Maddyness

Petites levées et gros rachat pour cette première semaine de juillet

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Finance

Petites levées et gros rachat pour cette première semaine de juillet

Pepper Pepper Pepper
6900 - on fire  |  
Comments
Par Anne Taffin - 03 juillet 2020 / 17H00

Chaque semaine, Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine qui vient de s’écouler. Cette semaine, 17 opérations ont permis aux startups françaises de lever 39,2 millions d’euros.

Les levées se multiplient mais peinent à décoller

Montant
39,2
nb d'opérations
17

Les portefeuilles des investisseurs seraient-ils déjà partis se mettre au vert ? La question se pose clairement devant le bilan plus que décevant de cette première semaine de juillet. Si les opérations se multiplient, leurs montants, eux, peinent à décoller. Les 17 opérations enregistrées cette semaine atteignent péniblement les 39,2 millions d’euros levés pour une moyenne de 2,3 millions d’euros et une médiane à 2 millions d’euros. Il s’agit essentiellement d’opérations en seed ou en série A. Pour une fois, les investissements n’ont pas tous été captés par les startups parisiennes mais aussi par la Bretagne et le Centre Val de Loire. Au niveau des secteurs, Fintech et Assurtech sont toujours à l’honneur. 

Shipup réalise la plus grosse levée de la semaine avec 6 millions d’euros récoltés auprès d’Elaia et Bpifrance, via le fonds Ville de demain du Programme d’investissements d’avenir (PIA) géré pour le compte de l’État. Il faut dire que le confinement a fait les affaires de la startup. Pour aider les entreprises à mieux maîtriser leur chaîne logistique, Shipup a développé une solution capable de détecter tous les problèmes survenant de l’entrepôt de stockage jusqu’à la remise du colis.

Les Fintech ont toujours la cote auprès des investisseurs. Cette semaine, c’est Finfrog, startup proposant une solution de micro-crédit aux particuliers, qui en profite. Un an après une première levée de 3 millions d’euros, elle réalise un nouveau tour de table de 5 millions d’euros grâce à Raise Ventures. Cette somme lui permettra de passer un nouveau cap en s’exportant en Europe dans les 18 prochains mois. 

Avec sa levée de 4 millions d’euros, complétée par un prêt bancaire d’1,2 millions d’euros, la proptech Unlatch (spin-off de Legalife) fait entrer un nouvel investisseur à son capital, Axa Venture Partners. Et ce choix n’est pas anodin. La startup, qui propose une solution dépoussiérant la gestion de la vente de biens immobiliers neufs, souhaite s’exporter hors des frontières françaises. Après un premier essai en Belgique, elle vise l’Espagne et le Royaume-Uni.

Shipup
#Logistique
Elaïa et Bpifrance
6M€
Finfrog
#Fintech
Raise Ventures
5M€
ZE Energy
#Energie
Demeter, Evergreen Holding, Hightech Grunderfonds, Ze Way Invest
4M€
Unlatch
#Proptech
Axa Venture Partners
4M€
InHeart
#Medtech
Elaia et la SATT Aquitaine Science Transfert
3,7M€
ABC Transfer
#Telecom
GO Capital
3M€
Vybe
#Fintech
Business angels
2,2M€
Clind
#Edtech
Ventech, Kernel Investissements et business angels
2M€
Livejourney
#Process
Newfund, Evolem, Holnest
2M€
Check&Visit
#Proptech
Axeleo PropTech 1
1,6M€
SeaBeLife
#Biotech
Business angels
1,5M€
Monemprunt.com
#Assurtech
Sogescot, BPI, Go Capital et MBA holding
1M€
SheeldMarket
#Fintech
Axeleo Capital, Draper Dragon, Kima Ventures, Acequia Capital et business angel
1M€
Skilder
#Edtech
Phitrust, Pulsalys et 1Kubator
1M€
Lease Green
#Mobilité
La Banque des territoires
700K€
Plume
#Edtech
Wilco et Founder Act
350K€
PUR,etc.
#Foodtech
Wiseed
150K€

Les autres actualités financières 

Connu pour investir dans des startups à fort potentiel technologique, le fonds lyonnais Axeleo a décidé de s’attaquer à un autre secteur, celui de la Proptech. Entre les bâtiments intelligents, la maintenance, la construction et les nouveaux modes de financement, le potentiel du secteur est assez large. Les startups françaises l’ont d’ailleurs bien compris et se multiplient rapidement, à la fois en B2C et en B2B. Pour investir dans ses pépites, Axeleo a lancé un nouveau fonds, Axeleo Proptech I, qui devrait atteindre les 50 millions d’euros d’ici un an. Un premier closing de 35 millions d’euros a déjà été sécurisé auprès de la Banque des territoires, RTE, Allianz France, le groupe Vyv, Vinci Énergies, la région Île-de-France et des family offices.

L’ONG américaine Bayes Impact, fondée par le français Paul Duan, vient de collecter 2 millions d’euros. Le projet a remporté le premier prix de la fondation belge Degroof Petercam début 2020 pour un million d’euros et bénéficie du soutien renouvelé de Google.org, branche philanthropique de Google, pour le même montant. Avec cette somme, l’ONG souhaite poursuivre sa croissance et le développement à l’international de son outil Bob. Ce dernier utilise l’intelligence artificielle pour faciliter la recherche d’emploi, un secteur plus que porteur après la crise économique qui frappe l’ensemble du monde depuis deux mois.

La biotech tricolore Eligo Bioscience bénéficie d’un financement d’1,82 million de dollars de la part de l’agence américaine CARB-X, un consortium international à but non lucratif visant à accélérer le développement de solutions thérapeutiques contre les bactéries résistantes aux antibiotiques. Cette somme sera allouée au développement d’une nouvelle génération d’antimicrobiens spécifiques visant à prévenir les infections multi-résistantes chez les patients greffés. Suivant les avancées du projet, ce soutien financier pourrait même atteindre 7,05 millions de dollars au total.

La néobanque Shine, conçue pour les entrepreneurs et les indépendants, vient d’être rachetée par la Société Générale. Le prix de l’opération n’a pas été communiqué mais une somme à 9 chiffres est évoquée par Techcrunch. Lancée en février 2018, la startup avait réalisé deux levées de fonds pour un total de 10,8 millions d’euros jusqu’ici. Ce parcours éclair ne signe pour autant pas la fin de son histoire. Shine devrait continuer son développement de manière indépendante selon son équipe de communication. Cette opération a uniquement pour but de lui permettre d’enrichir son offre et de se rapprocher de son partenaire historique, Treezor. 

IDW, éditeur de logiciel de merchandising pour les retailers internationaux vient d’acquérir son concurrent Visual Retailing. Ce rachat a pour but d’accroître le catalogue de logiciels et de services proposés à ses clients. Ces derniers bénéficieront de solutions comme des showrooms virtuels, des outils de communication et d’exécution en magasin et d’analyse des ventes.

Par

Anne Taffin

03 juillet 2020 / 17H00
mis à jour le 04 juillet 2020
Articles les plus lus du moment

Believe pourrait entrer en Bourse et valoir 2 milliards d'euros

Business
Par Anne Taffin - 11H29vendredi 13 novembre 2020
Next

Les 9 erreurs stratégiques du freelance débutant

Entrepreneurs
Par Yéza Lucas - 15H02lundi 16 novembre 2020
Next

Station F a choisi ses startups les plus prometteuses pour 2021

Business
Par Arthur Le Denn - 18H00mercredi 18 novembre 2020
Next

50 startups dans lesquelles vous aurez envie de travailler en 2021

Business
Par Geraldine Russell - 09H00mercredi 18 novembre 2020
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge