Maddyness

Vekia lève 12 millions d’euros pour exporter sa solution aux États-Unis et en Chine

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Finance

Vekia lève 12 millions d’euros pour exporter sa solution aux États-Unis et en Chine

Pepper Pepper Pepper
66 - trending  |  
Comments
Par Geraldine Russell - 07 septembre 2017 / 00H00 - mis à jour le 09 mars 2018

Le spécialiste du machine learning appliqué à la supply chain Vekia fait notamment entrer Serena Capital dans son panel d’investisseurs. Et regarde désormais bien au-delà des frontières européennes.

Après une première levée de 2,4 millions d’euros en 2015, Vekia passe la vitesse supérieure. La startup lilloise, qui a développé une solution de machine learning destinée à faciliter la gestion de la chaîne logistique grâce à un outil de prévision de la demande et de la gestion des approvisionnements, vient de boucler un deuxième tour de table de 12 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiquesPléiade Venture, CapHorn Invest et ZTP mais également bpifrance et surtout Serena Capital, qui a mené l’opération.

« Vekia entre dans une étape cruciale de son développement à la fois en France, en Europe et à l’international« , estiment Manuel Davy, président et fondateur de Vekia et Dominique Rérat, directeur général. Les fonds vont permettre à la jeune pousse d’accélérer son expansion au Royaume-Uni, où elle a un bureau depuis l’année dernière, puis de se lancer aux États-Unis début 2018 et enfin en Chine. Vekia avait déjà élargi ses horizons à l’Italie et la Pologne. Cette levée servira également à doubler les effectifs, aujourd’hui de 60 personnes.

Delivery

« Ce nouveau tour de table va nous aider à concrétiser notre objectif fondateur consistant à offrir des solutions de supply chain de nouvelle génération, assurent encore Manuel Davy et Dominique Rérat. La technologie mise au point par l’entreprise lilloise permet en effet aux distributeurs d’anticiper la demande et les ventes et donc d’optimiser les livraisons en entrepôts ou en magasins pour éviter les coûts de stockage. La startup dit pouvoir réduire les stocks de 8 à 30% et estime son impact sur le chiffre d’affaires des détaillants entre 3 et 4%. L’entreprise compte déjà les Galeries Lafayette, Mr. Bricolage, But, Leroy Merlin ou encore le groupe Etam parmi ses clients.

Par

Geraldine Russell

07 septembre 2017 / 00H00
mis à jour le 09 mars 2018
Nos derniers articles

Business

Menu

Entrepreneurs

Menu

Finance

Menu

Innovation

Menu

Technologies

Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge