Actus#Distribution:
7 décembre 2020
ecommerce

Amazon va former les commerçants français à la vente en ligne

Le géant du Web s'apprête à lancer un site internet dédié pour apprendre gratuitement aux commerçants de l’Hexagone à vendre leurs produits en ligne.

Baptisé « accélérateur du numérique » , le nouveau site d’Amazon dont le lancement est prévu ce 8 décembre, devrait proposer aux commerçants des formations en ligne gratuites pour créer leur site internet, coordonner la logistique et lancer leur boutique en ligne, en site propre ou via une place de marché externe. « On sait que nos entreprises sont un petit peu décalées par rapport au reste des entreprises européennes » , a expliqué lors d’une visioconférence de presse Frédéric Duval, le directeur général d’Amazon France, qui assure par là garantir « le choix le plus large possible » de produits au consommateur.

« Le but n’est pas d’attirer le trafic sur Amazon » , s’est défendu Patrick Labarre, qui gère la marketplace d’Amazon en France, où des vendeurs extérieurs au site peuvent proposer leurs produits. Il affirme plutôt vouloir remédier au fait que « trop peu de commerçants franchissent le pas car ils n’ont pas les moyens, les compétences pour se lancer dans l’aventure » de la vente en ligne.

Appel à une transition numérique

La pandémie de Covid-19, et particulièrement le second confinement en France, a accéléré l’appel à une transition numérique pour la vente en ligne. Plusieurs entreprises, notamment CDiscount, en avaient profité pour rendre gratuite leur plate-forme de marché, dopant ainsi leur activité. « On est à 30% des commerces digitalisés aujourd’hui. Je sais que le gouvernement a l’objectif d’atteindre 50% en une année » , poursuit Frédéric Duval. « Si on peut faire bénéficier de notre savoir-faire et faire en sorte que cet objectif soit atteint, ce serait super ».

Le directeur général d’Amazon France doit d’ailleurs être auditionné mercredi par la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale. La puissante multinationale est vivement critiquée en France par des élus et des ONG, qui considèrent qu’Amazon évite l’impôt et détruit le petit commerce.