Actus#RIP
24 août 2020

Définitivement liquidée, Lima vend ses actifs à Atempo pour une bouchée de pain

Après avoir été placée en redressement judiciaire, Lima, qui avait conçu et développé un boîtier permettant un accès personnel au cloud depuis n'importe quel appareil, a été liquidée. Ses actifs ont été rachetés par l'éditeur de logiciels Atempo.

Article initialement publié en février 2019, remis à jour en août 2020

Triste fin pour ce qui aura un temps été une pépite du cloud. Alors qu’elle avait été liquidée en août 2019 après avoir été placée en redressement judiciaire, la startup Lima a vendu ses actifs, définis dans la décision judiciaire comme « un fonds de commerce de conception, développement, édition, exploitation, commercialisation et distribution de produits et matériels informatiques » , à l’éditeur de logiciels Atempo. Une bonne affaire puisque l’opération s’est élevée à 10 000 euros, bien loin du million de dollars récolté en 2013 sur Kickstart ou des 2,5 millions de dollars investis dans l’entreprise l’année suivante par Partech qui avaient contribué à doper la valorisation de la jeune pousse… sans pouvoir toutefois la préserver de la chute quelques années plus tard.

« Lima ferme ses portes »

« Vous recevez ce message parce que vous êtes un client fidèle de Lima, le service de cloud personnel. Malheureusement, nous avons une mauvaise nouvelle : Lima ferme ses portes. » C’est par ces lignes que débutait le mail envoyé le 13 février 2019 à tous les clients de Lima, également relayé dans un billet de blog publié sur Medium. Placée en redressement judiciaire le 24 janvier précédent, la startup n’a pas trouvé les moyens de continuer son aventure. « En dépit de nos efforts pour éviter cela, nous avons connu des problèmes de financement dont nous n’avons pas pu nous relever » , expliquait alors le message. Le service a été rendu indisponible à partir du 1er mars de la même année.

La startup avait pourtant connu un certain succès il y a quelques années, après une campagne éclair sur Kickstarter. La jeune pousse avait conçu un boîtier qui unifiait et synchronisait la mémoire de tous les appareils (ordinateurs, tablettes, smartphones). Il permettait ainsi d’ouvrir n’importe quel document depuis n’importe quel support, sans avoir besoin de le copier ou de le récupérer sur un disque dur externe. Lima offrait une interface simple et une compatibilité avec tous les principaux systèmes d’exploitation.

L’entreprise avait levé 2,5 millions de dollars en 2014 auprès de Partech Ventures, ce qui lui avait permis de déployer des équipes en Amérique du Nord et en Chine. La startup avait rassemblé une équipe de plus de 60 personnes et avait réussi à conquérir plus de 80 000 clients à travers le monde. « Nous sommes fiers des produits que nous avons créés et nous pensons que le problème que nous avons cherché à résoudre est toujours d’actualité. Nous sommes obligés d’abandonner le combat mais nous espérons vraiment que l’innovation perdurera dans ce domaine » , soulignait dans son message le fondateur de la startup, Séverin Marcombes.