre à toutes les demandes/questions des users de Tribe, assurant lui même le service client).

Tribe mise sur une croissance massive du « Video Messaging ». Mais la force de frappe des équipes est surtout de s’occuper d’un problème majeur : la compression des données. Si l’application ne conserve plus les messages dès que ce dernier est consulté (il est effacé des serveurs), il reste cependant possible de sauvegarder le message en local. « Nous souhaitons passer dans quelques mois à 200 ko pour une vidéo de 15 secondes », compressée à 4,4 Mo du côté de Whatsapp.

En réalité, c’est surtout Snapchat qui évangélise la future communauté de Tribe. Grâce à Snapchat, le « Video messaging » est devenu un réflexe pour les jeunes générations. En revanche, le problème des groupes valide la stratégie de Tribe, qui pourrait donc être baptisé « Snapchat for Group », avec notamment la possibilité d’envoyer texte et bande sonore si le moment n’est pas idéal pour envoyer une vidéo.

Il semblerait que Tribe ai récemment bouclé un nouveau tour de table de quelques millions, avec des VC américains réputés. Le premier tour de seed avait été financé par Ludlow Ventures, Partech Ventures, Kima Ventures et bons nombres de Business Angel.

Et puis, parmi les utilisateurs « Premium » de Tribe, on retrouve également plusieurs célébrités, issus du réseau personnel des fondateurs. Taylor Swift, Paul Pogba, Jamel Debbouze, Joey Starr, Louane,ou encore Rihanna, en sont les ambassadeurs Premium. Cyril nous confie qu’une V2 de Tribe, encore en bêta, devrait sortir d’ici la fin de l’été…