Maddyness

La lente inclusion des femmes dans l’e-sport

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Technologies

La lente inclusion des femmes dans l’e-sport

Pepper Pepper Pepper
2439 - trending  |  
Comments
Par Maddyness avec AFP - 04 novembre 2019 / 09H00

Samedi à Anaheim, la Chinoise Xiaomeng "VKLiooon" Li est devenue la première femme championne du monde du jeu vidéo Hearthstone. Une victoire historique dans l'e-sport, où les gameuses professionnelles, souvent confrontées au sexisme et au harcèlement, restent rarissimes.

« C’est la meilleure manière de répondre à ces personnes qui ne croyaient pas en moi juste parce que j’étais une femme. Ça prouve que les femmes peuvent être de grandes joueuses professionnelles, exactement comme les hommes le sont », a déclaré la joueuse de 23 ans après avoir remporté les 200.000 dollars (179.000 euros) promis au vainqueur de la compétition, la BlizzCon 2019.

Cette performance va-t-elle en appeler d’autres dans une discipline mixte en théorie mais largement dominée par les hommes ? Alors que les femmes représentent presque la moitié des joueurs de jeux vidéo selon le baromètre France Esports, elles sont en effet très peu à se lancer dans une carrière d’e-sport où elles ne représentent, selon les estimations, que 5 à 10% des concurrents. Pas une seule femme, par exemple, ne figurait parmi les 100 finalistes de la Coupe du monde de Fortnite en juillet dernier.

« Cercle vicieux »

« C’est un cercle vicieux », explique à l’AFP Eva Martinello, journaliste indépendante spécialisée dans l’esport. « Il y a peu de femmes, donc peu de femmes se disent qu’elles ont leur place et donc on n’en retrouve presque pas au haut niveau. » »Il y a moyen d’y arriver mais c’est plus compliqué. Il faut un gros caractère », estime pour sa part Charlotte Jégu, manageuse au sein de l’équipe française Gaweward sur le jeu Overwatch. Principal problème: le cyber-harcèlement dont les femmes sont victimes et qui en dissuade plus d’une. « Toutes les filles, ça leur est arrivé. On reçoit des insultes, ça va hyper loin », ajoute-t-elle.

A lire aussi

Pour faire comprendre ce que les joueuses subissent, la gameuse américaine « Spawtaneous » a mis en ligne sur sa chaîne YouTube une compilation des pires insultes qu’elle a reçues en ligne. Dans ses vidéos intitulées « OMG a Girl » (« Oh mon Dieu, une fille »), les attaques sont violentes et souvent d’ordre sexuel. Pour éviter d’y être confrontées, certaines joueuses cachent qu’elles sont des femmes en choisissant un pseudo neutre.

D’autres préfèrent intégrer des équipes ou des ligues 100% féminines. Pour Eva Martinello, qui est aussi membre de Women in Games (WIG), une association qui oeuvre pour une plus grande mixité dans le secteur du jeu vidéo, « ce n’est pas la solution idéale car c’est de la discrimination positive, mais on se rend compte que c’est nécessaire pour faire bouger les choses ». « C’est important parce que les femmes ont besoin de se sentir en sécurité », affirme-t-elle.

« Problème de fond »

Cela reste toutefois une solution controversée sur la scène esport. Pour Nicolas Maurer, co-fondateur de l’équipe Vitality, la principale structure esportive de France, « c’est vraiment ce qu’il faut éviter ». « Il faut traiter les filles normalement et leur donner leur chance quand elles ont le niveau », estime-t-il. « Nous, on a vraiment envie que ça change, on ne demande que ça d’avoir des filles au très haut niveau. »

A lire aussi

Malgré ces divergences, ils s’accordent en tout cas sur le fait qu’un travail de sensibilisation est nécessaire. « Il ne faut pas croire qu’il suffit de claquer des doigts. C’est un vrai problème de fond », ajoute Nicolas Maurer. « Il faut inculquer une éducation à notre communauté et avoir un vrai discours à destination des filles pour leur dire « vous pouvez devenir pro ». Sauf que ça, ça va porter ses fruits dans 5 ou 10 ans. »

En attendant que la mixité s’installe, « VKLiooon » espère motiver d’autres femmes à suivre son exemple et s’est adressée après son triomphe « à toutes les filles qui rêvent de compétitions esport et de gloire ». « Si vous voulez y arriver et que vous croyez en vous-même, oubliez votre genre et lancez-vous! ».

Par

Maddyness avec AFP

04 novembre 2019 / 09H00
mis à jour le 05 novembre 2019
Articles les plus lus du moment

Avec PinkJobs, recrutez des femmes et faites des économies !

Finance
Par Anais Richardin - 16H47mardi 05 novembre 2019
Next

Pourquoi le perfectionnisme est l'ennemi de la productivité

Entrepreneurs
Par François Thibault - 19H00vendredi 01 novembre 2019
Next

Le redressement judiciaire, rempart au fail ?

Finance
Par Maddyness, avec Google - 07H05mardi 12 novembre 2019
Next

L’esprit startup dure 3 ans

Entrepreneurs
Par Cedric Mao, cofondateur de Fly The Nest - 08H00vendredi 01 novembre 2019
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge