Portfolio#MaddyPitch
27 février 2018

Getfluence, la startup qui veut rendre vos messages plus visibles sur internet

Fort de ses différentes expériences en tant qu’annonceur sur des plateformes média, Marc de Zordo, CEO de getfluence (anciennement LinkJuice), a mis au point une solution pour simplifier les relations entre les annonceurs et les éditeurs de sites influents mais également pour rendre les messages plus pertinents. Il répond aujourd’hui à nos questions.

Quel est votre constat de départ ?

Les échanges de mail, c’est simple avec quelques annonceurs, mais quand les demandes sont très nombreuses tous les jours, il est nécessaire d’avoir un outil pour mieux gérer, fidéliser et assurer une satisfaction client.

En tant qu’annonceur sur des plateformes françaises et internationales, j’ai également constaté que les sites de type “PBN” (Public Blog Network) sont trop présents et dévalorisent les vrais médias influents tenus par de vraies équipes et avec un contenu top. Il vaut mieux se focaliser sur de vrais médias influents pour apporter une réelle valeur aux annonceurs. Le SEO c’est cool, l’influence, c’est encore mieux et on fait du “SEO” sans faire du SEO, en plus des nombreux autres avantages (trafic réel, notoriété…).

linkjuice

Quelle est votre solution ?

Face à ce constat, nous avons décidé de créer getfluence, une plateforme de mise en relation entre annonceurs et éditeurs de sites influents qui s’adaptent à tous les modes de collaboration les plus fréquents, que ce soit pour un annonceur comme un éditeur. Les annonceurs reçoivent un contenu personnalisé, unique et engageant, diffusé sur les sites de leurs choix, afin d’augmenter leurs visibilité. Les éditeurs quant à eux, perçoivent une rémunération réellement attractive dans le cadre de chaque collaboration.

Quel est votre business model ?

Nous sommes sur un modèle B2B. Nous prenons une commission sur chaque transaction, entre 30 et 50%, en fonction du mode de collaboration souhaitée par l’éditeur. S’il gère les collaborations,  la commission est de 30%, si nous gérons tout pour lui, elle s’élève à 50%.

Pouvez-vous nous raconter une de vos galères de startupper ?

Le premier développeur sur le projet qui ne nous a pas communiqué sur le fait qu’il ne parvenait pas à avancer, le tout avec 4 mois de retard, et 50% du projet réalisé au lieu des 80% qu’il annonçait à date. Difficile à gérer ensuite…

Une actualité particulière à mettre en avant ?

Nous lançons notre solution en Espagne et en Allemagne d’ici quelques semaines.