Actus#Événement
23 mai 2018

Ce qu’il faut retenir du sommet Tech for Good à l’Élysée

Une soixantaine de pontes de la Tech mondiale étaient invités, ce mercredi, à l'Élysée pour un sommet placé sous le signe de l'amélioration sociale. Plusieurs annonces ont marqué cette rencontre avec les gourous de la Tech et Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a réclamé mercredi à une  soixantaine de dirigeants et acteurs de la high-tech mondiale invités à
l’Elysée, dont Mark Zuckerbeg (Facebook), de s’engager en faveur des « biens  communs » comme la situation sociale, l’environnement et la lutte contre les  inégalités, avant un sommet baptisé « Tech for Good ». Avant un déjeuner à huis clos, le chef de l’Etat a adressé quelques mots en anglais à ses invités réunis dans le jardin du Palais: Satya Nadella
(Microsoft), Dara Khosrowshahi (Uber), Ginni Rometty (IBM), Bill McDermott (SAP), Alex Karp (Palantir) ainsi que des patrons français (Free, Orange, Les Échos, RATP, SNCF, Sanofi, BNP Paribas, Thales, OpenClassrooms…) aux côtés
du président rwandais Paul Kagame.

« Il n’y a pas de repas gratuit« , a-t-il souri. « J’attends de vous des discussions franches et directes pour voir comment faire plus pour améliorer la situation sociale, les inégalités, le changement climatique, et résoudre ensemble ces problèmes collectifs« . « On ne peut pas être des passagers clandestins de la collectivité même quand on fait de bonnes affaires« , leur a-t-il lancé.

Les annonces

Uber va offrir gratuitement à ses 150 000 chauffeurs et coursiers dans 21 pays d’Europe (dont 35 000 en France) une assurance sociale (maladie, accident  du travail et hors travail), en partenariat avec Axa, relayant la protection sociale limitée dont bénéficient ces chauffeurs qui ont un statut d’indépendant.

Deliveroo annonce 100 millions d’euros d’investissements en France, 2e marché du groupe britannique, dans les deux à trois ans à venir pour étendre son implantation et le nombre de livreurs (9 300 pour l’instant).

IBM va créer 1400 postes en France dans les deux ans, qui s’ajoutent aux 400 annoncés en mars dans le secteur de l’intelligence artificielle (IA). Autre initiative, un partenariat avec l’Education nationale pour la formation
de jeunes de milieux défavorisés.

OpenClassrooms, startup française de formation, s’engage à former 1 million de personnes dans le monde chaque année à partir de 2025. Le groupe va aussi former les 250.000 intérimaires Manpower en France.

Intel annonce un partenariat avec l’Institut Curie pour utiliser l’intelligence artificielle en oncologie.

Visa va créer à Paris un centre d’innovation sur le commerce digital et l’IA.

Microsoft va recruter une centaine de spécialistes de l’IA en France pour favoriser la croissance de cinq industries structurantes en France, grâce à l’IA : la santé, l’environnement/énergie, les transports, les services financiers et l’agroalimentaire.