Maddyness

L’agriculture urbaine prend du galon à Paris

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Innovation

L’agriculture urbaine prend du galon à Paris

Crédits: Valode et Pistre architectes ATL
Pepper Pepper Pepper
3402 - piping hot  |  
Comments
Par Maddyness avec AFP - 20 février 2020 / 10H50

Avec un projet de ferme sur le toit du Parc des Expositions, qui doit devenir à son ouverture en 2022 la plus grande d'Europe, l'agriculture urbaine gagne en visibilité... et en légitimité ?

Sur le toit d’un hall du parc des Expositions de Paris, une énorme ferme urbaine sort peu à peu du béton. Un test pour jauger la capacité des villes à se nourrir elles-mêmes un jour, au moins partiellement. Lorsqu’elle sera terminée en 2022, la « plus grande ferme urbaine sur un toit en Europe« , selon ses promoteurs, devrait compter 14 000 mètres carrés cultivés par une vingtaine de maraîchers produisant au moins une tonne de fruits et légumes par jour. Coût total de l’investissement: 700 000 euros que Nature en ville, la société chargée de mettre le projet en oeuvre, espère rentabiliser via la vente de légumes frais dans des restaurants du voisinage, mais surtout des animations, événements privés ou publics, séminaires et activités sur le site. À terme, les exploitants aimeraient aussi alimenter en produits frais des cantines scolaires aux alentours.

Le maraîchage technologique à l’air libre, inclus dans un vaste projet de modernisation immobilière et architecturale du parc Paris Expo-Porte de Versailles, se veut agricole, productif, nourricier, et accessible au public citadin, indique à l’AFP Auriane Roussel, porte-parole de Nature Urbaine. Totalement privé, ce projet souhaité par le gestionnaire du parc, Viparis, n’est pas inscrit dans le plan Parisculteurs financé par la mairie de Paris, qui a déjà permis en quelques années l’éclosion d’une constellation de jardins partagés, micro-fermes, toits cultivés ou caves à champignons dans la capitale.

A lire aussi

Aéroponie et hydroponie

Installée sur le toit d’un hall d’exposition où se tient dès samedi le salon de l’agriculture, la ferme urbaine ouvrira ses portes fin avril avec, dans un premier temps, 4500 mètres carrés cultivés pour une production visée de 300 kilos de fruits et légumes par jour. Deux techniques de culture sont prévues, développées par la startup Agripolis, spécialisée dans les fermes perchées sur des centres commerciaux. Dans des cultures en aéroponie, des tubes verticaux troués accueilleront les racines d’herbes aromatiques, salades, fraises, radis… Elles seront douchées d’une vapeur d’eau et de nutriments, pour moitié naturels et pour moitié de synthèse. Pour d’autres cultures, en hydroponie, poivrons, aubergines, tomates ou courges pousseront en bac sur un substrat de déchets de noix de coco broyés, irrigués par le même liquide nutritif.

A lire aussi

Signe de l’attrait actuel pour l’agriculture urbaine, deux concurrentes d’Agripolis seront présentes au salon de l’agriculture: l’allemande In Farm, qui a créé un potager urbain à l’intérieur de l’enseigne Metro à Nanterre et fournit des chefs parisiens en herbes fraîches, ainsi que la française Agricool, qui vient d’inaugurer une « ferme urbaine » de containers connectés à La Courneuve (Seine Saint-Denis). « Nous ne nous focalisons pas sur la compétition, le monde de l’agriculture est large et les solutions le sont aussi. Il est sain aujourd’hui de voir que nous sommes de plus en plus nombreux à oeuvrer pour une agriculture plus durable et une alimentation plus saine« , affirme Florian Cointet, responsable d’In Farm France, qui emploie 15 salariés.

« Reconnecter les citadins à leur alimentation »

« Notre objectif est autant de produire des légumes en ville en suivant les saisons que de reconnecter les citadins à leur alimentation« , nuance Auriane Roussel. Pour cela, 135 carrés de culture, dont 80 déjà réservés, seront loués à des Parisiens ou banlieusards aux pouces verts. L’adhésion annuelle est de 80 euros et le loyer mensuel de 20 euros. « L’agriculture urbaine seule ne pourra pas nourrir les villes, mais elle pourra y contribuer« , ajoute la porte-parole de Nature Urbaine. Reste une inconnue de taille: le climat. À la différence de la ferme urbaine de Lyon et du modèle d’Agricool, où humidité, température, gaz carbonique et lumière sont contrôlés par ordinateur, les cultures ici seront exposées aux intempéries, sans serre protectrice.

A lire aussi

Une incertitude qui ne décourage pas les promoteurs de ces nouvelles formes de production alimentaire urbaine. « Il y a toujours eu un retour de l’agriculture urbaine pendant les crises« , constate Marie Dehaene, ingénieure en paysage employée par Sous les fraises, qui a notamment végétalisé le toit du grand magasin BHV à Paris. « Pendant les deux guerres mondiales, le carreau du Louvre était planté de poireaux, et vous aviez des lapins dans les caves, et des poules sur les balcons haussmanniens« .

Maddyness avec AFP

Par

Maddyness avec AFP

20 février 2020 / 10H50
mis à jour le 24 février 2020
Articles les plus lus du moment

Tout ce que j’aurais voulu savoir avant de monter ma boîte

Entrepreneurs
Par Tristan Laffontas - 09H00lundi 13 juillet 2020
Next

Freelances, ces startups vont faciliter votre quotidien

Business
Par Geraldine Russell - 09H00mercredi 08 juillet 2020
Next

Les 9 erreurs stratégiques du freelance débutant

Entrepreneurs
Par Yéza Lucas - 12H00jeudi 09 juillet 2020
Next

Pinard révolutionne la vente du vin en cubis

Innovation
Par Anne Taffin - 09H00samedi 11 juillet 2020
Next

Les développeurs, divas des temps numériques ?

Business
Par Clément Sorel, Recruteur IT chez Zenika - 15H14jeudi 02 juillet 2020
Next

MonOrdo sécurise les prescriptions
 en traçant (enfin) les ordonnances

Innovation
Par Maddyness, avec IONIS Education Group - 10H00vendredi 10 juillet 2020
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge