Maddyness

Pourquoi déposer sa marque ?

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

Pourquoi déposer sa marque ?

Pepper Pepper Pepper
123 - trending  |  
Comments
Par Arnaud Touati, Alto Avocats - 15 décembre 2017 / 00H00 - mis à jour le 22 mars 2018

La création d’une société et le lancement d’une activité riment généralement avec le développement d’un produit ou d’un service dont l’identification dépend notamment de la marque choisie. Pourtant, de nombreux entrepreneurs ont tendance à négliger cet aspect juridique, dans la mesure où l’immatriculation de la société a déjà engendré le paiement de certains frais venant obérer une trésorerie souvent limitée.

Le dépôt de marque (à entendre comme le fait d’enregistrer une marque auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle, INPI) permet d’offrir une protection juridique certaine à son détenteur. Toutefois, celui-ci oblige avant tout à un travail de recherche consistant à vérifier que ladite marque n’est pas déjà été enregistrée par une entreprise ou une personne physique tierce. Il faut donc réaliser une recherche d’antériorité poussée.

Il faut également penser que le dépôt d’une marque demande une certaine expertise car il s’agit de sélectionner des classes en fonction de l’activité présente de la Société ou de la personne physique mais également de futurs pivots qu’elle pourrait emprunter. Il est ainsi nécessaire de protéger sa marque pour les domaines d’activités dans lesquels la Société ou la personne physique exerce son activité : n’enregistrez pas votre marque de vêtement dans la catégorie de la restauration. Là encore, il s’agit d’un écueil à éviter car la protection n’est effective que pour les activités identifiées grâce aux classes proposées par l’INPI.

Le cas suivant, qui s’est présenté dans le cadre de notre activité chez ALTO, illustre avec acuité les conséquences de l’absence d’un dépôt qui s’avère souvent vital :

En l’espèce, il s’agissait d’une société relativement jeune dont l’activité consistait à la vente de produits alimentaires. La marque était devenue une référence dans le domaine et permettait d’identifier précisément l’activité. Toutefois, les dirigeants n’avaient pas initialement procédé à son enregistrement et, lorsqu’ils ont enfin entrepris de le faire, un contentieux devant l’INPI s’est noué. En effet, la marque avait déjà été déposée par une marque concurrente et son titulaire a décidé de s’opposer à l’enregistrement, requête accueillie positivement par l’INPI. Pire encore, cette utilisation de la marque a également exposé ses auteurs à des poursuites sur le fondement de la contrefaçon, qui se prescrivent par un délai relativement long de cinq ans. Cela a donc conduit au paiement de dommages et intérêts venant ralentir le développement de l’activité et, pire encore, à l’obligation de changer de marque et donc de se reconstituer toute une réputation.

Effectivement, la sanction financière est particulièrement lourde car prenant en compte tant le préjudice moral du propriétaire de la marque que ses pertes de revenus et les gains réalisés par le contrefacteur grâce à l’utilisation frauduleuse de la marque. Malgré la bonne foi de notre client, cela n’a pas suffi à faire obstacle à une condamnation.

Ainsi, le fait de ne pas avoir déposé la marque a placé la société dans une situation délicate dans la mesure où une levée de fonds était envisagée mais n’a pu avoir lieue. Il s’est d’abord avéré que l’absence de dépôt des marques a eu des conséquences préjudiciables sur la valorisation de la Société. Et même en dehors de cet aspect économique, l’absence de dépôt est un signal particulièrement négatif adressé aux investisseurs qui ont douté des compétences de leurs interlocuteurs.

Malheureusement, cette société a été contrainte au dépôt de bilan à la suite de ces nombreux revers.

Voici donc un aperçu global des risques inhérents à l’absence du dépôt de marque, procédure pour laquelle les coûts sont pourtant peu élevés. En effet, le dépôt d’une marque ne coûte que 210 euros, sachant que la marque sera protégée selon des classes bien définies. En définitive, il vous serait fortement préjudiciable, tant sur le court que sur le long terme, de négliger cet aspect primordial de protection de la propriété intellectuelle.

Par

Arnaud Touati, Alto Avocats

15 décembre 2017 / 00H00
mis à jour le 22 mars 2018
Nos Articles les plus lus

Pourquoi PoP quitte Station F

Business
Par Maddyness - 18H20mercredi 14 mars 2018
Next

10 (très) mauvaises habitudes qui pompent votre énergie

Entrepreneurs
Par Iris Maignan - 00H00samedi 24 février 2018
Next

Mathilde Lacombe : "Pourquoi je quitte Birchbox"

Entrepreneurs
Par Anais Richardin - 16H24mardi 17 avril 2018
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Revenir à la une
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge