Maddyness

Pourquoi les banques ont longtemps refusé de financer notre startup

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

Pourquoi les banques ont longtemps refusé de financer notre startup

Pepper Pepper Pepper
75 - trending  |  
Comments
Par Geraldine Russell - 29 mai 2017 / 00H00 - mis à jour le 22 mars 2018

Malgré de très bons chiffres et une situation financière solide, les fondatrices d’Apéro’Boulot se sont heurtées à la frilosité des banques. Equipe trop jeune, entreprise trop récente, des arguments surannés à l’époque de l’entrepreneuriat à tout va et de l’hypercroissance qui ont bien failli mettre en péril un investissement pourtant capital pour cette jeune pousse.

L’histoire avait pourtant bien commencé. En avril 2016, Charlotte Bonnet et Juliette Grout décident de créer leur service traiteur bio et local. A peine quelques mois plus tard, ApérO’Boulot se lance et connaît rapidement la rentabilité. « Notre chiffre d’affaires augmentait très rapidement et nous avions de la trésorerie d’avance« , précise Juliette Grout. Au départ, les deux entrepreneures avaient fait le choix d’externaliser la production en recourant à des cuisiniers de restaurants qu’elles formaient à l’activité de traiteur et aux exigences d’ApérO’Boulot. Mais, après plusieurs mois d’activité, l’idée d’internaliser la production a  fait son chemin : cela permettrait de gagner du temps et de pérenniser la qualité de service.

Pour pouvoir s’installer dans un local et réaliser les travaux nécessaires à sa mise aux normes, ApérO’Boulot a besoin de 250 000 euros et se tourne vers sa banque historique. « Nous avons envoyé nos chiffres par mail à notre conseiller et il nous a répondu que le dossier ne poserait pas de problème, se rappelle Juliette Grout. Il était enchanté au départ ! » Mais très vite, les fondatrices déchantent. Le processus de validation du prêt traîne en longueur et elles apprennent finalement que leur dossier n’a pas passé l’étape de la validation en commission régionale, après avoir été pourtant soutenu par le conseiller et le directeur de l’agence locale.

«  On nous a dit que l’entreprise était trop jeune,
parce qu’elle avait moins de trois ans d’existence,
qu’il fallait qu’on retente notre chance dans deux ans « 

Juliette Grout, cofondatrice d’ApérO’Boulot

Deux ans à l’échelle d’une startup, c’est une éternité. Charlotte Bonnet et Juliette Grout se tournent donc vers deux autres banques, qui leur opposent la même fin de non-recevoir. « Il fallait à chaque fois remplir un dossier très détaillé, souligne Juliette Grout. Les banquiers tiquaient sur notre patrimoine personnel : aucune de nous deux n’était propriétaire, à 28 ans ça paraît plutôt normal. Mais cela posait problème. » Pressentant les difficultés, les deux jeunes femmes avaient pourtant adapté leur discours. « Nous ne nous présentions pas comme une startup, car cela peut inquiéter les banques. Nous parlions de notre projet ou de notre entreprise. » Au total, la frilosité des banques a fait perdre quatre mois aux entrepreneures.

A relire : Friends and Family, une banque pour enfin répondre aux besoins des entrepreneurs

Apero Boulot

Peu d’alternatives envisageables

Elles n’ont pourtant pas envisagé de recourir à d’autres formes de financement, crowdfunding ou levée de fonds. « Nous avions besoin d’un investissement plutôt important qui ne correspondait pas à ce que proposent la plupart des plateformes de crowdfunding, justifie Juliette Grout. Et lever des fonds, c’est prendre le risque de diluer le capital et de ne plus être maîtres de notre société. C’était inenvisageable alors que nous avions déjà atteint la rentabilité. » Le seul plan B pour les deux jeunes femmes : un prêt personnel auprès de leurs proches.

A relire : Du crédit au crowdfunding, comment lever des fonds ?

Elles n’en ont finalement pas eu besoin. Un autre entrepreneur leur a conseillé sa banque… et son conseiller. Jeune, appartenant à la génération des startuppers, « il a su s’appuyer sur nos chiffres plutôt que de buter sur notre âge ou la jeunesse de notre société« . Au bout du suspense, le dossier est finalement validé et le prêt débloqué. De quoi préserver l’optimisme de Juliette Grout : « Tout s’arrange toujours, il suffit d’être persévérant.« 

Par

Geraldine Russell

29 mai 2017 / 00H00
mis à jour le 22 mars 2018
Nos Articles les plus lus

Pourquoi PoP quitte Station F

Business
Par Maddyness - 18H20mercredi 14 mars 2018
Next

10 (très) mauvaises habitudes qui pompent votre énergie

Entrepreneurs
Par Iris Maignan - 00H00samedi 24 février 2018
Next

Mathilde Lacombe : "Pourquoi je quitte Birchbox"

Entrepreneurs
Par Anais Richardin - 16H24mardi 17 avril 2018
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Revenir à la une
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge