Talentsoft lève 45 millions d’euros pour asseoir son expertise à l’international

Francisco Partners entre dans le pool d'investisseurs aux côtés des actionnaires historiques de Talentsoft, Bpifrance et Goldman Sachs, qui se renforcent également au capital. L'objectif pour la scaleup ? Optimiser son nouveau modèle de plateforme intégrée, notamment pour accompagner ses clients à l'international.

Un jalon de plus posé par Talentsoft, et quel jalon ! La scaleup annonce ce mercredi soir avoir bouclé un tour de table de 45 millions d’euros auprès de son nouvel actionnaire Francisco Partners et de ses investisseurs historiques Bpifrance et Goldman Sachs. « Cette levée de fonds est une nouvelle étape dans l’histoire de Talentsoft, se réjouit Jean-Stéphane Arcis, CEO de Talentsoft. Nous avons l’ambition d’aller encore plus loin en devenant la première plateforme tech RH en Europe. »

L’entrepreneur fixe trois objectifs à ce nouveau tour de table, trois ans et demi après la précédente levée de 25 millions d’euros. D’abord, se renforcer à l’international, alors que la solution de la scaleup est déjà utilisée dans 130 pays et disponible dans 27 langues. L’idée est de pouvoir mieux accompagner ses clients grands comptes qui disposent déjà ou envisagent de déployer des équipes à l’international.

Fini le SaaS, bonjour le PaaS !

Cet objectif s’accompagne d’une évolution majeure pour la plateforme : le pivot d’un modèle SaaS exclusif à un modèle de plateforme permettant d’intégrer de nouveaux services développés par les partenaires technologiques de la scaleup, afin de coller au plus près – et au plus vite – aux besoins de ses clients. Un nouveau modèle qui doit permettre à l’entreprise de renforcer sa position de poids lourd de la Tech RH en Europe. La levée doit ainsi également servir à développer le Talentsoft Hub – son offre de gestion des données RH.

Lauréate du Pass French Tech depuis septembre, Talentsoft espère bien porter haut les couleurs de la Tech française. Comme en témoigne le trophée des Futures licornes, prix soutenu notamment par Entrepreneur Venture et Euronext, que l’entreprise a remporté en mars. Avec ce nouveau pécule en poche, il ne manque plus à la jeune pousse que quelques mois pour transformer le mythe en réalité.