Maddyness

Porteur de projet industriel : comment choisir son incubateur ?

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

Porteur de projet industriel : comment choisir son incubateur ?

Pepper Pepper Pepper
162 - trending  |  
Comments
Par Sandra Legel, fondatrice de Biom Paris - 12 octobre 2016 / 00H00 - mis à jour le 22 mars 2018

A l’heure où les nouvelles technologies sont au cœur de l’attention des investisseurs, il peut être plus délicat pour une startup industrielle de trouver l’incubateur idéal pour concrétiser et réaliser un projet. Comment faire ?

Il existe plus de 200 incubateurs à travers la France. Si la plupart de ces structures sont orientées vers les concepts numériques, le choix est restreint lorsqu’on se présente en tant que fabricant ou lorsqu’on a un projet industriel. C’est en partie pour cette raison que Biom Paris, startup qui réinvente les objets du quotidien pour en améliorer les fonctionnalités, en les rendant éco-conçus et design, a choisi l’incubateur Paris Pionnières pour toute la phase pré-production : élaboration du business plan avec une méthodologie rigoureuse et structurée, aide à l’obtention des aides de la BPI, accès à des experts, coaches, ateliers, etc. Un environnement optimal est créé afin de permettre une accélération forte pendant la période suivant la création de l’entreprise.

Pour le prototypage et la phase d’industrialisation du produit, Biom Paris s’est tourné vers le hub d’Usine IO qui donne accès à un service de conseil technologique dédié aux objets physiques couplé à une infrastructure de pointe accessible via des abonnements. Cette complémentarité entre l’incubateur Paris Pionnières et l’infrastructure technologique Usine IO, Biom Paris ne pouvait pas s’en passer.

Il est donc primordial de choisir un incubateur qui convient à la personnalité et aux ambitions du ou des porteurs du projet. De son côté, le porteur de projet doit, lui aussi, se poser quelques questions afin de choisir l’incubateur adéquat : attentes, échéance, besoins logistiques, conseils espérés, soutien requis. Certains projets sont à la fois « soft » et « hard » et il peut arriver que l’on passe par plusieurs incubateurs avant de trouver le bon ou le soutien complémentaire d’une autre structure. C’est justement souvent le cas pour les projets moins digitaux et plus industriels. Aussi, il est important de se rappeler que les incubateurs ont, eux aussi, leurs critères d’admission. Ils peuvent porter sur l’état d’avancement de la société, le secteur d’activité de la startup, le parcours du porteur de projet, le soutien d’une autre structure…. Pour maximiser ses chances d’obtenir un entretien concluant, le dossier du porteur de projet doit donc être concis et le plus impactant possible.

L’importance des contacts en interne et en externe

Par ailleurs, il est vivement conseillé de faire les choses dans l’ordre : l’administratif dans un premier temps, la partie production dans un second temps, surtout si les ressources humaines et financières sont limitées. Durant l’incubation, les réseaux ont également un grand rôle à jouer : évoquer son parcours et ses besoins peut permettre d’être mis en relation avec des personnes qui pourraient éventuellement partager leur expérience et leurs avis sur des opportunités ou sur la croissance de votre projet.

L’incubateur ne permet pas seulement de trouver des aides. Les conseils offerts par les mentors valent pour toute l’aventure entrepreneuriale. Là encore, tout est une question de réseau, mais aussi de viabilité du projet. Dans tous les cas, il est important de se rendre sur place pour rencontrer les startups incubées et les responsables des structures d’accompagnement. La première impression, lorsqu’elle est bonne, est potentiellement un élément déclencheur de l’aventure d’une startup au sein d’un incubateur.

Une réelle aventure

Certains incubateurs sont sélectifs : la possibilité d’être incubé dépend aussi de la qualité du pitch de l’entrepreneur ainsi que du type de projet. Certains startupers peuvent essuyer des refus et prendre du retard par rapport à leurs objectifs initiaux, mais le plus important reste d’être passionné par ce que l’on fait et d’avoir une équipe solide.

Enfin, si l’incubateur aide à trouver des financements pour votre projet, il existe des incubateurs payants et des incubateurs gratuits. Dans certains cas, les aides de l’Etat permettent en grande partie de financer ces structures.

Pour résumer, l’incubateur est une source d’accompagnement. Différent d’un accélérateur ou d’une pépinière, l’incubateur prépare la croissance du projet en conseillant les équipes et en les orientant. Pour faire le bon choix par rapport à votre projet, renseignez-vous en amont sur les spécificités des différentes structures et n’hésitez pas à aller à la rencontre des startups incubées et des équipes  !

Par

Sandra Legel, fondatrice de Biom Paris

12 octobre 2016 / 00H00
mis à jour le 22 mars 2018
Nos derniers articles

Business

Menu

Entrepreneurs

Menu

Finance

Menu

Innovation

Menu

Technologies

Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge