Maddyness

Vélo à assistance électrique : 13 modèles made in France à enfourcher

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Technologies

Vélo à assistance électrique : 13 modèles made in France à enfourcher

Pepper Pepper Pepper
72182 - on fire  |  
Comments
Par Anne Taffin - 19 novembre 2020 / 14H00

Après les grèves, l’impossibilité de maintenir la distance sociale dans les transports devrait encore renforcer la place du vélo en ville. Pour vous aider à dénicher votre futur bolide, voici une sélection de 13 startups proposant des modèles à assistance électrique.

Mise à jour d’un article publié le 16 mai 2020

Entre les grèves de décembre, le déconfinement et l’engagement écologique grandissant des Français·es, le vélo a de beaux jours devant lui. En 2019 déjà, plus de 2,6 millions de vélos ont été vendus sur le territoire. Cette année devrait confirmer cette tendance. Depuis l’annonce d’un retour au travail, les magasins de cycles sont pris d’assaut, particulièrement dans les grandes villes. Pour toutes celles et ceux qui n’ont pas de vélo enfoui dans les confins de leur cave, c’est le moment d’investir !

Exacerbé par les derniers évènements, le phénomène « vélo » n’est pas nouveau. La maire de Paris, Anne Hidalgo, rêve d’une capitale sans voiture. Dans ce vaste plan, la région Île-de-France est déjà passée à l’offensive en proposant un coup de pouce financier de 500 à 600 euros aux futurs acquéreurs de vélo à assistance électrique. Une aide qui n’est pas négligeable pour des engins dont le prix varie tout de même entre 1600 et 2500 euros en moyenne. L’aménagement de nouvelles pistes cyclables devrait également être rapidement mis en place pour laisser plus d’espace aux deux roues dans la capitale. Enfin, la région a mis en place une plateforme collaborative qui regroupe toutes les infos utiles aux cyclistes  (itinéraires, stationnement, services etc.).

Pour vous aider à faire le tri parmi les offres disponibles, voici une sélection de 9 startups qui proposent des modèles made in France.

Starway, le Vélo Facile qui s’adapte à vous 

Depuis 2006, Starway redouble d’inventivité pour élaborer des vélos toujours plus accessibles et faciles d’utilisation. La recherche et le développement sont au coeur de ses préoccupations. L’entreprise possède plusieurs brevets qui lui ont permis de mettre au point le Vélo Facile, un vélo à assistance électrique qui s’adapte à l’effort de son propriétaire. Grâce à ses capteurs de vitesse et de résistance, le vélo analyse l’effort de son propriétaire et détermine le mode d’assistance le plus adapté parmi les trois proposés. Sans chaîne, ni dérailleur, il ne demande que très peu d’entretien. Il contient deux antivols, est assemblé à Tours et garanti pendant trois ans. En cas de vol, le vélo est remplacé. Son prix varie entre 1690 euros et 1790 euros suivant la puissance de la batterie choisie. 

Moustache, le vélo qui couvre tous les usages

Créé en 2011 par deux amoureux du vélo dans les Vosges, Moustache Bicycle fait désormais vivre une centaine de personnes.  La startup propose pas moins de 65 modèles différents répartis en 13 familles couvrant tous les usages : urbain, tout chemin, route, VTT et même enfant.

Un système de filtration des vibrations, un guidon pliable à 90°C pour un rangement plus facile et un verrou de sécurité sur les batteries, font partie des solutions mises au point par les équipes de Moustache pour assurer confort et sécurité à leurs clients. Les amoureux de grands espaces pourront partager l’effort le temps d’une promenade grâce à un tandem à assistance électrique. Grâce à lui, vous n’aurez plus aucune raison de vous chamaillez parce que l’un des deux fait plus d’effort que l’autre.  L’entreprise est engagée pour l’environnement et participe au recyclage des batteries.
Pour acquérir un de leur bolide, comptez au minimum 2400 euros. 

Angell, le vélo qui assure votre sécurité avant tout

Angell a tout du vélo idéal. Design, léger, doté d’une belle autonomie et sécuritaire, il a clairement tout pour plaire. Et heureusement, car son prix, 2690 euros, n’est pas à la portée de toutes les bourses. Avec ce deux-roues designé par Ora Ïto , Marc Simoncini, le fondateur de Meetic qui s’est transformé en serial investisseur, mise sur le luxe et la sécurité. Pour ce prix, les propriétaires d’Angell bénéficieront d’un détecteur anti-chute, d’une alarme anti-vol, de feux hyperboliques mais aussi d’un cockpit intelligent pour les guider où ils le souhaitent. Avec une autonomie de 70 kilomètres, le vélo permet de belles évasions.

Marc Simoncini vient de signer un accord avec la célèbre marque d’électroménager Seb pour qu’elle assemble ses vélos dans son usine d’Is-sur-Tille (Côte-d’Or), à environ 25 km au nord de Dijon.

Le Vélo MAD, réparable à domicile

Designé, conçu et assemblé en France, le Vélo MAD travaille avec la Manufacture Française du Cycle, premier fabricant de cycles en France implanté en Loire-Atlantique depuis 1925. L’entreprise rouennaise propose deux modèles, l’urbain et le sport. Les deux engins possèdent une autonomie de 75 km environ. La batterie est chargée à 80% en 1h30 et 100% en 2h30. 

Le petit plus de l’enseigne? La marque dispose d’ambassadeurs dans les grandes villes de France pour faire tester ses vélos et aider ses futurs clients à se décider. La startup propose également un service de réparation à domicile ou au bureau.  Le vélo MAD est vendu en direct, sans intermédiaire, sur son site internet. Il est livré monté à 95%. Son prix tourne autour des 1700 euros. 

Neomouv, une gamme complète et personnalisable

Neomouv conçoit et distribue une gamme complète de vélos à assistance électrique depuis 2003. L’entreprise possède un bureau d’études dans la Sarthe afin d’améliorer sans cesses ses produits. Depuis ses débuts, la marque a ainsi mis au point un vélo tout-terrain, un autre adapté au mode de vie urbain et un dernier modèle pliable. Ce dernier s’avère particulièrement pratique pour les citadins ou les voyageurs. La couleur des vélos peut être personnalisée, un petit plus pour les créatifs. 

En cas de pépin sur votre vélo, Neomouv vous accompagne. L’entreprise dispose d’un stock important de pièces détachées et forme ses revendeurs à la réparation de ses modèles pour apporter une expérience confortable et rassurante. 

ThirtyOne, le vélo en leasing 

ThirtyOne est un vélo électrique français qui se recharge à la décélération. Le moteur est connecté au smartphone de son utilisateur ou utilisatrice, ce qui permet de régler la puissance d’assistance de 0% à 100% en quelques secondes en cas de fatigue. Pour assurer la sérénité de ses clients, la selle du vélo est dotée d’un antivol et son moteur peut être verrouillé avec son smartphone.

L’approvisionnement des composants en circuit court est privilégié par la marque. 65% du vélo électrique est fabriqué en Europe et il est 100% conçu et assemblé en France. ThirtyOne propose une offre de location longue durée à partir d’un euro par jour. À l’issue du contrat, celui-ci peut être racheté par son propriétaire. 

Le Jamais content d’Alerion, léger comme une plume ! 

Conçu par deux ingénieurs français, le vélo électrique Alerion est ultra léger. Il ne pèse, en effet, que 13,2 kg grâce à un cadre en aluminium et une fourche en carbone. Son poids plume associé à une batterie efficace lui permet de bénéficier d’une autonomie de 80 km même en utilisant un niveau d’assistance maximale selon la marque. Un écran digital permet de contrôler l’assistance facilement et de gérer son autonomie. Ce modèle est disponible à partir de 2190 euros. 

Velobecane, un design aux allures de moto

Velobecane développe et fabrique également une gamme de vélos électriques complète pour la ville, le loisir ou le voyage. Ces modèles pliants peuvent facilement transportés ou rangés chez soi. Le fatbike Velobecane Road est inspiré du style de la Harley Davidson (sans sa capacité). Le design et la forme des différents modèles proposés devraient permettre à chacun de trouver un vélo qui lui convient. La marque héberge également un blog sur laquelle elle donne des astuces et des conseils pour bien utiliser et choisir son vélo électrique.
Les premiers vélos coûtent aux alentours de 1200 euros. 

Iweech, le petit malin, facile à ranger

Le vélo Iweech, conçu et fabriqué à Marseille, mise sur la simplicité. Un seul bouton, placé sur le guidon, permet de connaître le mode d’assistance en cours et la charge de la batterie grâce à un code couleur. Le vélo dispose également d’une fonction « jauge intelligente » qui permet de savoir quelle distance peut être ou non parcourue en mode électrique et une seconde « destination intelligente » qui permet d’optimiser son trajet. Au total, Iweech possède une autonomie de 130 km.

Un système d’antivol est intégré dans le vélo. Un tracter GPS le complète pour faciliter sa recherche en cas de vol. Dernier atout d’Iweech : le gain de place de 40% engendré par sa potence rotative et ses pédales rétractables. Tous ces avantages ont un prix : 2950 euros minimum.

U-feel, l’ingénieux sans batterie ! 

Ufeel est un nouveau concept de vélo 100% électrique sans batterie inventé par des Français. Son design ne correspond pas au standard du vélo classique mais fait preuve d’originalité. Il a été pensé avec des ergonomes pour apporter un confort optimal à son utilisateur. Ses trois roues assurent une grande stabilité. 

Ufeel ne se recharge pas. L’énergie musculaire de son utilisateur est récupérée au freinage, stockée et utilisée pour l’assister en cas de besoin. Le choix de la vitesse s’effectue par une simple pression du pouce sur le guidon. Une prise USB est intégrée sur le vélo pour pouvoir recharger son téléphone en même temps qu’il roule. Le système de stockage tampon de l’énergie est recyclable. L’arrivée et la commercialisation des premiers modèles initialement prévues pour le printemps 2020 ne semblent pas encore effectives. La startup a été contactée, sans retour de leur part pour le moment. 

Teebike la roue qui transforme les bolides classiques 

Vous possédez déjà un vélo confortable, vous ne souhaitez pas vous en séparer mais l’assistance électrique vous fait de l’oeil ? La roue de Teebike est peut-être la solution qu’il vous faut. L’entreprise niçoise a développé une roue avant électrique, sans câble, doté d’un moteur puissant. Le produit s’installe en quelques minutes et est équipé d’un système bluetooth qui permet de régler le niveau d’assistance souhaité à partir de son smartphone. Un verrou est directement implanté dans la roue pour alerter son propriétaire en cas de mouvement ou de manipulation suspecte.

Son rechargement s’effectue en 4 heures. L’entreprise s’engage pour l’environnement en participant au recyclage des roues mais aussi en finançant des projets de reforestation. La roue de Teebik coûte 750 euros, un prix bien plus accessible qu’un vélo complet.  

Reine Bike, le vélo vintage développé avec Velco

Pour donner du peps à son bolide vintage, la jeune pousse française Reine Bike a bénéficié du soutien d’Arcade cycles, fabricant de vélos et de Velco, connu pour son guidon connecté Wink bar. Car pour se différencier de ses concurrents, toujours plus nombreux, Reine bike a décidé d’offrir à ses utilisateurs·rices un vélo communicant. Le vélo possède, en effet, un dispositif innovant et caché disposant de plusieurs fonctionnalités : géolocalisation du vélo sur une carte, détecteur de mouvement suspect avec alerte, alarme sonore, blocage de l’assistance électrique et du moteur. Le propriétaire est également averti du niveau de batterie et des révisions à effectuer en fonction des trajets effectués.
Les prix de lancement de ces deux premiers modèles s’élèvent à 2990 et 3490 euros.

Shiftbikes, le vélo électrique du quotidien

Avec son vélo électrique fabriqué en France, Shiftbikes mise sur le minimalisme et le confort. Sobre, disposant d’un guidon large, d’une selle Royal gel et de freins hydrauliques, le deux roues de la startup se présente comme le moyen de transport du quotidien. Sa batterie est dotée d’une capacité de 70 kilomètres et peut être rechargée sur place ou démontée. Le compteur installé sur le guidon permet de sélectionner parmi un des cinq modes d’assistance disponibles, de connaître le nombre de kilomètres parcourus ainsi que sa vitesse.

Le prix de ce bolide : 1650 euros en précommande, 1850 euros ensuite.

La sécurité est un point essentiel sur la route, quelque soit son mode de transport. Pour être visible de tous, n’hésitez pas à vous munir d’une veste ou d’un sac à dos réfléchissant. Deux startups françaises, Storm Age et Galanck proposent des modèles qui permettront aux autres véhicules de vous voir de loin ! Vous n’avez plus d’excuse pour ne pas passer aux VAE made in France !

Pour ceux qui préfèrent avoir le choix, la startup Vélotafeur propose tout une panoplie d’accessoires pour faciliter l’usage du vélo électrique sur son site. Des sacoches de voyage aux masques anti-pollution en passant par des vêtements imperméables ou des outils de réparation, Vélotafeur possède tout ce dont un cycliste a besoin pour se mettre en selle.

Dans un marché du vélo électrique déjà très concurrentiel, d’autres startups ont choisi de se lancer sur le segment de l’électrification. Ce procédé permet à la fois de conserver un vélo sur lequel son propriétaire se sent à l’aise mais aussi de réduire les coûts d’acquisition d’un modèle électrique. 

Chez Virevolt, la transformation d’un vélo classique prend en général 72 heures. Le client choisit le modèle de sa batterie et de son moteur en fonction de son utilisation (urbain, montagne, loisir..). L’opération coûte entre 700 et 1200 euros. 

Vélokit propose, de son côté, un kit qui peut être installé par les particuliers. Il comprend une roue dans laquelle le moteur est inséré, un capteur qui s’attache au cadre et une batterie rangée dans une sacoche. Au final, celle-ci n’est pas visible, ce qui réduit le risque de vol et donne un côté vintage au vélo. Le kit est utilisable pour tout type de vélo et coûte 690 euros.

Par

Anne Taffin

19 novembre 2020 / 14H00
mis à jour le 27 novembre 2020
Articles les plus lus du moment

Les indépendants craignent le pire avec la fin du fonds de solidarité

Entrepreneurs
Par Maddyness avec AFP - 18H01vendredi 04 décembre 2020
Next

Les 21 femmes les plus influentes de la Tech en France

Entrepreneurs
Par Heloïse Pons - 09H00jeudi 03 décembre 2020
Next

À La Courneuve, un incubateur veut faire passer le périph' aux VC

Business
Par Arthur Le Denn - 17H15mercredi 02 décembre 2020
Next

Miser sur l’investissement corporate : les clés pour bien réussir

Finance
Par Maddyness, avec EDF - 07H00mardi 01 décembre 2020
Next

Quand EDF rencontre PowerUp : le binôme qui fait mouche

Finance
Par Maddyness, avec EDF - 07H00mardi 01 décembre 2020
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge