Actus#Paris2024
11 septembre 2019

Avec Start US up, les entrepreneurs partent à l’assaut des JO

Le programme d'accompagnement porté par l'ambassade américaine s'est allié à la championne de boxe Sarah Ourahmoune pour aider de jeunes porteurs de projets à répondre aux appels à projets de Paris 2024.

Donner de sa personne, se préparer à un marathon, atteindre des sommets… L’entrepreneuriat regorge d’expressions empruntées au sport pour figurer les efforts à accomplir afin de réaliser ses objectifs. Certains entrepreneurs prennent ces expressions au pied de la lettre. C’est le cas des quatorze porteurs de projet qui suivent depuis quelques semaines le programme Start US Up, porté par l’ambassade américaine en France. Après cinq ans d’existence, il a fait peau neuve en s’associant à Boxer Inside, l’association créée par Sarah Ourahmoune, médaillée olympique de boxe anglaise et elle-même entrepreneure.

De trois semaines, le programme a été étendu à sept mois afin d’accompagner les jeunes porteurs de projet dans le développement de leur entreprise tout en leur inculquant une discipline sportive. Tous les mardis, la promotion se retrouve pour une journée scindée en deux temps fort : un entraînement sportif le matin et un coaching thématique l’après-midi, qui varie selon les intervenants, dédié à la négociation commerciale, les relations presse ou encore la création d’un modèle économique viable.

En route vers les sommets (littéralement)

Les participants ne sont pas des sportifs de haut niveau, parfois même pas des sportifs… du dimanche ! Tous ont pourtant plongé dans les exercices de cardio et les entraînements de boxe. « Le sport leur permet d’avoir une bonne hygiène de vie, de rester en bonne santé mais aussi de déconnecter de leurs journées pleinement occupées par leur projet d’entreprise« , souligne Sarah Ourahmoune. Une forme de rigueur bienveillante à laquelle les quatorze fondateurs ont accepté de se plier avec un objectif en ligne de mire : une randonnée de quatre jours afin d’approcher un glacier.

L’ascension a eu lieu fin août dans les Alpes, à raison de douze heures de marche par jour avec deux nuits en refuge à la clé. « Cela a fait appel à leur rigueur, leur travail mental et leur a appris à gérer leurs émotions« , se réjouit Sarah Ourahmoune, très fière des efforts réalisés par l’ensemble de la promotion. Une performance qui a aussi été rendue possible par l’entraide collective. « Ce temps fort a permis de souder le groupe« , reconnaît la championne.

Objectif Paris 2024

Le prochain temps fort aura lieu début novembre, lorsque les participants pitcheront leur projet à l’ambassade américaine, notamment devant Charles Bolden, ancien astronaute et commandant d’équipage de la Nasa. Tous les entrepreneurs auront ainsi en tête… les Jeux olympiques de Paris 2024 mais aussi de Los Angeles 2028. « Paris 2024 et Los Angeles 2028 représentent une occasion unique de promouvoir le dialogue bilatéral sur les enjeux économiques et sociaux liés à l’organisation des Jeux olympiques, se réjouit ainsi Angela Aggeler, ministre conseillère aux Affaires publiques de l’ambassade des États-Unis. Les États-Unis et la France comprennent que l’entrepreneuriat est essentiel à la croissance économique et à l’emploi des jeunes. Start US up! leur fournit les outils qui leur ouvriront le plus d’opportunités possibles pour prendre part à l’organisation de Paris 2024 et qui pourront à long terme servir d’exemple à l’organisation des JO à Los Angeles en 2028. »

En effet, les entrepreneurs sélectionnés portent des projets dans des secteurs cruciaux pour Paris 2024 : la solidarité et l’inclusion, le sport et l’innovation, l’événementiel ou encore l’environnement et le développement durable. « Grâce à des liens étroits avec l’écosystème Paris 2024, les participants de Start US up pourront plus facilement répondre aux appels à projets« , souligne Sarah Ourahmoune. Un sacré tremplin pour des entreprises qui continueront d’être accompagnées à l’issue du programme, notamment via un club d’alumni en cours de création. Pour faire de la devise des Jeux – « Citius, Altius, Fortius » ou « plus vite, plus haut, plus fort » – soit aussi celle des entrepreneurs français.