Maddyness

WeSPRINT lève 2,9 millions d’euros pour dénicher les pépites d’Occitanie

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Finance

WeSPRINT lève 2,9 millions d’euros pour dénicher les pépites d’Occitanie

Pepper Pepper Pepper
5591 - piping hot  |  
Comments
Par Anais Richardin - 12 avril 2018 / 10H24 - mis à jour le 12 avril 2018

L’accélérateur WeSPRINT, qui opère à Montpellier et Toulouse, boucle une levée de 2,9 millions d’euros auprès de Société Générale, du fonds French Tech Accélération et de business angels pour accompagner une centaines de startups dans le Sud de la France d’ici 2020.

Lancé il y a dix-huit mois par un collectif d’une dizaine d’entrepreneurs, l’accélérateur WeSPRINT, initialement en partenariat avec Numa Paris, a depuis repris son indépendance et affiche aujourd’hui de nouvelles ambitions. Dirigé par Patrick Chekib (Président cofondateur) et Arnaud Laurent (Directeur général cofondateur), WeSPRINT a créé deux programmes sur-mesure : SPRINT Montpellier et SPRINT Toulouse, pour accompagner les entrepreneurs d’Occitanie dans leur croissance.

Un portefeuille de startups qui devrait lever entre 4 et 6M€ en 2018

Fort d’une équipe opérationnelle de 15 personnes et d’un réseau de mentors qui ont bâti des entreprises à succés en région comme Rachel Delacour et Nicolas Raspal (BIME Analytics, racheté par Zendesk), Benoit Durand et Guillaume Berthel (Private Sport Shop) ou encore Nicolas Dematté et Sidonie Farion (Exaprint revendu à Vistaprint), les programmes SPRINT ont déjà séduit 21 startups. Parmi ces jeunes pousses accélérées, dans lesquelles WeSPRINT détient entre 3 et 5% du capital, quelques unes ont déjà séduit les investisseurs : Vaonis (télescopes dédiés à l’astrophotographie) a levé 1,7 millions d’euros, Openflow (une solution qui donne une seconde vie aux documents juridiques) a bouclé un tour de 500 000 euros et cinq autres levées de fonds sont en cours. Au total, le portefeuille de WeSPRINT devrait lever entre 4 et 6 millions d’euros en 2018.

3,5 millions d’euros pour aller plus loin

Pour aller encore plus loin et s’imposer comme une référence en Occitanie, WeSPRINT, qui avait réuni dès sa création plusieurs centaines de milliers d’euros de fonds propres, accélère la cadence et fait entrer à son capital la Société Générale (1,2 millions d’euros) et le fonds French Tech Accélération (1,2 millions d’euros). De nouveaux business angels complètent le tour de table à hauteur de 500 000 euros auquel s’ajoutent 600 000 euros de dette bancaire.

Cet investissement est le premier de la Société Générale dans un accélérateur français. Une participation qui s’explique selon Laurent Goutard, directeur général de la Banque de détail Société Générale en France, par « la qualité des programmes d’accompagnement WeSPRINT, l’implication considérable de leur équipe de mentors associés, et les premiers résultats obtenus » que la Société Générale entend amplifier à travers son investissement.

Dupliquer le modèle

Une levée qui permettra notamment de recruter dix profils supplémentaires en 2018 et d’opérer dans de nouvelles villes comme l’indique Arnaud Laurent, directeur général de l’accélérateur.

« Nous détenons en moyenne entre 3 et 5% de parts dans nos startups avec pour objectif d’effectuer une plus-value de cession à terme. Forts de nos premiers succès, nous sommes très heureux d’accueillir dans cette belle aventure de nouveaux investisseurs qui vont nous permettre de renforcer notre position de leader en Occitanie et de dupliquer notre modèle dans d’autres villes françaises »

L’objectif ? Atteindre une centaine de participations d’ici 2020. Vous souhaitez en faire partie ? Offrant quatre mois d’hébergement, des ressources mutualisées et un réseau de mentors et d’experts de qualité, WeSPRINT recrute actuellement ses nouvelles promotions pour Toulouse et Montpellier. Pour postuler, c’est ICI.

 

Le collectif d’entrepreneurs associés WeSPRINT au 01/04/2018 :

– Didier Soucheyre (Neo Telecoms & XLR Capital)

– Rachel Delacour & Nicolas Raspal BIME Analytics (Revendu à Zendesk)

– Nicolas Dematté & Sidonie Farjon – Exaprint (Revendu à vistaprint)

– Gael Bonnafous – SCIMOB (Revendu à Webedia)

– Emmanuel Stern – One direct (Revendu à Gimv)

– Claudia Zimmer & Mathieu Kopp Acquafadas (Revendu à Rakuten)

– Benoit Durand & Guillaume Berthel – Private Sport Shop

– Jean-Charles Simon (Simon & Associés)

– Julien Boué & Marc Leverger (Brico Privé)

– Francis Ramadier (GTII)

– Lionel Schmitt (Phytexia)

– Marc Watrin (Ténergie)

Par

Anais Richardin

12 avril 2018 / 10H24
mis à jour le 12 avril 2018
Nos derniers articles

Comment est né Startup Voyance (ou presque)

Business
Par Geraldine Russell - 18H00mercredi 18 juillet 2018
Next

3 informations startup à retenir ce 18 juillet 2018

Business
Par Antoine Grimal - 15H00mercredi 18 juillet 2018
Next

Business

Menu

Entrepreneurs

Menu

Finance

Menu

Innovation

Menu

Technologies

Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge