Actus#adtech
4 juillet 2018

Passée de la musique à la publicité, Elise lève 1,3 million d’euros

Après avoir plusieurs fois changé de direction, la startup Elise, qui met l'intelligence artificielle au service des annonceurs, vient de boucler son premier tour de table institutionnel auprès d'Angelsquare, Axeleo Capital, Leansquare et Vox Capital.

Il y a des ados qui se cherchent, changent de parcours puis finalement trouvent leur voie. Elise Technologies est à l’image de ces jeunes adultes qui tâtonnent dans la vie avant de finalement se poser. Créée en 2014 sous l’appellation My Band Market, la startup a plusieurs fois pivoté, de la plateforme de booking en ligne à l’événementiel, jusqu’au magazine d’actualités musicales. Finalement, la jeune entreprise trouve la technologie qui aboutira à la création d’Elise : un algorithme qui permet de sonder réseaux sociaux, plateformes de streaming et échos médiatiques pour coter l’influence des musiciens. Et permettre aux annonceurs de cibler les influenceurs les plus pertinents pour leur marque.

Convaincu qu’il y a là une opportunité de marché, au fur et à mesure que les contenus sponsorisés se développent sur les réseaux sociaux et que l’influence est devenue un secteur d’activité à part entière, Quentin Lechemia, fondateur d’Elise Technologies, imagine un social wall, qui récupère tous les posts liés à un événement et est couplé à une solution qui analyse ces contenus : leur teneur, leur potentiel viral, la composante des visuels… Ces données sont ensuite agrégées pour évaluer l’influence des campagnes, « une sorte de Klout B2B« , résume Quentin Lechemia. Mais la startup ne souhaite pas connaître le même destin – la plateforme a fermé ses portes le 25 mai dernier – et a donc développé un autre service sur lequel elle mise beaucoup.

Compléter les régies publicitaires

En effet, Elise Technologies a identifié un pain point particulièrement sensible pour les annonceurs : la publicité extérieure. « Toute la publicité qui sort des canaux digitaux est intraçable pour les annonceurs« , souligne l’entrepreneur. Impossible pour les porteurs des campagnes de mesurer les retombées de celles-ci. Alors même que les panneaux interactifs se multiplient : ils représentent 15% du marché en France. C’est pourquoi Elise Technologies a adapté sa solution à ces nouveaux supports pour en extraire la substantifique moelle : l’information, avec les chiffres-clés et la possibilité pour l’annonceur d’adapter le contenu à son public.

Un marché suffisamment porteur pour la startup pour qu’elle décide de passer son offre social wall en gratuit d’ici peu et en faire ainsi un simple produit d’appel. Elise Technologies va également étoffer les fonctionnalités liées à la publicité extérieure, avec par exemple des campagnes d’A/B testing. Une possibilité qui permet à la jeune pousse de se positionner en acteur complémentaire des régies publicitaires et de séduire les grands comptes, notamment dans les secteurs du luxe, du tourisme ou du sport, particulièrement portés vers le social media.

Aujourd’hui, l’adolescence de My Band Market est bel et bien terminée ; Elise Technologies a grandi et annonce ce mercredi avoir bouclé un tour de table de 1,3 million d’euros auprès d’Angelsquare, Axeleo Capital, Leansquare et Vox Capital. La levée sera l’occasion pour la startup de se projeter vers l’international, à commencer par le Royaume-Uni où Quentin Lechemia s’est déjà installé. Les écrans interactifs représentant 30% du marché publicitaire outre-Manche, la jeune pousse y a de grandes ambitions pour concrétiser son passage à l’âge adulte.