Actus#Infographie
22 juin 2020

En 2019, les business angels ont revu leurs investissements à la hausse

Le total des sommes investies par les business angels des réseaux France Angels frôle les 43 millions d'euros, en hausse de 16% par rapport à 2018.

Les business angels ont été particulièrement actifs l’année dernière ! Dans son rapport d’activité 2019, la fédération nationale des business angels, France Angels, souligne que près de 43 millions d’euros ont été investis par les investisseurs de ses différents réseaux affiliés. Tous les business angels français n’étant pas forcément ni dans un réseau ni affiliés à France Angels, le montant total investi par des investisseurs privés est donc logiquement supérieur à ce chiffre. Ce montant est une bonne nouvelle pour l’écosystème, puisqu’il est en nette hausse par rapport à 2018 (+16%), alors qu’il avait accusé une forte baisse entre 2017 et 2018 (-23%).

Sans surprise, l’Île-de-France reste le centre névralgique de l’activité des business angels, avec un tiers des entreprises financées qui sont basées dans la région. Néanmoins, les investisseurs prennent la peine de diversifier leur portefeuille au-delà de leur réseau immédiat, puisque ce chiffre est largement inférieur à la concentration de business angels en Île-de-France (54,5% des investisseurs y résident). Au contraire, l’Occitanie semble particulièrement attractive puisqu’en ne concentrant que 2,1% des investisseurs, elle parvient à attirer 9,8% des opérations.


Et si le nombre d’opérations a baissé depuis 2018 (422 contre 455), la qualité de la participation des business angels aux tours de table se confirme, avec un effet levier de 2,8. Il est notamment réalisé auprès d’autres réseaux de business angels (35% des co-investisseurs) et de business angels hors des réseaux de France Angels (13,4%). Les fonds régionaux (9,1%) et les fonds privés (4,7%) sont moins représentés, ce qui n’a rien d’étonnant puisque les business angels interviennent principalement sur les tours de table de moins de 100 000 euros (deux tiers des opérations). Mais sont donc d’autant plus déterminants quant à la réussite des entreprises financées !