Actus#Coworking
5 avril 2018

Coworker à deux pas des Champs-Elysées, la nouvelle proposition de Nextdoor

Télétravail, flex-office, coworking, ces nouvelles méthodes de travail dont tout le monde parle ont toutes pour objectif de faciliter la vie des travailleurs, respecter leur bien-être et les rendre dans l’idéal plus productifs. L’une d’entre elles, le coworking, qui met à disposition des espaces de travail partagés ou des bureaux privatifs, continue d’évoluer en s’adaptant aux besoins des travailleurs.

Le coworking a évolué de manière significative sur le territoire français ces dix dernières années. En multipliant par cinq le nombre d’espaces de travail proposés (600 en 2017), il s’est imposé comme un nouvel art de vivre, de travailler et de collaborer. Vivre au travail, dans un confort semblable à celui de nos maisons et briser les barrières qui nous éloignent des autres, tout en décuplant les opportunités, c’est tout l’enjeu du coworking. Encore faut-il bien choisir son espace.

L’offre a littéralement explosé ces dernières années : en cinq ans, le nombre d’espaces de coworking a bondi de 785%, rien qu’en Île-de-France. L’emplacement au sein de la ville et de son réseau urbain devient donc un véritable enjeu pour les espaces de coworking. C’est notamment ce qu’a pu constater Stephen André, cofondateur de Nextdoor, créateur d’espaces de coworking à Paris et Lyon, et qui ouvrira prochainement un nouvel espace à deux pas des Champs-Elysées.

Mais quels sont les avantages d’un tel emplacement dans la ville ? Trouverons-nous demain des espaces à chaque coin de rue ? Et surtout, quelle sera la place des bureaux dans nos vies et dans nos villes ?

Ce que veulent les travailleurs

Aujourd’hui, les travailleurs sont à la recherche de nouveaux espaces, toujours plus innovants et agréables, toujours plus ouverts sur le monde, plus inspirants. Décloisonner la vie personnelle et professionnelle est l’un des enjeux de ces espaces de travail, qui réinventent le parcours des équipes dans un lieu dédié à la productivité et au bien-être au travail. Plus concrètement, ces dernières recherchent un lieu clés en mains dans lequel il suffit de s’installer pour travailler, dans des espaces partagés ou bien dans des bureaux privatifs.

Les coworkers souhaitent donc rejoindre un lieu vivant, avec une “dynamique entrepreneuriale, un point de rassemblement, une énergie, une atmosphère”, commente Stéphen André. Un espace qui réponde aussi bien à leurs besoins personnels en tant qu’être humain (confort, détente, diversité des activités), qu’à leurs besoins de collaborateurs, d’entrepreneurs via des ateliers professionnels, des conférences… 

En outre, trouver un local, s’occuper des éventuels travaux d’aménagement, gérer l’administratif, les problèmes de connexions internet et autres… ne font plus partie des étapes par lesquelles souhaitent passer les entrepreneurs. Les clients qui s’adressent à Nextdoor, par exemple, sont à la recherche “d’un toit pour travailler mais avec un accompagnement full service” explique Stephen André.

Les attentes et les usages des travailleurs ont donc largement évolué, si bien que cette nouvelle manière de travailler séduit au-delà des structures de petites tailles, ou des travailleurs indépendants. Les entreprises de plus grandes tailles s’intéressent également à ce phénomène et s’ouvrent par la même occasion à la possibilité de collaboration et de partenariat avec des coworkers.

L’emplacement dans la ville, le nouvel atout des espaces de coworking

Un coworking idéal et réussi passe donc dans un premier temps par la création d’un lieu où l’on a envie de se rendre et travailler, un lieu où l’on vit agréablement. Cependant, en termes d’espaces, même le plus beau des coworkings de la planète ne vaudrait rien s’il était vide ou peu fréquenté. Tout comme il n’y aurait pas de spectacle sans spectateurs, il ne peut y avoir de coworking sans coworkers. Ce qui fait un espace de coworking, un bon espace de travail, c’est l’affluence et la diversité des travailleurs.

“Ce que recherchent les coworkers d’aujourd’hui, ce sont d’abord les autres coworkers” Stephen André.

Il est donc essentiel pour un espace de travail partagé d’être facile d’accès, de se trouver à proximité des grands axes de communication mais aussi dans un quartier dynamique. Le choix de l’emplacement d’un coworking sera donc primordial et se doit d’être central, car sa communauté sera le reflet de l’écosystème alentour. On ne propose et “on ne vient pas chercher la même chose lorsque l’on s’inscrit dans un lieu proche du milieu rural, dans des petites villes ou en plein coeur de Paris” explique Stephen André.

Le choix d’un emplacement chez Nextdoor s’articule autour de deux paramètres : “la dynamique de l’écosystème alentour et la capacité du bâtiment à pouvoir être remanié en fonction de tous nos impératifs techniques” nous confie Stephen André. Pour ce dernier critère, le bâtiment choisi doit être capable d’accueillir “une multiplicité de typologies d’espaces et offrir une cohérence des flux de personnes pour favoriser les rencontres et non seulement un passage”. De plus, la proximité des futurs clients et des futurs partenaires a elle aussi son importance dans la décision qui mène à choisir un lieu plutôt qu’un autre.

Nextdoor à l’assaut des Champs-Élysées

L’emplacement du prochain espace de coworking Nextdoor, qui ouvrira ses portes en avril prochain, se situe à deux pas des Champs-Elysées. « Choisir d’ouvrir un espace de travail à proximité de cette adresse prestigieuse, c’est avant tout permettre à des start-up ou des PME/TPE d’intégrer un paysage à la fois résidentiel et économique », selon Stephen André. Ce quartier commerçant et touristique, où résident de grandes enseignes, possède une véritable atout quant à la proximité de ces potentiels partenaires. De plus, l’immeuble qui accueillera le dernier-né de Nextdoor est un bâtiment HQE (Haute Qualité Environnementale).

Ce bâtiment, équipé de la GTB (Gestion Technique du Bâtiment) est, selon Stephen André, “un investissement incontournable pour réussir nos villes de demain et contrôler notre bilan carbone”. Cette initiative, de plus en plus attendue par les clients, permet à chacun d’être écoresponsable. Cet emplacement sur les Champs-Élysées souhaite ainsi combiner et trouver le parfait équilibre entre le bien-être au travail et la responsabilité de tous en matière environnementale. Pour Stephen André “libérer la créativité et la satisfaction”, passe également par cette dimension.

Bien vivre son coworking, une équation à facteurs multiples

Le bon déroulement d’une expérience de coworking dépend donc de différents facteurs, (emplacement, offre, prix…). Toutefois, bien vivre « son coworking » passe également par un certain nombre d’objectifs qu’il est nécessaire de se fixer avant de se lancer dans l’aventure. Selon Stephen André, “l’envie de s’ouvrir aux autres” est un prérequis indispensable. Tous les espaces de coworking proposent des lieux de détente, de rassemblement ; la raison est simple : permettre aux personnes évoluant dans ces espaces de se rencontrer plus facilement, de se côtoyer, et ainsi de mieux collaborer. Utiliser les outils à disposition et profiter des animations est également important lorsque l’on entreprend de travailler dans un espace de coworking. Enfin “bouger dans l’espace et ne pas toujours s’asseoir à la même place”, selon Stephen André, serait le meilleur moyen de rencontrer de nouvelles personnes.

La formule du coworking offre à ceux qui le souhaitent un lieu de travail en accord avec nos besoins en termes de souplesse, d’interaction et de services. Parce que les frontières qui séparent vie personnelle et vie professionnelle ont bougé et que nous aspirons à un monde du travail dont les codes s’inspirent sensiblement de la sphère privée, le coworking a toute sa place dans la ville de demain. Imaginer, inspirer, faciliter, autant de valeurs auxquelles souhaitent répondre les espaces de travail partagés en permettant aux petites entreprises comme aux grandes d’accéder à des espaces conçus pour elles, et respectueux de la planète.

Maddyness, partenaire média de Nextdoor.

Télétravail, flex-office, coworking, ces nouvelles méthodes de travail dont tout le monde parle ont toutes pour objectif de faciliter la vie des travailleurs, respecter leur bien-être et les rendre dans l’idéal plus productifs. L’une d’entre elles, le coworking qui met à disposition des espaces de travail partagés ou des bureaux privatifs, continue d’évoluer en s’adaptant au plus près des besoins des travailleurs.

Le coworking a évolué de manière significative sur le territoire français depuis ces dix dernières années. En multipliant par cinq le nombre d’espaces de travail proposés (600 en 2017), le coworking s’impose en tant que mode de travail en adéquation avec notre manière de vivre, de travailler et de collaborer. Vivre au travail, dans un confort semblable à celui de nos maisons et briser les barrières qui nous éloignent des autres, tout en décuplant les opportunités, c’est tout l’enjeu du coworking. Encore faut-il bien choisir son espace.

L’offre a littéralement explosé ces dernières années : en 5 ans, le nombre d’espaces de coworking a bondi de 785%, rien qu’en Île-de-France. L’emplacement au sein de la ville et de son réseau urbain devient donc un véritable enjeu pour les espaces de coworking. C’est notamment ce qu’a pu constater Stephen André, cofondateur de Nextdoor, créateur d’espaces de coworking à Paris et Lyon, et qui ouvrira prochainement un nouvel espace à deux pas des Champs-Elysées.

Mais quels sont les avantages d’un tel emplacement dans la ville ? Trouverons-nous demain des espaces à chaque coin de rue ? Et surtout, quelle sera la place des bureaux dans nos vies et dans nos villes ?

Ce que veulent les travailleurs

Aujourd’hui, les travailleurs sont à la recherche de nouveaux espaces, toujours plus innovants et agréables, toujours plus ouverts sur le monde, plus inspirants. Décloisonner la vie personnelle et professionnelle est l’un des enjeux de ces espaces de travail, qui réinventent le parcours des équipes dans un lieu dédié à la productivité et au bien-être au travail. Plus concrètement, ces dernières recherchent un lieu clés en mains dans lequel il suffit de s’installer pour travailler, dans des espaces partagés ou bien dans des bureaux privatifs.

Les coworkers souhaitent donc rejoindre un lieu vivant, avec une “dynamique entrepreneuriale, un point de rassemblement, une énergie, une atmosphère”, commente Stéphen André. Un espace qui réponde aussi bien à leurs besoins personnels en tant qu’être humain (confort, détente, diversité des activités), qu’à leurs besoins de collaborateurs, d’entrepreneurs via des ateliers professionnels, des conférences… 

En outre, trouver un local, s’occuper des éventuels travaux d’aménagement, gérer l’administratif, les problèmes de connexions internet et autres… ne font plus partie des étapes par lesquelles souhaitent passer les entrepreneurs. Les clients qui s’adressent à Nextdoor, par exemple, sont à la recherche “d’un toit pour travailler mais avec un accompagnement full service” explique Stephen André.

Les attentes et les usages des travailleurs ont donc largement évolué, si bien que cette nouvelle manière de travailler séduit au-delà des structures de petites tailles, ou des travailleurs indépendants. Les entreprises de plus grandes tailles s’intéressent également à ce phénomène et s’ouvrent par la même occasion à la possibilité de collaboration et de partenariat avec des coworkers.

L’emplacement dans la ville, le nouvel atout des espaces de coworking

Un coworking idéal et réussi passe donc dans un premier temps par la création d’un lieu où l’on a envie de se rendre et travailler, un lieu où l’on vit agréablement. Cependant, en termes d’espaces, même le plus beau des coworkings de la planète ne vaudrait rien s’il était vide ou peu fréquenté. Tout comme il n’y aurait pas de spectacle sans spectateurs, il ne peut y avoir de coworking sans coworkers. Ce qui fait un espace de coworking, un bon espace de travail, c’est l’affluence et la diversité des travailleurs.

“Ce que recherchent les coworkers d’aujourd’hui, ce sont d’abord les autres coworkers” Stephen André.

Il est donc essentiel pour un espace de travail partagé d’être facile d’accès, de se trouver à proximité des grands axes de communication mais aussi dans un quartier dynamique. Le choix de l’emplacement d’un coworking sera donc primordial et se doit d’être central, car sa communauté sera le reflet de l’écosystème alentour. On ne propose et “on ne vient pas chercher la même chose lorsque l’on s’inscrit dans un lieu proche du milieu rural, dans des petites villes ou en plein coeur de Paris” explique Stephen André.

Le choix d’un emplacement chez Nextdoor s’articule autour de deux paramètres : “la dynamique de l’écosystème alentour et la capacité du bâtiment à pouvoir être remanié en fonction de tous nos impératifs techniques” nous confie Stephen André. Pour ce dernier critère, le bâtiment choisi doit être capable d’accueillir “une multiplicité de typologies d’espaces et offrir une cohérence des flux de personnes pour favoriser les rencontres et non seulement un passage”. De plus, la proximité des futurs clients et des futurs partenaires a elle aussi son importance dans la décision qui mène à choisir un lieu plutôt qu’un autre.

Nextdoor à l’assaut des Champs-Élysées

L’emplacement du prochain espace de coworking Nextdoor, qui ouvrira ses portes en avril prochain, se situe à deux pas des Champs-Elysées. « Choisir d’ouvrir un espace de travail à proximité de cette adresse prestigieuse, c’est avant tout permettre à des start-up ou des PME/TPE d’intégrer un paysage à la fois résidentiel et économique », selon Stephen André. Ce quartier commerçant et touristique, où résident de grandes enseignes, possède une véritable atout quant à la proximité de ces potentiels partenaires. De plus, l’immeuble qui accueillera le dernier-né de Nextdoor est un bâtiment HQE (Haute Qualité Environnementale).

Ce bâtiment, équipé de la GTB (Gestion Technique du Bâtiment) est, selon Stephen André, “un investissement incontournable pour réussir nos villes de demain et contrôler notre bilan carbone”. Cette initiative, de plus en plus attendue par les clients, permet à chacun d’être écoresponsable. Cet emplacement sur les Champs-Élysées souhaite ainsi combiner et trouver le parfait équilibre entre le bien-être au travail et la responsabilité de tous en matière environnementale. Pour Stephen André “libérer la créativité et la satisfaction”, passe également par cette dimension.

Bien vivre son coworking, une équation à facteurs multiples

Le bon déroulement d’une expérience de coworking dépend donc de différents facteurs, (emplacement, offre, prix…). Toutefois, bien vivre « son coworking » passe également par un certain nombre d’objectifs qu’il est nécessaire de se fixer avant de se lancer dans l’aventure. Selon Stephen André, “l’envie de s’ouvrir aux autres” est un prérequis indispensable. Tous les espaces de coworking proposent des lieux de détente, de rassemblement ; la raison est simple : permettre aux personnes évoluant dans ces espaces de se rencontrer plus facilement, de se côtoyer, et ainsi de mieux collaborer. Utiliser les outils à disposition et profiter des animations est également important lorsque l’on entreprend de travailler dans un espace de coworking. Enfin “bouger dans l’espace et ne pas toujours s’asseoir à la même place”, selon Stephen André, serait le meilleur moyen de rencontrer de nouvelles personnes.

La formule du coworking offre à ceux qui le souhaitent un lieu de travail en accord avec nos besoins en termes de souplesse, d’interaction et de services. Parce que les frontières qui séparent vie personnelle et vie professionnelle ont bougé et que nous aspirons à un monde du travail dont les codes s’inspirent sensiblement de la sphère privée, le coworking a toute sa place dans la ville de demain. Imaginer, inspirer, faciliter, autant de valeurs auxquelles souhaitent répondre les espaces de travail partagés en permettant aux petites entreprises comme aux grandes d’accéder à des espaces conçus pour elles, et respectueux de la planète.

Maddyness, partenaire média de Nextdoor.