Actus#EnBref
6 février 2020

3 informations pour bien commencer la journée : le Wagon, le chariot-caisse, la Wild Code School

Chaque jour, retrouvez dans notre article EnBref les informations startup à côté desquelles il ne faut pas passer. Aujourd'hui : le Wagon, le chariot-caisse et la Wild Code School.

Le Wagon lance sa première formation en Data Science

L’école de développement web le Wagon annonce vouloir former 7000 personnes en data science d’ici à 2023. La formation se compose à 80% d’exercices pratiques en situation réelle et se déroule en cinq étapes d’apprentissage en fondamentaux de la data science, machine learning, data engineering, deep learning et de gestion de projet. Le seul pré-requis pour accéder au bootcamp est de posséder des connaissances en mathématiques d’un niveau de terminale scientifique… et de pouvoir s’acquitter des frais de 6900 euros.

Des chariots auto-encaissants seront bientôt disponibles en supermarché

Deux prototypes de chariot auto-encaissant développés par une startup de Sophia-Antipolis, en partenariat avec le groupe alsacien Caddie, sont en test depuis le 10 janvier près de Nice. Ce test interne chez deux distributeurs, avant un test clients prévu au printemps, doit dans un premier temps servir à valider la résistance du chariot, sa batterie, son écran tactile, son système de recharge, etc.

Imaginé par deux étudiants, Dylan Letierce, 23 ans et Jonathan Malgogne, 21 ans, qui ont arrêté leurs études en projets numériques pour monter leur société en 2018 et déposer une série de brevets, le chariot Knap permet de scanner, ranger et payer ses courses sans passage en caisse et sans risque de fraude pour le magasin, grâce à un système embarqué de caméras et de détecteurs.

Le chariot Knap sera présenté mi-février au salon professionnel Euroshop de Düsseldorf en Allemagne et devrait peser un peu plus lourd qu’un chariot classique, « mais sans dépasser les 30 kilos« , souligne David Kuntz, responsable design de Caddie à Dettwiller. La concurrence n’est pas absente dans le domaine, précise-t-il, notamment au Canada.

Maddyness avec l’AFP

La Wild Code School ouvre une formation en cybersécurité

En moyenne, une entreprise subit vingt-neuf attaques cybercriminelles par an. Pour lutter contre celles-ci et pallier le manque d’experts en cyberdéfense, l’école de formation aux métiers de la tech Wild Code School annonce ouvrir une formation en cybersécurité. Les étudiants y apprendront à analyser les alertes de sécurité, assurer la détection et la réponse aux incidents de sécurité informatique. La formation est financée par la Mairie de Paris, Pôle Emploi et Digital Security. De plus, l’école veut donner une place plus importante aux femmes dans les métiers de la tech (seulement 11% des posts sont occupés par des femmes) et souhaite composer une première promotion 100% féminine.