Décryptage#Prospective
22 octobre 2020

La Gaîté Lyrique invite décideurs et génération Z à dialoguer au sein d’un think tank

Le think tank Away From Keyboard, imaginé par la Gaîté Lyrique, rassemble une communauté de décideurs et des représentants de la jeune génération, afin d'imaginer les contours du monde de demain.

À l’ère du télétravail total, des chaînes d’info en continu qui nous abreuvent d’actualités et des réseaux sociaux qui font du smartphone un nouveau membre du corps, peut-on se passer des écrans ? Se poser, souffler, prendre le temps de la réflexion durant quelques minutes away from keyboard (loin du clavier, en français) ou afk, comme le disent les passionnés de jeux vidéo. C’est l’idée derrière le think tank du même nom, imaginé par la Gaîté Lyrique, afin de réfléchir aux enjeux d’une époque où toutes les lignes semblent brouillées et aux défis que la nouvelle génération s’empresse déjà de relever.

Le lieu culturel, centré sur « les cultures post-internet » , s’est spécialisé dans l’exploration des rapports entre les jeunes générations, de nouvelles formes artistiques et les grands enjeux sociétaux de notre monde. « Ce sont des sujets qui intéressent les décideurs politiques et économiques et, plus largement, ceux qui ont une capacité d’action dans la société. Il nous fallait donc un véhicule spécifique pour en parler » , explique Laëtitia Stagnara, directrice générale de la Gaîté Lyrique. C’est désormais chose faite avec Away From Keyboard.

Des rendez-vous éclectiques

Cet objet pensant non identifié sera défini par ses acteurs. « C’est un espace de réflexion, sous des modalités qu’on cherche à réimaginer, avec des formats plus insolites qu’un cycle de conférences » , esquisse la directrice générale de la Gaîté Lyrique. Les décideurs engagés dans une démarche de transition, qu’il s’agisse de marques, d’ONG ou de leaders d’opinion, pourront converser librement avec une communauté de jeunes acteurs qui se caractérisent par leur engagement. « C’est une génération qui raconte un avenir plus désirable, plus pérenne, égalitaire et qui a conscience de la responsabilité qu’elle a, se réjouit Laëtitia Stagnara. Elle est hyperconnectée, utilise et maîtrise les nouveaux outils de communication pour façonner notre époque. » Parmi les personnalités mobilisées dans le cadre du think tank, on retrouve Marjolaine Grondin, CEO de Jam, Thomas Papadopoulos, fondateur du studio d’innovation Possible Future, ou encore Myriam Levain, journaliste chez Cheek Magazine.

Ce dialogue se nouera autour de plusieurs temps forts, à commencer par un grand rendez-vous public, le 10 novembre prochain, à la Gaîté Lyrique. Baptisé Twenty-Five et co-organisé par Jam, il sera l’occasion pour des figures de la génération Z, à l’instar d’Hugo Décrypte ou Bilal Hassani, d’exposer leur vision du monde pour les 25 prochaines années. D’autres rencontres, expériences ou cas pratiques réservés aux membres de la communauté jalonneront ensuite l’année afin de couvrir des thèmes aussi variés que l’urbanisme, l’art ou les médias, interrogés via le prisme des moins de 25 ans. Car si la jeune génération façonne le monde, celui-ci doit engager sa propre transition pour s’adapter aux contraintes d’une époque décidément bien incertaine.